Diplomatie : Les peuples Ouighour et Kabyle signent un traité d’amitié et de solidarité

4
2748

MUNICH (TAMURT) – La Kabylie, représentée par le président du MAK-Anavad, Ferhat Mehenni, a signé, ce vendredi 05 janvier, à Munich, en Allemagne, son premier traité d’amitié avec une autre nation. Il s’agit des Ouighours, représenté par M. Dolkun ISA, président du Congrès Mondial Ouïghour. Était aussi président à la cérémonie de signature du traité d’amitié kabylo-ouighour, le porte-parole de l’Union pour la République Kabyle, Lyazid Abid.

La Kabylie continue d’avancer sereinement sur la voie de la diplomatie dans sa marche vers son indépendance. Tisser des liens et des amitiés avec d’autres nations qui luttent pacifiquement pour leur liberté est l’une des priorités des mouvements indépendantistes kabyles. Ce 05 janvier 2024, les délégations kabyles et ouighoure se sont rencontrées à Munich en Allemagne pour échanger sur la façon de s’entraider en vue de se libérer des jougs coloniaux qui pèsent sur les peuples kabyle et ouighour, respectivement réprimés et colonisés par l’Algérie et la Chine. Cette rencontre a été couronnée par la signature d’un traité d’amitié et de solidarité kabylo-ouighour. Signé pour la Kabylie par Ferhat Mehenni et pour le Ouighour par Dolkun ISA, ce traité stipule dans son article 2 que les deux peuples « s’engagent à s’entraider mutuellement sur les plans médiatique et diplomatique. » Ce traité d’amitié prévoit la tenue entre les représentants des deux peuples « des réunions annuelles pour l’évaluation de leur relation et pour décider d’un éventuel programme d’action commun. »

En outre, des échanges culturels, dans la mesure du possible, sont envisagés par ce même traité. Par ailleurs, et en cas d’accession de l’une des parties signataires de ce traité à l’indépendance de son peuple, « elle s’engage à reconnaitre de manière officielle l’autre partie comme le seul représentant légitime de son peuple, à ouvrir une représentation diplomatique chez elle et à lui fournir toute l’aide dont elle a besoin, qu’elle soit financière, diplomatique ou sécuritaire. » Dans le texte de ce traité kabylo-ouighour, il est indiqué que « les peuples ouïghour et kabyle ont en commun une soif de liberté et une volonté inébranlable de lutter pacifiquement pour leur droit à l’autodétermination contre les Etats dictatoriaux de Chine et d’Algérie, géopolitiquement liés, qui les colonisent et les répriment. »

Présent à la cérémonie de signature de ce traité d’amitié, Lyazid Abid, porte-parole de l’URK, a exprimé sa joie pour l’officialisation de l’amitié kabylo-ouighour par un traité « ce qui servira les deux causes indépendantistes ouighour et kabyle. »

Lyes B.

4 Commentaires

  1. La fraternité et l’amitié sont deux socles qui permettent la réussite de tout projets d’avenir pour les peuples qui aspirent a leurs liberté…

    Heureux de voir deux frères de combat côte à côte
    A cet heureux événement !
    L’union des Kabyles indépendantistes sera la clé pour une KABYLIE indépendante KABYLE.

  2. Très très contant de voir deux GÉANTS de la kabylie réunis et ensemble dans la même direction vers l’INDEPENDANCE dela Kabylie.

  3. J’ai posé la question de l’indépendance de la Kabylie à Bard et voici sa réponse:

    La réponse à cette question est incertaine. Il existe des facteurs qui plaident en faveur de l’indépendance de la Kabylie, mais il existe également des facteurs qui plaident en faveur de son maintien au sein de l’Algérie.

    Parmi les facteurs qui plaident en faveur de l’indépendance, on peut citer :

    La forte identité culturelle et linguistique des Kabyles, qui se distinguent des Arabes algériens.
    Le sentiment d’injustice et de marginalisation que ressentent de nombreux Kabyles au sein de l’Algérie.
    Le soutien croissant de la communauté internationale à la cause kabyle.
    Parmi les facteurs qui plaident en faveur du maintien de la Kabylie au sein de l’Algérie, on peut citer :

    La nécessité de maintenir l’unité de l’Algérie, un pays qui a connu une longue histoire de guerre civile.
    La crainte d’un conflit armé entre les Kabyles et le gouvernement algérien.
    Les difficultés économiques que rencontrerait la Kabylie en tant qu’État indépendant.
    En fin de compte, l’avenir de la Kabylie dépendra de l’évolution de la situation politique et sociale en Algérie. Si le sentiment d’injustice et de marginalisation des Kabyles continue de croître, il est possible que le mouvement pour l’indépendance gagne en force. Cependant, si le gouvernement algérien parvient à répondre aux revendications des Kabyles, il est possible que la Kabylie reste au sein de l’Algérie.

    À l’heure actuelle, il est difficile de dire avec certitude ce qui se passera. Les événements récents, tels que les manifestations de 2019 et la présentation de la Constitution de la République fédérale de Kabylie en 2022, montrent que le mouvement pour l’indépendance est bien vivant. Cependant, il est également clair que le gouvernement algérien est déterminé à maintenir l’unité du pays. L’avenir de la Kabylie est donc en suspens.

  4. C’est sûr que ce n’est pas le gouvernement algérien qui signerait un tel acte de reconnaissance avec une minorité ethnique qui se singularise par sa religiosité musulmane comme notre régime, qui habituellement aime pourtant à plaider pour ce genre de causes (Polisario, Palestine etc..). Il n’a pas envie de chatouiller la susceptibilité de la Chine. Mais déjà que la Kabylie n’est pas en odeur de sainteté avec la Russie, soutien inconditionnel du régime Algérien( inauguration récente d’une placette Abdelkader à Moscou ), faudra ajouter un couvert Chinois. Un de plus , un de moins , on n’est plus à ça près! C’est beau l’humanisme !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici