Dissolution d’Azday Adelsan n Weqqas : Une ONG britannique condamne

0
1678
1er siège d'Azday Adelsan U Weqqas
1er siège d'Azday Adelsan U Weqqas

KABYLIE (TAMURT) – L’ONG britannique Article 19 a condamné dans un communiqué rendu publique dernièrement la dissolution de l’association culturelle Azday Adelsan n Weqqas par les autorités algériennes. Cette ONG, qui détient son nom de la déclaration universelle des droits de l’homme, a appelé les autorités algériennes « à adopter un cadre juridique prospère permettant la création d’un environnement associatif pluraliste et indépendant, conformément aux normes internationales sur la liberté d’association ».

La dissolution de l’association culturelle Azday Adelsan n Weqqas a suscité l’indignation en Kabylie et au-delà. En effet, une ONG britannique dénommée Article 19 a dénoncé cette dérive autoritaire des autorités algériennes, tout en les exhortant « à se conformer aux recommandations qu’elles ont acceptées lors de la 52ème session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ». Pour rappel, le 1er avril dernier, le tribunal administratif de Vgayet avait prononcé la dissolution de l’association Azday Adelsan n Weqqas (le café littéraire d’Aokas) suite à une plainte déposée par le wali de Vgayet, représentant de l’administration coloniale. Celle-ci avait reproché aux responsables de l’association kabyle dissoute « la transgression de l’article 43 de la loi de 2012 régissant l’activité associative, du règlement intérieur de l’association et de ses buts. Ils ont été accusés de se livrer au « prosélytisme religieux », à savoir « la propagation du christianisme en distribuant des CD, des imprimés et dépliants dans les communes d’Aokas et Tizi N’berber ».

Rejetant en bloc les accusations de l’administration coloniale algérienne, l’association Azday Adelsan n Weqqas avait affirmé dans un communiqué précédent « qu’elle n’a jamais publié quoi que ce soit, qui soit en contradiction avec les objectifs qui lui sont assignés et n’a jamais, depuis sa création, encouragé ou soutenu aucun travail en relation avec la religion de quelque tendance que ce soit ». Fondée en 1989, le café littéraire d’Aokas avait l’habitude d’organiser des activités sur divers thèmes littéraires, scientifiques et artistiques. L’intérêt que l’association accorde à la culture kabyle et amazighe en général dérange le régime algérien.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici