URK : « Tirugza » d’Ali Mécili et de Hocine Aït Ahmed pulvérisée par le FFS

5
2528
Ali André Mécili avec Lhocine Ait Ahmed
Ali André Mécili avec Lhocine Ait Ahmed

EXIL (TAMURT) – Dans un long communiqué de l’URK, signé par son Porte-parole, Lyazid Abid, à l’occasion de la 36 commémoration de l’assassinat de l’opposant et bras droit de Hocine Aït Ahmed, Ali Mécili, le 07 avril 1987 à Paris, l’actuelle direction du FFS est vilipendée pour son absence à la cérémonie de recueillement annuelle au cimetière Père-Lachaise de Paris, où l’avocat Mécili est enterré.

« Les deux Hommes ne sont plus de ce monde. Ali André Mécili, kabyle chrétien, assassiné le 7 avril 1987, à Paris, et Hocine Ait Ahmed, kabyle musulman, mort en 2015, à Lausanne, en Suisse. Leurs destins étaient scellés par le combat pour une Algérie démocratique et plurielle. La puissance de leur engagement pour la liberté écrasait toutes les incertitudes. Elle n’avait d’égale que dans la plénitude de la notion kabyle « Tirugza », une vertu majeure pour désigner le courage, la dignité et l’honneur d’un homme », fait rappeler l’URK. « Ali André Mécili était l’instructeur des militants du printemps berbère de 1980. Pour Hend Sadi, « Mécili était à Tafsut ce que Abane Ramadan était pour la révolution algérienne ». Son talent pour la diplomatie et le rapprochement, dans la différence, de l’opposition algérienne ainsi que sa maîtrise de l’outil que la dictature de Boumediene utilisait pour tyranniser les Algériens, lui ont valu la vie.  » L’Union pour la République Kabyle dénonce vigoureusement la Direction du FFS qui vient de prouver encore une fois son ralliement au pouvoir criminel d’Alger que le fondateur du FFS à combattu durant toute sa vie », accuse le rédacteur du communiqué de l’URK.

Toutefois, « les militants et cadres de l’Union pour la République Kabyle (URK), tiennent en grande estime cette figure marquante de l’opposition démocratique au régime d’Alger. L’engagement constant et désintéressé du « grand frère Ali », dixit Saïd Sadi, est pour l’URK exemplaire.
Hocine Ait Ahmed, en plus d’avoir consacré un livre intitulé « L’affaire Mécili » n’a jamais raté une occasion pour lui rendre hommage, contrairement à l’actuelle direction du FFS, absente à la cérémonie de recueillement en hommage à Mécili de l’année passée et d’hier, dimanche, 9 avril 2023, à Père-Lachaise, par peur de se faire remarquer par le consulat d’Algérie à Paris ». L’UR n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour rappeler la nature raciste du régime d’Alger envers les Kabyles.

« Pour Alger et son nouvel allié, la Direction du FFS, Mécili était un opposant au pouvoir algérien, liquidé froidement, dans une capitale européenne, il y a 36 ans. Qui se rappelle encore d’Ali André Mécili ? Le temps est en faveur du nivellement de la mémoire collective avant son introduction dans l’histographie officielle de l’Algérie. En contrepartie, Alger a insidieusement concédé au FFS l’appellation Hocine Ait Ahmed au nouveau stade de Tizi Ouzou. Le FFS, composé de bravaches, engagés dans une lutte acharnée pour servir de béquilles au pouvoir assassin d’Alger, est naturellement consentant. Un deal, stupide, que le pouvoir colonial algérien n’aurait pas eu le courage de proposer au charismatique leader Hocine Aït Ahmed s’il était vivant. Lui qui avait, dans son dernier testament, refusé les honneurs d’Alger d’être inhumé au carré des Martyrs du cimetière El Alia lui préférant les montagnes de sa Kabylie, pour son repos éternel », un rappel important que le Porte-parole de l’URK n’a pas omis de signaler .

« Tôt ou tard, la Kabylie se soulèvera. Ce jour-là, devant tant d’injustice, l’Algérie tremblera. Dès l’accession de la Kabylie à sa souveraineté, l’URK demandera aux autorités françaises la réouverture du dossier de l’assassinat d’Ali André Mécili. Nous tenons sa famille pour témoin de cette promesse », conclut Lyazid Abid le communiqué de l’Union pour la République Kabyle (URK).

Akli F.

5 Commentaires

  1. Ait ahmed l ALGERIEN a aussi refusé catégoriquement au séparatiste anti ALGÉRIEN ferhat de venir souiller sa mémoire par sa présence le jour de sa mort.
    Affelas ya3fou rebbi.

    • Vous êtes ignorant, contentez vous de le rester. Ne vous rajoutez pas le titre de menteur à celui d’ignorant.
      Toute la mouvance démocratique connaît l’estime que portait Ait Ahmed à l’ancien.
      Amara Ben Younes qu’on ne peut soupçonner de pro Ferhat a témoigné dans ce sens.
      Celui qui est contre la présence de Ferhat à Genève, c’est le ressortissant Suisse Jugurtha Ait Ahmed qui a préféré accueillir les complices de l’assassinat de Mecili, Ahmed Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche et Mohamed Medienne Alias Toufik.
      Si ce n’est pas de la trahison, on se demande ce que c’est.

  2. La surveillance c’est pas qu’en France ,même en Suisse …l’état des danseuses a mis plein dans les banques Suisses pour se servir de carte de chantage…
    Les kabyles de Suisse sont tous surveillés par le SRC …pour le compte du consul « Lehmar « …
    Dans leurs consulat ,y a plus d’employés de casernes que de secrétaires…
    A Lausanne…des dealers de drogue partout ,oisifs payés cash pour la surveillance…
    En plus des serveuses algériennes et peintres espions…
    Les kabyles de la capitale sont noyés avec  » les bédouins-citadins »…dans l’anarchie et l’opprobre…(gourbiboys)
    Kds et informateurs dégagez de la Kabylie…!!!
    Y a même un clan marocain pro algerie qui surveille les kabyles…pour s’assurer un flux de diesel et de produits à la frontière ouest…d’où la naissance du terme (Zoudj Bghal Dogana )….mafia…
    Quand ils tuent des kabyles …tirez sur leurs personnels à l étranger!!!

    • Tu regarde trop les films d’espionnage toi ! Tu crois que la Suisse c’est une république bananière qui vas espionner illégalement sanas mandats et sans droits , les gens vivant sur leur territoire ! Par contre leur serveuses et leur faux « Jaliya jazayria servent effectivement d’espions ! Mais à l’ère de numérique que peut une junte mafieuse d’arriérés ! ? Tôt ou tard on formera aussi notre organisation d’espions , coup pour coup et œil pour œil ,, la vengeance sera établi en règle ! d lawan aniqvih

  3. J’ai eu la chance de connaitre le premier, Mecili à Paris, un homme symbole dans tous les sens. Qui a osé assassiner cet homme ne peut avoir aucune humanité, encore moins de kabylité. Ait Ahmed vers les années 90 en europe. Même si Mecili était peut-être plus jeune, mais d’une capacité de synthèse unique, il était le pont entre la laïcité kabylie et l’universel.
    Je me sents riche d’avoir connu cet humus révolutionnaire et pacifique qui vous liait aux années 60. Ait ahmed avait ce sens  » d’autocensure » pour ne pas déplaire à la majorité, mais c’est aussi générationnel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici