Farid Bouchama, militant indépendantiste kabyle : Le combat de la Kabylie est « existentiel »

0
1853

EXIL (TAMURT) – Depuis le Maroc, où il a pris part en compagnie de la troupe kabyle ‘’Tiɣri n Teqvaylit’’ au Festival International des Arts Populaires de Taroudant (7 et 8 juillet), Farid Bouchama, militant indépendantiste kabyle, a déclaré à un média local que la Kabylie mène un combat à la fois « civilisationnel, existentiel et universel ». Néanmoins, il insistera sur le fait que les militants indépendantistes kabyles sont « pacifiques, des combattants d’idées et de débat ».

Interrogé par le média marocain Festv 1 sur la participation de la troupe ‘’Tiɣri n Teqvaylit’’ au Festival International des Arts Populaires de Taroudant, Farid Bouchama a d’emblée précisé que leur présence à cet évènement artistique est « au nom de la Kabylie ». Abondant dans le même sens, il expliquera que le peuple kabyle a toujours revendiqué un destin différent à celui de l’Algérie. « Parce que la Kabylie, depuis l’indépendance de ce qu’on appelle l’Algérie actuellement, s’est toujours distinguée, a toujours voulu son statut particulier. Et nous, nous sommes militants pour l’indépendance de la Kabylie », a-t-il tenu à souligner. Toutefois, il affirmera que cette revendication légitime, le peuple kabyle l’exprime d’une manière pacifique, en s’appuyant sur le droit des peuples à la liberté. « Nous respectons le reste de l’Algérie naturellement parce que nous sommes avant tout des humains. Notre combat est civilisationnel, il est existentiel et universel. Nous aimons tous les peuples et nous croyons à la liberté de tous les peuples. Et au nom de la Kabylie, nous voulons vivre dans notre liberté et destinée », a encore déclaré le réalisateur du film documentaire « Les Berbères dans l’histoire ».

Abordant la nature de la relation entre la Kabylie et l’Algérie, Farid Bouchama, qui enseigne l’histoire de l’église en Afrique du Nord et dirige un ‘’chantier’’ de traduction des livres de Saint Augustin, un père de l’église, d’origine berbère, a annoncé que les indépendantistes kabyles demandent « un référendum d’autodétermination », tout en insistant sur leur combat pacifique qu’ils mènent pour y parvenir. « Nous sommes pacifiques, des combattants d’idées et de débat. Nous ne voulons pas du tout de confrontation inutile. Nous voulons établir la paix », a-t-il relevé. Farid Bouchama a également évoqué au micro du média marocain le souhait de la Kabylie de tisser des liens d’amitié fraternelle avec les autres peuples berbères.

« Si nous sommes aussi au Maroc, c’est que nous voulons établir une fraternité à travers tous les peuples de l’Afrique du Nord, c’est-à-dire tous les peuples berbères dont les Kabyles, les Souss, les Rifains… », a expliqué l’enfant d’Agouni Gueghrane, le village natal de Slimane Azem

Aksil K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici