FFS : De l’opposition à la servitude volontaire

0
1558
Youcef Aouchiche reçu par Tebboune
Youcef Aouchiche reçu par Tebboune

ALGER (TAMURT) – Sans surprise, le 1er secrétaire général du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, a pris part à la rencontre du président algérien Abdelmadjid Tebboune avec les partis politiques, organisée mardi 21 mai, à Alger. Cela fait longtemps que le parti cher au feu Hocine Ait Ahmed est passé de l’opposition à la servitude. Les connivences du parti socialiste avec le régime répressif algérien n’est plus un secret.

Alors que la Kabylie vit depuis plus de trois ans dans un contexte répressif marqué par des arrestations arbitraires, des perquisitions violentes aux domiciles des militants politiques et des condamnations iniques, dont une quarantaine à la peine de mort, la direction du FFS, new-look, s’apprête à participer au ‘’Eo’urs intikhabi‘’ (fête électorale) du 07 septembre prochain.  L’appareil du FFS agit comme si rien ne s’est passé en Kabylie, martyrisée et meurtrie par une répression sans précédent et par des incendies criminels et ravageurs perpétrés en 2021 et 2023 par la junte militaire algérienne. Ce n’est pas nouveau chez le FFS. Lorsque la Kabylie était secouée par les événements du printemps noir de 2001, faisant 130 morts, lâchement assassinés par des gendarmes et policiers algériens avec des balles explosives, ce parti avait participé aux élections municipales de 2002, alors que le mot d’ordre en Kabylie était ‘’Ulac lvot ulac‘’.

D’ailleurs, depuis sa participation à ces joutes électorales, sa base militante s’est considérablement affaiblie. Les activités de ce parti se limitait à des célébrations et son discours ressemble à celui du FLN, le parti du pouvoir algérien. En effet, le FFS a perdu son âme et son ancrage en Kabylie. Les accointances du FFS avec le pouvoir algérien sont devenues flagrantes notamment lors des élections législatives de 2012. En effet, le FFS avait négocié le nombre de sièges à l’APN. Il avait obtenu 27 sièges à l’issue des élections. Selon l’ex 1er secrétaire national de ce parti, Karim Tabou (2007-2012), le FFS avait négocié à l’avance avec le système le nombre de sièges à l’APN. Il a fini par claquer la porte de ce parti pour créer l’UDS. Devenu servile au régime algérien, désormais le seul souci du FFS est de s’opposer à la cause indépendantiste kabyle au nom de la pseudo unité nationale.

Comme le RCD, le FFS n’a jamais eu d’ancrage en dehors de la Kabylie et se considère ironiquement comme étant un parti national. Que reste-t-il du FFS depuis le décès en 2015 de son fondateur Hocine Ait Ahmed ? Certains pensent qu’il est mort avec la disparition de son leader historique. D’autres estiment qu’il n’est plus qu’un appareil entre les mains d’une bande d’opportunistes.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici