Le président de la JSK : « je ne démissionnerai pas »

0
Cherif-Mellal, président de la JSK
Cherif-Mellal, président de la JSK

KABYLIE (Tamurt) – Quelques heures avant le coup d’envoi du match USMA-JSK au stade Omar Hammadi de Bouloghine (Alger), Chérif Mellal président de la Jeunesse Sportive de Kabylie est sorti de sa réserve en guise de réaction à tout ce qui a été dit et écrit à son sujet et aux propos qui lui ont été attribués alors qu’il n’en a pas été l’auteur.

Ainsi, Cherif Mellal avertit d’emblée : « Je n’ai aucunement l’intention de démissionner quelques soient les difficultés et entraves liées à ma mission, somme toute attendues et connues ». Cherif Mellal souligne en outre : « Nos responsabilités et engagements seront tenus dans le cadre de notre statut d’acteur du mouvement sportif » A ce titre, ajoute le président de la JSK, « toutes mes déclarations – aussi passionnées soient-elles- sont dites tout haut pour refléter ce que tout le monde pense tout bas ». Le feuilleton entre la ligue de football et la FAF, la JSK et l’USMA, n’avait aucunement sa raison d’être en cette conjoncture particulière où le football a été malmené, ajoute Cherif Mellal : « ce que nous ne saurions cautionner » … Si le sens des responsabilités, de la mesure et de la hauteur de vue avait prévalu dans l’analyse de la situation par les membres de la L.F.P. Le respect des règles et usages devant être de rigueur pour la normalisation du déroulement des compétitions, précise le dirigeant du club kabyle.

Cherif Mellal rappelle en outre : « J’ai exposé -sans prendre de gants- les problèmes que j’ai trouvés dans mon club comme pour inaugurer une nouvelle ère dans la gestion des clubs. Après quoi, chacun est libre d’assumer ses droits et devoirs… à sa convenance ». Pour conclure, Cherif Mellal souligne : « nous remercions nos fidèles supporters qui ont fait montre de discipline et restés en retrait dans l’unité et la confiance avec les dirigeants. Nous appellerons toujours à la non violence dans nos stades pour un meilleur vivre ensemble dans une société apaisée ».

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici