Les habitants d’Iberbachen ne décollèrent pas

0

BARBACHA (Tamurt) – Iberbachen était une ville morte en cette journée du mardi 30 avril. Les commerces et tous les établissements scolaires et autres étaient fermés observant une grève générale pour soutenir les quatorze manifestants poursuivis par le parquet pour divers griefs.

Outre la paralysie de la ville, plusieurs habitants de la localité se sont déplacés au chef-lieu de wilaya pour observer un sit-in devant le tribunal de Bougie où doivent passer, cette après-midi, devant la chambre correctionnelle, les dits-manifestants.

Ces derniers ont été arrêtés par la police lors des émeutes qui les ont opposés au début du mois de mars alors qu’ils avaient investi la ville de Bougie pour marquer leur désapprobation par rapport à la décision du wali d’installer un exécutif communal issu d’une alliance entre trois partis. D’ailleurs, ils ont eu raison de la décision du wali qui s’est rétracté en désignant le secrétaire général de la commune en tant qu’administrateur à la place du maire qu’il avait tenté d’installer.

Amaynut