Kabylie : Ferhat Mehenni annonce la proclamation de la renaissance de l’Etat kabyle le 20 avril 2024

0
3681
ONU
ONU

EXIL (TAMURT) – Le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, dirigé par Ferhat Mehenni, compte franchir un autre pas « symbolique » dans sa lutte pour le recouvrement de la souveraineté de la Kabylie. Le leader indépendantiste vient d’annoncer lors d’une allocution prononcée, hier dimanche, qu’il proclamera, le 20 avril 2024, la renaissance de l’Etat kabyle. Une étape, prévient-il, qui précèdera la déclaration unilatérale d’indépendance si le régime algérien persiste dans son refus d’organiser un référendum d’autodétermination de la Kabylie.

Dans son allocution au peuple kabyle, prononcée le 17 mars, le président du MAK et du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) a affirmé qu’il proclamera la renaissance de l’Etat kabyle le 20 avril 2024. Le choix de cette date n’est pas fortuit. En effet, elle est un repère historique pour le peuple kabyle. Cette date commémore les printemps kabyles 1980 et 1981, ainsi que les tragiques évènements de Tafsut taberkant de 2001, lorsque la gendarmerie et la police algériennes ont lâchement assassiné 130 jeunes kabyles. Cette démarche du MAK s’inscrit dans un contexte marqué par la décision du régime algérien d’ouvrir à Alger un bureau pour accueillir des représentants du Rif, les élections présidentielles algériennes, prévues à la fin de l’année en cours, et un éventuel rapprochement entre l’Algérie et la France. L’Elysée a annoncé dernièrement que le président Abdelmadjid Tebboune effectuera une visite officielle à l’Hexagone fin septembre et début octobre 2024.

Pour le MAK, le régime algérien est pris de panique par les dernières avancées de la cause indépendantiste kabyle. « C’est l’agenda du MAK et de l’Anavad qui est au centre des préoccupations et des manœuvres irréfléchies du régime colonialiste algérien. L’Algérie s’embourbe en se faisant passer pour le chantre du droit des peuples du monde entier à l’autodétermination, tout en le réprimant de manière la plus inhumaine en Kabylie. Ces sorties désespérées des militaires au pouvoir en Algérie post-française, aussi irrationnelles qu’irresponsables, visent à aller vers une guerre contre le voisin marocain pour maintenir Tebboune au pouvoir et s’éviter un nouveau camouflet en Kabylie à travers un énième boycott des présidentielles prévues pour décembre 2024 », lit-on dans le communiqué du Haut-conseil de la sécurité de la Kabylie, réuni le 08 mars dernier.

Par ailleurs, Ferhat Mehenni a annoncée qu’il proclamera unilatéralement l’indépendance de la Kabylie si, d’ci l’année prochaine, le régime algérien n’engage pas « des contacts officiels avec le président du MAK et de l’Anavad » et si « les autorités algériennes ne font pas de geste d’apaisement en direction du peuple kabyle, à travers notamment, la libération des centaines de prisonniers politiques condamnés à mort ou non, arrêt des poursuites judiciaires pour délit d’opinion kabyle, abrogation de l’article 87 bis du Code Pénal et rétablissement des libertés fondamentales (…) ». Pour le moment, Alger n’a pas réagi aux déclarations du président du MAK.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici