La Fédération française de football ne tolère pas l’arrêt des matchs pour rompre le jeûne

1
2779
La Fédération française de football ne tolère pas l'arrêt des matchs pour rompre le jeûne
La Fédération française de football ne tolère pas l'arrêt des matchs pour rompre le jeûne

FRANCE (TAMURT) – Des joueurs du championnat de France, d’origines arabes ou musulmans, ont vu leur requête rejetée par la FFF (fédération française de football). Ils ont demandé l’arrêt du jeu, lors des rencontres officielles, afin de rompre le jeûne. Les responsables de la FFF ont fait savoir aux joueurs musulmans de France que ce pays est laïc et les institutions ne badinent pas avec ce principe.

Il semble aussi que le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, interdit à ses joueurs musulmans sélectionnés d’observer le jeûne lorsqu’ils sont en regroupement ou lors des rencontres amicales ou officielles. La même mesure semble être prises aussi, selon la presse française, pour toutes les catégories de l’équipe de France.

Didier Deschamps ne porte pas vraiment dans son cœur les joueurs qui veulent imposer leur religion ou leur culture. D’ailleurs, ces derniers temps, les joueurs d’origines maghrébines se sont rués vers les équines nationales de leurs pays d’origine réciproque, à savoir le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Ils savent qu’avec Didier ils n’ont aucune chance de porter le maillot de l’équipe de France, donc autant pour eux de jouer dans les équipes des pays de naissance de leurs parents. Même Karim Benzema, détenteur du ballon d’or, n’a pas trouvé grâce aux yeux de sélectionneurs français.

Idir Yatafen

1 COMMENTAIRE

  1. La Fédération a tout à fait raison.
    Ceci dit, la France étant pays laïc je préfère donc parler du cas contraire, l’Algérie où l’islam est religion d’État et la productivité est égale à zéro au mois de Carême. Un désastre partagé qui est imposé comme fatalité.
    Peut-on d’abord quantifier le désastre et le sacrifice/pays durant ce mois de jeun ?Une entreprise étatique ou privée ne peut être productive tout en tolérant un cout aussi exorbitant dans son bilan ! Et le pays voudrait y aller faire partie du Brics où la concurrence est rude !
    Le pays doit choisir entre république islamiste et État comptable devant la citoyenneté. Qui serait responsable de ce manque à gagner, quand la production est à l’arrêt?
    Il est grand temps de mettre au clair les choses et rétablir les responsabilités. Ce n’est pas au contexte de s’adapter aux choix individuels, mais bien l’inverse. Les régimes islamistes dont l’Algérien tend à imposer le fait de la oumma sur la nation. Là où c’est le cas, les résultats sont lamentables.
    Le pays doit être préservé de la montée de la bêtise humaine avec cette irresponsabilité partagée où ce sont les non-jeûneurs à devoir s’autocensurer pour que ceux qui croient en un dieu islamique puissent supporter ce devoir que la « oumma » leur aurait imposé.
    En effet, la fuite des responsabilités élevée à culture disculpe le régime et dilue les causes et les effets. Vous assisterez au manque d’eau à boire même quand le pays subit des inondations. Quand vous avez des boat-people de migrants ou le chômage endémique avec la fatalité de la croissance démographique.
    Il manque tout sens des limites dans cette spirale mortifère.
    C’est au musulman de supporter la soif et la faim, lesquels en réalité ne devraient pas être perçues comme telles, si c’est le cas la logique exige d’aller au fond du doute. Du reste, ceux des Algériens convaincus de leurs croyances ne vous demanderaient jamais de vous abstenir de vous nourrir parce qu’ils jeûnent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici