L’Aïd Tameqrant en Kabylie, c’est la fête de Pâques en plus onéreux

0
906
La fête de l'Aid en Kabylie
La fête de l'Aid en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – La fête la plus importante des Kabyles musulmans est l’Aid tameqrant, marquée chaque année par le sacrifice d’un mouton par chaque famille, comme le veut cette religion. Naguère, la plupart des familles kabyles marquent cette fête, y compris les familles non-musulmanes.  » Une fête pour le bonheur des enfants », dit-on. Ces dernières années, la tendance a changé. De plus en plus de familles font l’impasse sur cette fête. Elle coûte cher.

Un simple mouton coûte au moins 100 000 dinars. Le prix des moutons s’est envolé. Même les familles dites de la classe moyenne n’arrivent pas à se permettre un mouton, de nos jours. Laid Tameqrant est prévue, cette année, le 16 juin prochain. Elles sont nombreuses les familles en Kabylie qui ont décidé de faire l’impasse sur le sacrifice du mouton cette année.  » Je ne vous cache pas, j’ai les moyens financiers pour acheter un mouton, mais par principe, je ne l’achète pas. Vous vous imaginez un mouton de quelques kilos à 20 millions de centimes ? » , s’indigne Hamid, un commerçant de la ville d’Iazouguen. Ils sont nombreux à être de son avis.  » Je ne peux pas égorger et manger un mouton alors que la plupart de mes voisins n’ont pas mes moyens. Je préfère ne rien égorger cette année », dit sur ce sujet Ahmed, un homme d’un certain âge et qui dit être musulman pratiquant que nous avons questionné sur le sujet du mouton cette année.

D’autres familles, surtout celles qui sont peu pratiquantes ou carrément non-musulmanes, estiment qu’il est temps de bannir la fête Aid Tameqrant, vu les coûts qu’elle nécessite. « C’est trop ! Y a que les maquignons qui profitent de cette fête », juge un jeune universitaire de la ville de Tizi Ouzou. Enfin, plusieurs avis convergent vers le boycott de l’Aid Tameqrant.

Par contre, ils sont aussi nombreux les pères de famille qui disent sacrifier un mouton quel que soit le prix à payer.  » Les musulmans Kabyles ont toujours sacrifié des moutons le jour de l’Aid Tameqrant, exception faite durant les périodes de guerre ou de grandes famines. C’est un devoir pour nous de perpétrer cette fête aussi par souci religieux que par souci traditionnel », affirme Ammi Hassen, un vieux de la haute ville de Tizi Ouzou.

Idir Yatafen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici