Larbaa Nath Irathen : Malgré les menaces et les intimidations, la grève générale largement suivie

0
2121
Des commerçants ont adhéré à la grève de Larbaa Nath Irathen
Des commerçants ont adhéré à la grève de Larbaa Nath Irathen

KABYLIE (TAMURT) – Comme il fallait s’y attendre, le régime colonial algérien a mobilisé ses relais locaux en Kabylie et ses forces de répression pour tenter de casser la grève générale à laquelle a appelé le Collectif des familles des détenus de Larbaa Nath Irathen. Mais, c’était sans compter sur la détermination des citoyens de l’ex Fort-National. Le mot d’ordre de la grève générale a bel et bien été largement suivi malgré les pressions exercées sur les commerçants, transporteurs, acteurs associatifs et élèves des lycées.

Bravant les menaces, les intimidations et la répression des forces coloniales algériennes, ainsi que de ses relais locaux, les citoyens de Larbaa Nath Irathen et des localités avoisinantes ont observé une grève générale pour réclamer la libération des détenus kabyles injustement condamnés par la justice algérienne. Selon les témoignages récoltés par le Me Athmane Bessalem, la direction du transport de Tizi Wezzu aurait exercé des pressions sur les transporteurs en commun pour les dissuader d’observer la grève. Pour sa part, la directrice de la culture, Nabila Goumeziane, aurait menacé des associations culturelles de les priver de subventions si jamais elles rejoignent le mouvement de la grève.

Des menaces d’exclusion et des pressions ont été également exercées sur des lycéens en vue de les dissuader de suivre la grève générale. Le zèle de ces serviteurs du régime colonial algérien aux abois n’a pas empêché les braves citoyens de Larbaa Nath Irathen de répondre favorablement et massivement au mot d’ordre de la grève générale.

Les localités de Tizi Rached, Michelet et Iazzouguen ont aussi rejoint ce mouvement de grève en signe de solidarité aves les familles des condamnés à mort dans l’affaire des incendies criminels perpétrés en Kabylie en août 2021 et le meurtre de Djamel Bensmail. Des crimes habilement orchestrés par les services secrets algériens.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici