Le cinéaste kabyle Abderrahmane Bouguermouh : 10 ans déjà !

0
1329
Abderahmane Bougermouh avec Dr A. Kebaili, à Ifri en 2007
Abderahmane Bougermouh avec Dr A. Kebaili, à Ifri en 2007

EVOCATION (TAMURT) – Il y a dix ans, le 03 février 2013, Abderrahmane Bouguermouh, réalisateur du premier long-métrage en kabyle, « La Colline oubliée » (1996), adapté du roman éponyme de son ami Mouloud Mammeri, s’éteignait à l’âge de 77 ans. L’enfant d’Ouzellaguen (Vgayet) avait connu la censure du régime algérien. Son moyen-métrage « Comme une âme » tourné en kabyle, en 1965, a été rejeté à l’époque par le ministère algérien de l’Information, qui avait exigé une copie en arabe.

Homme aux talents exceptionnels, le réalisateur et cinéaste kabyle Abderrahmane Bouguermouh est né le 25 février 1936 à Ouzellaguen, dans le département de Vgayet. De son père, instituteur à l’école normale française, il a appris à manier la langue de Molière, et de sa mère, analphabète, mais versée dans les poèmes et chants kabyles, il s’est imprégné dès son enfance de la culture ancestrale kabyle. C’est en 1957 qu’il rencontre l’illustre écrivain Mouloud Mammeri avec lequel il tisse une amitié longue et profonde.

Après l’indépendance de l’Algérie, il participe en 1963 à la création du Centre national cinématographique algérien (CNCA). Mais, il a été exclu de cet organisme à cause de ses idées, en déphasage total avec l’idéologie arabo-islamique imposée par le régime algérien. D’ailleurs, en 1965, son moyen-métrage en kabyle « Comme une âme », adapté sur un texte de son ami écrivain Malek Haddad, a été rejeté par le ministre de l’Information de l’époque, qui avait exigé une version du film en arabe. Le refus de Abderrahmane Bouguermouh de se soumettre à l’exigence du ministère algérien entrainera malheureusement la confiscation et la destruction de la copie kabyle, ainsi que des négatifs. Ce film ne sera jamais diffusé. Trois ans plus tard, soit en 1968, il dépose à la commission de censure son projet de réalisation du film « La Colline oubliée », tout en expliquant que ce film ne peut être réalisé qu’en kabyle. Sans surprise, le projet a été rejeté par ladite commission sans fournir d’explication. C’est en 1989 qu’on lui accorde enfin l’autorisation de tourner ce premier long-métrage en kabyle, adapté du roman de l’écrivain Mouloud Mammeri.

Le film sort enfin en 1996 et connait un succès éclatant. A propos de la censure dont il a été victime de la part des autorités algériennes durant sa longue carrière, il dira quelques années avant son décès : « Aujourd’hui, je n’ai plus la force non pas pour faire des films, mais de réussir le parcours d’obstacles pour en réaliser ». L’enfant de la région historique d’Ouzellaguen avait produit plusieurs documentaires, ainsi que des moyens et longs métrages à succès. Parmi eux figure incontestablement « La grive ». Ce moyen métrage, réalisé en 1967, a été primé plusieurs fois. Il a également collaboré avec le célèbre cinéaste algérien Mohamed Lakhdar Hamina, comme assistant réalisateur, dans « Chronique des années de braises », paru en 1973. Cinq ans plus tard, il réalise les longs métrages « Les Oiseaux de l’été » (1978) et « Noir et blanc » (Kahla ou Beida), en 1980. Ce dernier film avait connu un grand succès populaire. En 1987, il tourne son long métrage « Cri de pierre », qui a obtenu plusieurs prix étrangers.

Le cinéaste kabyle était aussi très sensible à la revendication identitaire berbère. Entre 1965 et 1968, il était en contact avec Mohand Saïd Hanouz, Marguerite Taos Amrouche, Mouloud Batouche et Mohand Arab Bessaoud, ainsi que son ami Mouloud Mammeri. Abderrahmane Bouguermouh s’est éteint le 03 février 2013, dans un hôpital à Alger, à l’âge de 77 ans, des suites d’une longue maladie. Il a été enterré dans sa Kabylie natale, à Ouzellaguen.

Lyes B.

Filmographie de Abderrahmane Bouguermouh : 

1965 : Comme une âme (moyen métrage)
1967 : La grive
1967 : Le souf (documentaire)
1967 : Qhardaïa (documentaire)
1968 : Jeux universitaires maghrébins (documentaire)
1968 : Le 8 mai 1945 (documentaire)
1968 : L’enfer à 10 ans
1975 : Chronique des années de braise
1978 : Les oiseaux de l’Eté (Téléfilm)
1980 : Noir et blanc (Téléfilm)
1980 : Regard de la main (Documentaire)
1987 : Cri de pierre
1996 : La Colline oubliée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici