Me Nacéra Hadouche : La militante kabyle Kamira Nait Sid « vit le calvaire » à la prison de Koléa

1
2319
Kamira Nait Sid
Kamira Nait Sid

ALGER (TAMURT) – L’état de santé de la coprésidente du Congrès Mondial Amazigh (CMA), Kamira Nait Sid, qui croupit dans la prison algérienne de Koléa depuis plus de deux ans, s’est considérablement détérioré, a indiqué l’avocate Nacéra Hadouche, qui lui a rendu visite dernièrement. « Elle mène un combat inégal contre la vie carcérale insupportable », a confié cette défenseure des droits de l’homme.

Des dizaines de prisonniers politiques kabyles, injustement incarcérés par le régime algérien, continuent de souffrir le martyr. Parmi eux figure la militante kabyle et coprésidente du CMA, une ONG de défense des droits des peuples amazighs, Kamira Nait Sid. « Elle souffre toujours et elle vomissait du sang et il a fallu attendre de 17 heures jusqu’à minuit pour qu’elle soit admise en urgence à l’infirmerie pour des soins », a déploré Me Nacéra Hadouche, qui l’a récemment visitée en prison pour s’enquérir de son état de santé. « Elle vit le calvaire. Elle mène un combat inégal contre la vie carcérale insupportable », a confié l’avocate. Celle-ci a néanmoins affirmé que Kamira « garde l’espoir », surtout de voir sa demande de son transfert à la prison de Tizi Wezzu, en Kabylie, aboutir. En effet, la détenue politique kabyle est très peinée de voir sa maman Na Nouara, âgée et malade, faire de longs et pénibles déplacements de Tizi Wezzu à Koléa pour lui rendre visite. Pour rappel, Kamira Naid Sid a été enlevée le 24 août 2021 près de son domicile à Draa-Ben-Khedda en Kabylie, par les services de sécurité algériens avant qu’elle ne soit présentée, le 1er septembre, devant le juge du tribunal d’Alger, lequel avait ordonné sa mise sous mandat de dépôt. Elle a été faussement accusée de ‘’terrorisme’’ par la justice algérienne, alors qu’elle avait bénéficié en 2015 d’une bourse de l’ONU pour une formation sur les droits de l’homme et a participé à un grand nombre de conférences internationales, notamment sur les questions relatives aux droits des peuples autochtones et le changement climatique. La justice algérienne aux ordres de la junte militaire avait condamné la militante kabyle en appel les 4 et 9 juillet 2023 à 3 ans d’emprisonnement.

Ses avocats ont qualifié ce procès de ‘’mascarade’’. Pour cause, ils ont estimé que les procédures de justice « n’ont pas été respectées, que le dossier de l’accusation est vide de preuves et que les droits de la défense ont été violées ». Ils sont malheureusement des dizaines de militants pacifiques kabyles, comme Kamira Nait Sid, à être victimes de procès politiques avec des délits fantômes et des dossiers montés de toutes pièces par les services secrets algériens.

Lyes B.

1 COMMENTAIRE

  1. Le calvaire enduré par Kamira et tant d’autres kabyles innocents qui n’ont pour seul faux-crime d’avoir exprimé leur attachement à leurs racines berbères, leur langue, leur culture et leur histoire millénaire, est absolument insupportable, c’est un ethnocide à huis-clos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici