« Pour mettre fin à ces complots, le peuple kabyle doit prendre son destin en main »

0
1786
Lyazid Abid
Lyazid Abid

KABYLIE (TAMURT) – Dans cet entretien express, Lyazid Abid, porte-parole de l’Union pour la République Kabyle, revient sur les récentes déclaration de l’opposant algérien Hicham Aboud évoquant un éventuel complot contre la Kabylie que les services secrets algériens seraient en train d’échafauder.

L’opposant algérien Hicham Aboud a récemment révélé qu’un complot contre la Kabylie serait en train d’être fomenté par les services secrets algériens. Il consisterait à cacher des armes dans certaines régions de la Kabylie pour ensuite accuser le MAK et les indépendantistes en général de préparer des attentats terroristes. Quel crédit accordez-vous à ces déclarations ? Est-ce un scénario plausible ?

Il faut s’attendre à tout avec ce régime criminel. Ces déclarations nous rappellent justement celles d’un certain Said Bensdira, agent des renseignements algériens et ami du général sanguinaire Khaled Nezzar, qui avait parlé avant qu’ils ne se produisent des incendies criminels de l’été 2021 en Kabylie. Hicham Aboud est un ancien membre des services secrets algériens, avant de devenir journaliste indépendant et opposant. Il a certainement des sources à l’intérieur de ces services. Ce scénario n’est pas à écarter. Si cela venait à se produire, cela serait grave mais je ne serai pas étonné. Je souligne que l’élaboration des complots contre la Kabylie ne date pas d’aujourd’hui. Déjà, à la fin des années 70, la sécurité militaire algérienne avait organisé une opération de parachutage d’un lot d’armes à Cap Sigli, dans le département de Vgayet, pour ensuite accuser les militants et opposants kabyles à la dictature de Boumediene de vouloir organiser une insurrection. Donc, une affaire Cap Sigli 2 est plausible pour que ce régime colonial justifie le maintien de sa répression contre les militants indépendantistes kabyles.

Quel message adressez-vous donc au peuple kabyle ?

J’appelle à la vigilance. Le peuple kabyle n’est pas dupe. Il est conscient des complots ourdis qui se trament contre lui depuis plusieurs décennies. En maintenant la mobilisation notamment dans la diaspora et en restant éveillé, le peuple kabyle saura contrecarrer ces complots. J’appelle aussi à l’unité des forces vives de la Kabylie pour déjouer les plans diaboliques de ceux qui ne jurent que par le projet « zéro kabyle ». Je réitère mon appel à la tenue d’une conférence nationale kabyle pour resserrer les rangs et avancer efficacement vers le recouvrement de notre souveraineté. Cependant, je veux encore une fois alerter la communauté internationale sur les visées génocidaires du régime algérien en Kabylie. Les instances onusiennes doivent agir avant qu’il ne soit trop tard.

Dernièrement, deux citoyens du village Iwaquren, dans le département de Tuvirett, ont été agressés par des gendarmes algériens. Est-ce une provocation délibérée ?

D’abord, je condamne fermement cette agression honteuse de la gendarmerie algérienne contre deux jeunes citoyens kabyles irréprochables. Il s’agit d’une provocation de trop. Le régime algérien veut mettre le feu en Kabylie. C’est ce qui s’est produit lors des évènements du printemps noir 2001. Tout a commencé par l’assassinat du jeune martyr Massinissa Guermah par les gendarmes à At Douala. Sa mort avait déclenché de violentes émeutes ayant embrasé toute la Kabylie. La suite, tout le monde la connait : 130 morts et des centaines de blessés graves. Pour mettre fin à ces provocations et complots, le peuple kabyle doit prendre son destin en main en instaurant un État kabyle, libre, démocratique, social et laïque. C’est la seule voie possible qui assurera la prospérité et la pérennité de la Kabylie.

Propos recueillis par Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici