Présidentielles : les militants du FFS exigent le retrait

0
1352
Aouchiche, Premier secrétaire du FFS
Aouchiche, Premier secrétaire du FFS

KABYLIE (TAMURT) – Une pression énorme est exercée sur la direction du FFS depuis son annonce officielle de la participation à la prochaine présidentielle que les décideurs veulent imposer. Il paraît que même au sein de la direction, la participation est loin de faire l’unanimité.

Samir Bouakouir, dirigeant du parti et un proche de la famille de Hocine Ait Ahmed, multiplie les interventions pour mettre en garde contre une participation hasardeuse du FFS à l’élection présidentielle. Les ténors du parti gardent pour le moment le silence. « l’option du retrait de la course électorale par le FFS est vraiment probable », nous confie un élu du FFS et membre du conseil national du parti. Alors que le FFS exige des mesures d’apaisement et la libération de tous les détenus d’opinion pour participer à la prochaine élection présidentielle, un membre du conseil de ce même parti, l’avocat Omar Boussag de la wilaya d’Oran, vient d’être condamné à 6 mois de prison ferme pour délit d’opinion.

Le choix du candidat du FFS à la présidence, Youcef Aouechiche, à soulevé la colère même de ceux qui sont pour la participation.  » Youcef n’a aucun bagage intellectuel et aucun passé de militant. Un illustre inconnu. Ça sera une humiliation pour le parti de se présenter d’abord aux élections puis avec un candidat pareil », nous confie l’elu du FFS. Ce dernier précise que la participation est l’œuvre du clan Mouhand Amoukrane Chérif, ancien ministre de Chadli et qui est actuellement un des responsables du FFS.

La pression s’accentue sur la minorité, qui au sein du FFS, a décidé de prendre part à une élection présidentielle rejeté de manière systématique par le parti de Hocine Ait Ahmed depuis 1963.

Idir Yatafen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici