Répression : Deux ans de prison ferme pour le militant kabyle Samir Mokrani

0
1374
Samir Mokrani, dit Anza
Samir Mokrani, dit Anza

TIZI WEZZU (TAMURT) – Le militant kabyle Samir Mokrani a été condamné, ce lundi 06 février, à deux ans de prison ferme par le tribunal de Tizi Wezzu. Artiste et poète engagé, Anza comme on le surnomme, est l’un des rescapés du printemps noir de 2001, lorsque les gendarmes algériens tiraient à balles réelles sur les jeunes kabyles, faisant 130 morts et des milliers de blessés. Il est poursuivi par la justice algérienne pour son militantisme pacifique en faveur de la Kabylie.

L’acharnement judiciaire contre les militants kabyles continue. Ce lundi 06 février, le militant Samir Mokrani a été condamné par la justice algérienne inféodée à la junte militaire à deux ans de prison ferme. Sa poésie engagée à travers laquelle il exprime son amour pour la Kabylie et dans laquelle il dénonce l’arbitraire que fait subir le régime algérien au peuple kabyle dérange. Ses déboires avec la justice algérienne remontent déjà à 2017. Il avait été condamné à l’époque à 6 mois de prison ferme pour ses prises de positions en faveur d’une Kabylie libre, à travers ses poèmes engagés qu’il partageait sur Facebook. Deux ans plus tard, soit en août 2019, il a été victime d’une tentative d’assassinat pour les mêmes motifs Il a été violemment agressé et laissé pour mort près d son village à Larbaa Nath Irathen.

Par la suite, il a été arrêté et torturé par la police algérienne au sein même du commissariat de Larbaa Nath Irathen avant de le jeter dans une décharge d’ordures. Un élan de solidarité avait alors été lancé en Kabylie pour venir à son aide et prendre soin de lui.

Lyes B

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici