Répression : Nouvelles condamnations iniques contres des indépendantistes kabyles

0
2228
Indépendantistes Kabyles
Indépendantistes Kabyles

ALGER (TAMURT) – Les militants kabyles Wissem Sefouane et Mohand Said Attaf ont été lourdement condamnés, ce lundi 08 mai, respectivement à trois et sept ans de prison ferme par le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida (Alger). Le parquet a requis 15 ans de réclusion criminelle contre les détenus kabyles.

La série de condamnations injustes prononcées par la justice algérienne aux ordres de la junte militaire contre les militants kabyles continue. Arrêtés en janvier 2022, à Tuvirett, en Kabylie, dans le cadre de la vague d’arrestations arbitraires visant les kabyles, enclenchée en 2021 par le régime algérien, Wissem Sefouane et Mohand Said Attaf ont été placés sous mandat de dépôt depuis plus d’un an. Ils sont faussement accusés de « terrorisme » en vertu de l’article 87 bis du code pénal algérien, qui incrimine l’acte politique. Leur combat pacifique pour une Kabylie libre et indépendante est considéré par le régime algérien comme un acte terroriste.

Pourtant, le droit à l’autodétermination des peuples est un droit international dûment reconnu par les chartes onusiennes, et même par la constitution algérienne. « Nous regrettons l’issue du procès de Wissem Sefouane et Mohand Said Attaf. Il n’y a aucune preuve attestant qu’ils ont appelé à la violence via des publications Facebook. Le procureur a réclamé 15 ans de prison ferme, alors que leur dossier est vide. Il n’y a aucune preuve tangible qui montre que ces jeunes ont violé la loi », a déploré Me Sofiane Ouali, l’un des avocats de la défense.

Lyes B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici