Sous mandat de dépôt depuis huit mois : Cherif Mellal en grève de la faim illimitée pour dénoncer l’acharnement judiciaire qu’il subit

1
2556
Cherif-Mellal, ex-président de la JSK
Cherif-Mellal, ex-président de la JSK

TIZI WEZZU (TAMURT) – En détention depuis huit mois dans une prison algérienne, l’ex président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, a entamé depuis le 31 août dernier, une grève de la faim illimitée suite au renouvellement injustifié par un juge algérien de son mandat de dépôt, a indiqué sa famille dans un communiqué. Celle-ci s’est dite choquée par cette mesure arbitraire, d’autant plus que le juge refuse d’auditionner dans le fond Chérif Mellal.

Face à l’arbitraire qu’il subit depuis plusieurs mois, l’ancien président de la JS Kabylie a décidé d’entamer à partir de jeudi dernier une grève de la faim illimitée. « C’est avec une profonde émotion que nous faisons part de la décision prise par notre fils, frère, père et mari d’entamer une grève de la faim illimitée depuis le 31 août 2023. Cette décision, prise de sa propre initiative, est l’aboutissement d’un acharnement judiciaire qui a commencé le 16 septembre 2021 », lit-on dans le communiqué rendu public par la famille du détenu. La même source souligne que Cherif Mellal est poursuivi dans deux affaires différentes. La première est liée à une prétendue « appartenance à un groupe terroriste et pour atteinte à l’unité nationale ». Son passeport lui a été alors confisqué et il a été frappé d’une interdiction de sortie du territoire national (ISTN). Bien qu’il ait obtenu, début janvier 2023, un non-lieu partiel concernant l’accusation d’appartenance à un groupe terroriste (article 87 bis), la justice algérienne a maintenu la charge portant sur « atteinte à l’unité nationale ». Il sera jugé dans cette affaire en octobre 2023, a précisé le communiqué de sa famille.

Quant à la deuxième affaire pour laquelle Chérif Mellal a été placé sous mandat de dépôt, elle est liée à ses activités commerciales. Ce qui révolte la famille du détenu est le refus du juge d’entendre Cherif Mellal dans le fond. « Malgré les nombreuses interventions de ses avocats, jusqu’à aujourd’hui, Chérif Mellal n’a toujours pas été entendu sur le fond de l’affaire, ce qui l’empêche de demander un non-lieu partiel ou une liberté provisoire », a-t-on expliqué dans le même communiqué. La famille de l’ex président de la JSK dénonce les fausses promesses du juge algérien en charge de l’affaire. « Après près de 8 mois de détention provisoire et les promesses du juge de l’entendre sur le fond du dossier, nous avons été choqués d’apprendre que son mandat de dépôt avait déjà été renouvelé une deuxième fois, sans qu’il ne soit entendu dans le fond du dossier », a-t-on déploré.

S’estimant innocent, Cherif Mellal, souligne sa famille, s’indigne contre une cabale judiciaire. « Cherif Mellal affirme son innocence avec force et dénonce cet acharnement. Il est avant tout une personnalité sportive, et ceux qui tentent de l’entraîner dans un débat politique et des manœuvres manipulatrices ont des intentions inavouées. Nous espérons que la justice prévaudra dans cette affaire et que la vérité éclatera », a écrit sa famille dans son communiqué.

Pour rappel, Cherif Mellal, très apprécié par les supporters de la JSK aux quatre coins de la Kabylie, a été illégalement destitué de son poste de président du club phare de Kabylie, par les services secrets algériens. Ceux-ci ont installé une nouvelle direction, qu’ils guident depuis Alger.

Aksil K.

1 COMMENTAIRE

  1. Iruh dhasfell a laqvayel
    Ina da lwenass utskalghara fallawen …..

    Dhi thmurth thahrass .
    Dhi el ghurva nassussem
    Aluh aluh a thaqvaylith .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici