Tala Atmane : Après l’interpellation de son père, Nadir Moula à son tour placé en garde à vue

1
1049
Nadir Moula
Nadir Moula

TIZI WEZZU (TAMURT) – Convoqué jeudi dernier par la gendarmerie algérienne, Nadir Moula s’est présenté, vendredi 10 décembre, à la brigade de gendarmerie de Tizi Wezzu. Il a été immédiatement placé en garde à vue, rejoignant ainsi son père, interpellé le 05 décembre dernier. Connu pour son implication dans des œuvres humanitaires en faveur des démunis, sa mise en garde à vue a suscité l’indignation en Kabylie et au-delà. « Il n’y a qu’en Algérie que l’action humanitaire est reliée au terrorisme ! », a commenté sa mère.

Le dernier post de Nadir Moula sur sa page Facebook publié le 07 décembre, avant sa mise en garde à vue à la brigade de gendarmerie de Tizi Wezzu, fut un mot de remerciement à ceux et celles qui se sont solidarisés avec son père Hocine, journaliste et enseignant de tamazight à retraite, arrêté dimanche 05 décembre. « Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont transmis leur solidarité et sympathie envers mon père, tannemirt i yal yiwet/yiwen (merci à chacune et à chacun d’entre vous). Je vous rassure que mon père va bien, il est en compagnie de Mass Graichi et Dda Ahcen Cherrifi, en garde à vue depuis 48h à la brigade de gendarmerie, du côté de Lalla Khedidja. On attend la fin de la garde à vue et la présentation devant le procureur de la république pour en savoir davantage et la démarche à suivre », avait-il écrit, tout en signant son message par ces mots : « Vava ur inzi, ur inghi, ur yukir, tilelli i waraw tlelli » (Mon père n’est pas un vendu, il n’a ni tué, ni volé, liberté pour les fils de la liberté). Pour l’heure, aucune information officielle n’a été communiquée sur les motifs de l’arrestation de Nadir Moula.

Dans une déclaration sur les réseaux sociaux, sa maman affirme que l’interpellation de son fils est étrangement liée à sa participation dans des oeuvres humanitaires. « Il n’y a qu’en Algérie que l’action humanitaire est reliée au terrorisme ! Mon fils est en garde à vue parce qu’il a été humaniste lors du Covid de juillet. Il a aidé les citoyens de son village en exposant à des risques, sa vie. Il avait réussi à installer une cellule de crise avec ses amis universitaires, ce qui avait encouragé les enfants du village de l’émigration, à envoyer de l’argent pour contribuer à la réhabilitation et l’équipement de la salle de soin ainsi que l’achat de tous les produits ou équipements nécessaires, à la prise en charge des malades du Covid. Toutes les factures ont été remises avec cachet des services concernés. Selon eux, le financement de cette opération venant de l’émigration, est attribuée à un mouvement terroriste », a écrit la mère de Nadir.

Ainsi, l’Algérie est en passe de criminaliser l’œuvre humanitaire, notamment celle émanant des kabyles. Pour rappel, Hocine Moula a été interpellé le 05 décembre dernier, après une perquisition à son domicile familial, à Tala Atmane. Selon le témoignage de son fils Nadir, la gendarmerie a trouvé au terme de cette perquisition « une guitare en guise d’arme et des bouquins en guise de bouclier ». Des preuves « qui l’ont propulsé au rang de terroriste ! ».

Arezki Massi

1 COMMENTAIRE

  1. Que cela soit bien compris , plus aucun Kabyle n’est à l’abri d’une arrestation arbitraire. Que faut il de plus pour que les bisounours candides se réveillent enfin et comprennent que seule l’indépendance peut sauver notre région de l’annihilation; la Kabylie a été et restera à jamais l’ennemi numéro un des régimes (néo)colonialistes et de la collaboration nazionaloarabiste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici