Enseignement de la langue berbère en France : François Hollande se dit favorable

0
981

FRANCE (TAMURT)- L’ancien président François Hollande se dit favorable à l’enseignement du berbère en France dans une interview qu’il a accordée récemment à Berbère TV.

« Si cette langue (le berbère) est pratiquée en France dans les relations familiales, si elle est pratiquée dans le monde, ça vaut la peine à ce moment-là de l’enseigner pour que ça soit une langue qui ne soit non seulement parlée mais apprise », a répondu l’ancien locataire de l’Elysée à la question du journaliste de Berbère TV Mohand Kacioui, qui l’interrogeait sur l’éventualité d’introduire le berbère dans l’enseignement français. Le journaliste a rappelé à juste titre à son invité que la communauté franco-berbère est nombreuse et que lorsqu’il était président, sa ministre de l’éducation, d’origine berbère (du Rif marocain), Najat Vallaud-Belkacem, avait proposé à l’époque l’introduction du berbère dans l’enseignement français, au même titre que l’arabe et le turc. Elle s’est basée sur une enquête qui a été diligentée par le ministère de l’Education nationale française qui a conclu que la langue berbère est la première langue parlée en France après le français.

Par ailleurs, tout en soulignant qu’il est « très attaché à la langue de la République », en l’occurrence le français, François Hollande est en faveur à l’enseignement d’autres langues, dont le berbère, pourvu que cela se fasse dans l’enseignement public. « Est-ce que c’est un risque pour la langue de la République ? Parce que moi je suis très attaché à la langue de la République, la langue française. (…) Je pense qu’il faut enseigner ces langues et il faut le faire dans l’enseignement public, et ne pas laisser des écoles religieuses ou des écoles privées le faire à la place de la République, car ça doit être un enseignement et pas une tolérance », a-t-il plaidé.

Pour le moment, la langue berbère ne bénéficie en France que d’une prise en charge institutionnelle très modeste. En effet, elle est limitée presque exclusivement à l’université et à la recherche scientifique. Par ailleurs, l’ex-président français partage le constat du journaliste de Berbère TV, qui affirmait que les berbères, bien qu’ils soient nombreux en France, « ne sont pas assez reconnus pour ce qu’ils sont et pour ce qu’ils donnent à la République ». François Hollande, qui dit « connaitre bien la Kabylie et ses montagnes », estime que les berbères doivent aussi s’affirmer eux-mêmes. « Peut-être aussi les Berbères eux-mêmes ne se font pas suffisamment connaître. C’est pourquoi votre télévision est très importante. Il faut s’affirmer soi-même, pas s’affirmer contre, mais montrer finalement votre longue culture, votre existence, pas simplement d’ailleurs en Algérie, mais dans toute l’Afrique du Nord, c’est aussi ça qui compte et de faire que cette culture-là enrichisse la France, parce qu’on est dans ce débat maintenant », a-t-il constaté.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici