Cela se passe lors de la journée mondiale de la femme – La police traque les couples non-mariés à Alger : l’inquisition

5

ALGER (Tamurt) – La sainte inquisition est-elle de retour? Selon le journal l’Expression même la virginité des filles arrêtées en couples est vérifiée par la police des mœurs. « A Alger, la police s’est trouvée une nouvelle vocation: celle de faire la chasse aux couples non mariés. Cette pratique est surtout répandue au niveau de la police relevant de la sûreté de daïra de Chéraga.

Celle de vérifier la virginité des filles «surprises» en compagnie d’amis ». Selon toujours ce même journal, des jeunes filles ont été emmenées chez des gynécologues afin de vérifier s’elles n’avaient pas pratiqué des relations sexuelles. Plusieurs couples ont été arrêtés durant la journée de 8 mars, une fête mondialement célébrée par les femmes. «À 4 heures du matin, la police nous a ramené deux jeunes filles de 17 ans qui étaient avec leurs copains en voiture pour une réquisition d’examen d’hymen», affirme un employé de l’hôpital qui a souhaité garder l’anonymat, selon toujours le même journal.

Sous l’ère de Bouteflika, il ne manque que d’appliquer la Charia islamique qui ordonne l’exécution des couples en plein public. On se demande quel danger représente un couple pour la société ? Les agressions, les vols à la tire, les violences contre la femme en Algérie ne semblent pas être une priorité pour les services de sécurité. On se souvient lorsque Bouteflika, lors d’une visite effectuée au début des années 2000 à Batna, a exhorté les femmes, en direct à la télévision, de ne peut heurter la sensibilité des islamistes, rien que pour plaire à ses repentis et aux terroristes qui pullulent les maquis du pays et qui ont fait plonger l’Algérie dans un tourbillon de régression et de sous-développement.

« Y a que les femmes qui sont belles en Algérie. Sinon, le pouvoir a tout défiguré », nous dira un habitant de Tizi-Ouzou.

Izem Irath