Le milieu associatif à At Smaɛil – « Adrar n fad », un carrefour culturel

1

L’association culturelle « Adrar n Fad » est fondée le 10 mars 1994 par un groupe de jeunes natifs d’Ait Smail (At Smaɛil). Agréée le 29 juin 1994, sous le numéro 94/71, et ce conformément à la loi numéro 90/31 du 4 décembre 1990 relative aux associations. Il est à noter que le nom de l’association fait référence à la montagne qui délimite du nord la commune qui a vu naître l’association.

« Adrar n fad » s’est fixée pour objectifs la promotion de la langue et la culture kabyles. Sauvegarder et promouvoir le patrimoine culturel est aussi un objectif incontournable. En outre, la création et la formation de troupes artistiques et théâtrales. Sans mettre l’organisation et la participation aux rencontres et festivités culturelles. Cette pépinière culturelle vise aussi à éradiquer l’analphabétisme et aider les élèves en classes d’examen. Pour réaliser toutes ces aspirations, un riche programme est prévu tout au long de l’année. On peut citer, entres autres : l’organisation des cours pour les classes d’examens, des cours d’apprentissage de la langue amazighe, des cours d’alphabétisation, des cours et séances pratiques de : théâtre, musique, poésie, …etc.

Les infatigables jeunes de cette structure ont une revue périodique, créée en 1994. C’est une tribune pour les multiples créations artistiques. « Adrar n fad » fait de son mieux pour célébrer les dates historiques du pays. Une manière de ne pas laisser la place à l’oubli. L’association organise ses activités sous forme d’expositions, conférences-débats, tables rondes, représentations théâtrales, galas artistiques, cercles de poésie, concours culturels, historiques et scientifiques, projections vidéo et cinématographiques, excursions et visites culturelles… Au sens de cet espace culturel, l’organisation et la rigueur ne sont pas de vains mots.

L’association est composée de trois sections permanentes. Chaque section, est dirigée par un bureau de cinq membres, chargés de contribuer à l’élaboration du programme annuel et la réalisation des activités dont elle a la charge. « Malgré les nombreuses difficultés rencontrées, en matière de finance et d’encadrement, et malgré les obstacles culturels ; à savoir l’inexistence d’infrastructures qui abrite les festivités culturelles, l’association continue à travailler grâce à la volonté de ses adhérents et aussi à l’engagement constant et dévoué des membres qui en assurent l’animation, pour créer un espace culturel susceptible de capter les jeunes autour d’activités culturelles diverses et avec un encadrement approprié », estime l’un des membres actifs.

Adrar n fad est un carrefour pour des jeunes avides de culture et de savoir. Peut-être qu’il est temps de mettre à leur service tous les moyens, pour qu’ils puissent dépasser tous les obstacles auxquels ils font face.