Convention Nationale Kabyle : Ensemble, construisons-nous un « toit »

26
298

KABYLIE (Tamurt) – En effet, la société kabyle à travers son histoire millénaire avait toujours su trouver en elle le ressort nécessaire pour transcender ses différences conjoncturelles et appeler à des larges concertations confédérales, lorsqu’elle traversait des situations récurrentes de crises aigues ou lors de la conjonction de moments de détresse et d’épreuves et, plus généralement, chaque fois qu’un danger imminent menaçait ses soubassements, tant dans sa cohésion sociale ou hypothéquant dangereusement l’intégrité de ses territoires. Aussitôt, tous les litiges et ressentiments accumulés dans le cours de la vie entre individus, familles, villages ou encore inter-Ârchs, sont alors transcendés, dans l’unité retrouvée, faisant prévaloir avant tout l’intérêt vital de leur pays au détriment des intérêts de clan ou d’individus.

C’est dans l’ouvrage de référence de Si Amar Boulifa « Le Djurdjura à travers l’Histoire » que cette tradition est attestée. En effet, il y écrit : « …Soutenus par le souffle de liberté qu’ils aimaient autant que leur vie, acceptant volontiers tous les sacrifices et unissant tous leurs efforts pour fondre sur l’ennemi commun, les Aarchs kabyles arrivaient souvent à repousser et à mettre en déroute tout pouvoir oppresseur et l’envahisseur le plus redoutable. Dès que l’intégrité de leur sol était assurée, les Aarchs, rentrés en possession de leurs biens, reprenaient toute leur vigueur, et, avec leur débordante activité, ils arrivaient sans peine à réparer leurs brèches et à consolider leur libération et assurer leur indépendance durant le cours des siècles… » [[Si Amar Boulifa « Le Djurdjura à travers l’histoire, depuis l’antiquité jusqu’à 1830 », Alger, J. Bringau 1925.]]. A travers cet exemple, nous voyons combien chaque Kabyle a conscience de préserver ses racines, son patrimoine identitaire et culturel.

Pour réhabiliter cette faculté ancestrale d’autonomie et de protection collectives il y a lieu de la réconcilier avec la contemporanéité en toute cohérence et la remettre au diapason de la modernité. Ainsi, il est bien connu qu’en droit international, un peuple sans état n’a aucune existence juridique légale et nulle institution ou autre nation ne peut le reconnaitre. Donc, faute de pouvoir saisir les instances internationales, il ne peut ni protéger ses intérêts, ni se prémunir des menaces qui portent dangereusement atteinte à ses intérêts et son intégrité. Il ne peut non plus faire valoir ses droits inaliénables tant au niveau national qu’international. Par conséquent, pour un peuple aspirant à sa reconnaissance, la mise sur pied d’un État relève d’une nécessité vitale. Ainsi au lieu de se complaire stérilement et de se morfondre dans de vaines litanies, de plaintes sans lendemains, et d’égrener les interminables chapelets de lamentations d’une insoutenable inanité, le peuple kabyle a le devoir de se retrousser les manches pour se doter résolument des instruments juridiques adéquats de nature à lui permettre tout d’abord de s’imposer avec son statut. Il pourra enfin consolider son émancipation politico-administrative, et entreprendre d’une manière autonome non seulement son propre développement et son essor mais aussi, et surtout, garantir plus efficacement sa sécurité.

En convoquant donc la tenue d’une Convention Nationale Kabyle, la première du genre en Kabylie, depuis sa perte de la souveraineté en 1857, le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie vise avant tout à libérer l’énergie créatrice de l’ensemble des forces vives de la Kabylie. Il entend offrir par là l’opportunité tant attendue à tous les patriotes kabyles sincères, de tous horizons, de quelque statut social, de quelque convictions politique ou religieuse qu’ils soient, de faire entendre solennellement leurs voix et apporter ainsi leur contribution active aux soubassements doctrinaux des institutions futures dont sera doté l’Etat Régional Kabyle. Ils en esquisseront les contours en en réaffirmant les valeurs refondatrices.

Par cette initiative, le MAK démontre incontestablement qu’il est plus que jamais ancré dans le cadre civilisationnel kabyle, qu’il est indéfectiblement attaché aux valeurs séculières et aux principes démocratiques et républicains chers à la Kabylie historique dont il ne cesse de prôner la réhabilitation.

Ainsi, en nous fondant sur les constats alarmants sur lesquels s’accordent tous les acteurs politiques de notre région, en prenant acte des incessantes agressions du pouvoir algérien depuis près d’un demi siècle ciblant dangereusement l’existence même de la Kabylie en tant que nation pérenne, tous les citoyens et les acteurs politiques kabyles sont gravement interpellés par l’Histoire. Ils doivent réagir comme un seul homme et s’inspirer dès lors de leur tradition séculière pour taire leurs divergences politiques qui relèvent plus de caprices conjoncturels que d’une vision responsable de l’avenir de leur mère patrie. S’armer de réalisme et se concerter loyalement à travers un débat démocratique fructueux, serein et responsable qu’offre le cadre de cette rencontre relève de la responsabilité de chacun. Les Kabyles ont le devoir imprescriptible de réfléchir ensemble leur propre état régional qu’ils sont appelés à mettre sur pied demain.

Chacun d’eux a droit au chapitre. Il aura à exposer son avis librement et formuler les structures qu’il estime être les plus adaptées à cet état. Comme le dit si bien l’adage des prévoyants : « Demain, c’est déjà aujourd’hui ! » !

Nous devons donc réfléchir collégialement, dès maintenant, à tous les cadres et mécanismes devant structurer et régir les institutions politico-administratives de l’ÉTAT RÉGIONAL KABYLE de demain. Le temps presse en effet, le monde traverse une période de mutation très profondes, il vit des bouleversements géopolitiques annonciateurs de grands déséquilibres régionaux. Ces derniers risquent fort bien de ne pas épargner notre pays et de nous prendre ainsi de court. Alors, si les Kabyles souhaitent que les rééquilibrages en train de s’opérer se fassent avec eux, ils se doivent d’être maîtres de leur destin et faire en sorte qu’ils soient plutôt les artisans de leur propre devenir et ne pas laisser l’histoire se faire sans eux et donc forcément contre leurs propres intérêts.

Pour obéir à la rigueur que cette monumentale entreprise requiert, la présente réflexion est fondée sur un examen minutieux de la question relative à l’entité kabyle, du point de vue politique, identitaire, sociologique, religieux, culturel et géostratégique, tous les arguments invoqués et considérés plaident d’une manière irréfutable pour la nécessité de l’instauration en Kabylie d’un État régional doté d’une large autonomie et rattaché à l’ensemble algérien. Les valeureux fils de Kabylie doivent se sentir tous interpellés pour la concrétisation sur le terrain de cet objectif civilisationnel vital pour leur avenir. Ils sont sommés par l’Histoire de riposter efficacement, dans l’unité des rangs, comme un seul homme. Les Kabyles devraient donner libre cours à toute leur intelligence, dans un esprit critique constructif, en multipliant leurs activités régénératrices et vivifiantes dans tous les domaines et sous divers aspects. Et qu’importe si d’aucuns, au sein même de l’ensemble algérien, par esprit d’égoïsme ou de jalousie bien étroit, trouvent déjà notre entreprise trop ambitieuse, débordant les limites qu’ils lui auraient arbitrairement fixées. Car, ce faisant, et à coup sûr, les fils de la Kabylie ne manqueront pas demain de surprendre et se faire vite distinguer dans le concert des nations. Ainsi, l’activité et le renouveau kabyles susciteront la juste reconnaissance qui leur fait défaut, particulièrement dans le bassin méditerranéen, eu égard à leur précieuse et incontestable contribution au progrès de l’Occident, dont désormais ils sont partie intégrante.

L’État régional kabyle sera une construction institutionnelle rationnelle et civilisationnelle au sein du bassin méditerranéen ou ne sera pas. Elle traduira fidèlement une option résolue qu’entreprennent tous les Kabyles pour la rénovation et la modernisation de leur espace social et territorial de nature à témoigner de l’intelligence vive que recèle sa composante humaine. Ce sera là, un vaste chantier de reconstruction de sa propre économie et de reconquête de toutes ses ressources naturelles qui devraient lui permettre de générer un véritable développement durable, autonome et totalement intégré aux spécificités socioculturelles, historiques, géographiques et climatiques qui distinguent fortement la Kabylie. Pour ce faire, il est hors de question pour nous de sombrer dans un mimétisme déconcertant ou d’être complaisamment tentés de reproduire des expériences étrangères hétérogènes, sans lien avec notre réel. L’État régional kabyle sera un exemple à côté de ceux développés en Europe occidentale et d’Amérique du Nord, entièrement réfléchi, conçu et mis sur pied par le génie du peuple kabyle au sein du bassin méditerranéen.

L’État régional kabyle, devrait alors s’ériger en une institution étatique régionale moderne, socialement accueillante au sein de l’ensemble algérien et ouverte sur le monde. Son appartenance à l’Algérie sera fondée exclusivement sur sa libre adhésion en fonction de ses intérêts et sur la base des valeurs qui seront clairement définis par la future Constitution régionale kabyle. Par voie de conséquence, le génie de l’homme kabyle consiste à entreprendre la construction de l’État régional kabyle dont nous avons le devoir dès à présent de jeter les bases fondatrices. Il sera appelé certainement à se développer de manière fulgurante, à s’enrichir, à progresser au fur et à mesure de son avancement et s’épanouir très rapidement au fil des ans : politiquement et institutionnellement, socialement et économiquement, scientifiquement et culturellement. Tel est le défi kabyle !

26 COMMENTS

  1. Louable initiative,mais je parie à l’avance que le FFS et le RCD,ne seront pas de la partie !. Voila ou on en est actuellement,une Kabylie dépeuplée,comme jamais auparavant , des partis qui ne se reconnaissent pas et se regardant constamment en chiens de faïence et le pouvoir plus que jamais agressif et fier de s’adonner à ce qu’il aime le plus : l’anti- kabylisme !.

  2. Louable initiative,mais je parie à l’avance que le FFS et le RCD,ne seront pas de la partie !. Voila ou on en est actuellement,une Kabylie dépeuplée,comme jamais auparavant , des partis qui ne se reconnaissent pas et se regardant constamment en chiens de faïence et le pouvoir plus que jamais agressif et fier de s’adonner à ce qu’il aime le plus : l’anti- kabylisme !.

  3. Azul.Un grand espoir pour une vie meilleur pour la Kabylie et son autonomie et en voie de se concretiser.afin que notre peuple puisse s’epanouir vers la voie du progrés et de la paix.Par sa bravoure notre peuple doit retrouver sa quiettude ancestrale sa culture qui lui a ete usurpée par une autre plus repressive,,regressive ,devastatrice qui n’a de calficatif autre qu’apartheid.Cette appelle solonelle de bon sens a une convention sera et serai ‘un prellude d’une avancée clarifier d’une communautée à une autonomie de destin retrouvée.

  4. Azul.Un grand espoir pour une vie meilleur pour la Kabylie et son autonomie et en voie de se concretiser.afin que notre peuple puisse s’epanouir vers la voie du progrés et de la paix.Par sa bravoure notre peuple doit retrouver sa quiettude ancestrale sa culture qui lui a ete usurpée par une autre plus repressive,,regressive ,devastatrice qui n’a de calficatif autre qu’apartheid.Cette appelle solonelle de bon sens a une convention sera et serai ‘un prellude d’une avancée clarifier d’une communautée à une autonomie de destin retrouvée.

  5. Tres bonne inititive.

    J’adhere a un parti politique national, a base principale en Kabylie. Cependant, je ne suis Algerien que parce que je suis Kabyle et non l’inverse – Et mon but dans ce parti est l’interet, pas l’ideologie – Mon interet, qui est directement lie’ a celui de mon environnement immediate, regional et puis national, dans cet ordre. Il y a bien des environnement socio-culturels, economiques, politiques, etc. bien plus loin d’Alger avec lesquels mes interets sont plus align’es sans pour cela que les dividandes de l’organisation politique de ces environnement ne me soient guarantis, alors qu’ils sont donne’s sans condition aucune aucune a ceux qui y vivent, et qui y ont un lien historique Humain plus fort que le mien. En effet, l’interet economique, etc. n’ont de raison d’etre sinon d’enrichir et renforcer tous les autres aspects de la vie des individus et la communuate’ avec laquelle ils ont ce lien ambilicla. C’est la nature des choses et celle des Hommes.

    L’Algerie helas, est un lieu publique dans lequel n’ont de place que les forts, de leur intelligeance et de leur famille. Ma Kabylie est ma famille, sans elle, toute ombition nationale est voue’e a l’echec. Tant pis si les grade’s de mon parti, on d’autres calculs, moi j’adhere a l’etablissement d’un Kabylie meilleure et plus forte. Je suis partant, ne serait-ce pour donner l’example aux regions, qui helas comme nous les Kabyles, sont soumis a un administration pire que coloniale.

  6. La réunion de la Convention Nationale Kabyle, est une bonne chose. Au cour de cette réunion les acteurs de celle-ci devraient poser la question du rétablissement de la République détruite en 1857 par une puissance étrangère. Le devenir de notre future Etat (car cela sera une première dans les annales de la République) ne peut – à mon sens – qu’être qu’indépendant. Pour ce qui est du rest j’attends de voir les conclusions de la réunion.

    Saga des Gémeaux

  7. La réunion de la Convention Nationale Kabyle, est une bonne chose. Au cour de cette réunion les acteurs de celle-ci devraient poser la question du rétablissement de la République détruite en 1857 par une puissance étrangère. Le devenir de notre future Etat (car cela sera une première dans les annales de la République) ne peut – à mon sens – qu’être qu’indépendant. Pour ce qui est du rest j’attends de voir les conclusions de la réunion.

    Saga des Gémeaux

  8. Ensemble pour constuire un toit . dans le temps ya bcp de bois yas bcp de mendes qui save travailler le bois est maintenant ya ni bois ni le bois puiceque toutes les forets sonts brulees .donc je vois pas le point de départ .la seule façon de construire un toit c de replantes les replontes .vive la kabylie independante

  9. Un TOIT déjà ? af acu alayved ? Il faut commencer par les fondations , après les murs et après le toit ! ney ala?

  10. Il lire et relire, et relire….. Il n’ya ni le temps ni l’espace d’ecrire des volume ici. L’auteur, comme demontre’ par d’autres contributions ici-meme, est autant realiste qu’abstrait. Voici une maniere de lire cette contribution:

    Les fondations pour lesquelles tu te prends la tete sont bien ennonce’es, il s’agit des valeurs socio-culturelles, historiques et civilisationnelles auxquelles, il fait bien reference. Ou tout simplement, les valeurs constantes du Peuple Kabyle, qu’il ne liste pas specialement, par soin de ne pas apparaitre comme guidnat le lecteur, mais dont il cite les references, et qualifie d’occidentales, A RAISON PUIS-JE RAJOUTER. Voila donc, un point de depart, de l’invitation a venir piocher, trier, etc. pour justement en tirer de quoi MODELER nos fondations de notre future, a la notre facon specifique, et CONSTRUIRE UNE CONSTITUTION. Comme tu le remarqueras, Mass Dahmane utilise bien le terme CONSTRUIRE et FORMULER, comme ce le fut en 1962. EN d’autres termes, inventorer les plus importantes de ces valeurs connues des Kabyles, etablir un protocole de debat, et tout simplement les debattre, et les inscrire dans notre repertoire. En d’autres termes, je comprends qu’il y a lieu de lancer le debat publique et generalise’ pour tous les Kabyles, aux 4 coins de la Kabylie et de l’Univers.
    Cette facon de faire, entre autre, demontre un niveau de respect tres profond envers les Kabyles, leur intelligeance et leur maturite’, en les invitons a CREER cette liste et meme l’agenda, etc. de ce debat, plutot que de les mettre devant le fait accompli. Le structure sociale Kabyle etant totalement decentralise’e de par sa nature, je vois deja ce debat prendre place a travers les villages et villes Kabyles, et parmis la diaspora, mais avec un lieu de regroupement, pour synthetiser, etc.

    La fin de cet exercise social et intellectuel, est l’elaboration d’une CONSTITUTION, conformemment a laquelle s’etablira une feuille de route, dans l’irrection d’un Etat Kabyle Souverain, dans les directives decoulent de cette Constitution Populaire, issues des valeurs reelles et non supposees du Peuple Kabyle.

  11. {{ {Comme tu le remarqueras, Mass Dahmane utilise bien le terme CONSTRUIRE et FORMULER, comme ce le fut en 1962.} }}
    CONSTRUIRE ET NON PAS FORMULER, etc…

    A l’occasion, je rajouterais ceci: La Caravane MAK, sillonne deja la Kabylie et seme ce grain, ou dirais refais vivre cette tradition de CONSULTATION des uns et des autres. En partant, elle laisse derriere le sujet justement. La convention quand a elle, serait la VULGARISATION. C’est le passover des uns, le st patrick des autres, le fest d’octobre pour d’autres, et TAFSUT IQVAYLIYEN pour nous autres. J’espere que le sujet se verra vite occuper toutes les reunions formelles ou mandaines des Kabyles de la Diaspora.

  12. C’est bien beau tout cela, mais comme a l’acoutumée dans le site du MAK, il n’y a ni precision sur le lieux, ni comment cette contribution est demandée,
    nous aumerions bien y participé, et la je parle meme de certaines personnes non originaires de Kabylie, mais pour qui ce noble projet et surtout legitime leurs tiens a coeur et pourrait donner une voie royale a d’autres regions d’Algerie, pour se prendre en main, et se liberer du pouvoir corrompu d’Alger, mais faudrait il aussi donner plus d’axplication
    Ayant moi meme, ecris a plusieurs reprise au site du MAK, pour participer a certaines activités, jamais je n’ai eu de reponse, y compris de la part du journal Tamurt info,
    il me semble que toutes les energies de l’interieur comme de l’exterieur sont les bienvennues, mais faudrait il aussi savoir les canaliser

  13. C’est bien beau tout cela, mais comme a l’acoutumée dans le site du MAK, il n’y a ni precision sur le lieux, ni comment cette contribution est demandée,
    nous aumerions bien y participé, et la je parle meme de certaines personnes non originaires de Kabylie, mais pour qui ce noble projet et surtout legitime leurs tiens a coeur et pourrait donner une voie royale a d’autres regions d’Algerie, pour se prendre en main, et se liberer du pouvoir corrompu d’Alger, mais faudrait il aussi donner plus d’axplication
    Ayant moi meme, ecris a plusieurs reprise au site du MAK, pour participer a certaines activités, jamais je n’ai eu de reponse, y compris de la part du journal Tamurt info,
    il me semble que toutes les energies de l’interieur comme de l’exterieur sont les bienvennues, mais faudrait il aussi savoir les canaliser

  14. azul a mass Sofiane ,
    je pense que tu dois comprendre pourquoi on ne donne pas le lieu et la date , c’est pour des raisons de sécurité , il ne faut pas être naïf aussi ,on ne doit pas donner l’occasion à la police politique des baathiste d’Alger de nous flinguer encore,ce projet est précieux vaut toute prévention et préparatifs nécessaires , il faut tirer les enseignements de passé,maintenant si bien des sites contactés par tes soins n’ont pas donnés de réponses certes ça peut être incompréhensible j’en ai déjà expérimenté ça de la part de mes frères et soeurs de MAK mais sache que ce n’est pas une indifférence, je te suggère de te déplacer le 20 avril 2011, des activités seront éventuellement organisées à cette date historique , pour aller voir à Montréal auprès des membres de MAK ils auront à debatre avec toi.

    amicalement

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here