Une kabyle, médecin, complexée

4
421

KABYLIE (Tamurt) – Dans son émission, Bibliothèque Médicis, sur Public Sénat La Chaine Parlementaire (LCP), Jean-Pierre Elkabach, célèbre journaliste français, demande, obstinément, à la Kabyle Farah Bedar, médecin, qui accompagnait Fadila Sammari auteur d’un livre intitulé «Chroniques françaises, destins algériens», de lui dire si elle se sentait plus Kabyle qu’Algérienne…

La Kabyle lui répondit ne pas être séparatiste !!

Décidément, on a beau être médecin, en France de surcroît, et entretenir l’amalgame entre la culture de l’Algérie arabo-musulmane et celle de la Kabylie laïque et démocratique.

Rédaction Tamurt Fadila Sammari (Editions Chihab)

4 COMMENTS

  1. Ça ne m’étonne pas de sa part. La plupart des Kabyles nés en France ne savent pas exactement ce que c’est que d’être kabyle, il n’ont pas connaissance de la vraie histoire de l’Afrique du nord. Des fois même ils se croient inférieurs aux Arabes de France. Triste réalité.

    • Mais qui es tu pour faire un tel jugement ? Tu te prends pour qui Mossieur la Science ?

      Mais c’est vous les ex « algériens et fier de l’être » qui nous avez englué nous dans cette merde revendicative d’algériens. C’est votre comportement de jadis (avant l’émergence d’un « nationalisme kabyle exacerbé ») votre attitude ostensible de parfait petits algériens plus royaliste que le roi qui a fait qu’en france nous avons été pris en tenaille entre des arabes qui te dégommaient dès que tu te disais Kabyle et des français qui te mettaient dans le même sac que les khorotos car blanc bonnet – bonnet blanc. Si ce n’était grâce à des gens comme feu Matoub, Idir, les Djurdjura, Karim Kacel qui osaient revendiquer à la TV chez Drucker qu’ils étaient Kabyles nous aurions été gobés par la partie arabe de l’iceberg.

      Alors les clichés à 2 balles tu te les gardes ok ! car si on commence à jouer avec les clichés on pourrait aussi dire que les kabyles montagnards sont des crétins arriérés, les kabyles citadins des écervelés dévergondés dédaigneux, les médecins kabyles de l’école algérienne de simples infirmières d’hôpitaux européens, les profs kabyles de l’école algérienne de simples « pions » de collèges et lycées européens etc….
      Tu ne voudrais pas qu’on en arrive là ?! Alors ravale tes clichés.

      Si certains enfants de Kabyles se sont fait aspirés par l’araboislamisme c’est parce qu’ils ont eu comme exemple des girouettes médico/moustachues et coucou suisse qui ont perdu leur nord. Mais heureusement aujourd’hui grâce à des Ferhat et des Bouaziz et même des massin Ferkal qui sont là pour rétablir l’équilibre, le kabyle ne peut que savoir qu’il est kabyle, ceux qui ne le savent pas ou plus peuvent être traité de collabos.

      Quant à cette femme, elle est le produit de votre vaine tentative de rentrer dans la peau d’un algérien , de votre tentative d intégration ratée à l’algérie arabomusulmane qui ne vous a jamais accepté comme vous étiez. Des parias, qui, s’ils ne revendiquaient pas en hurlant qu’ils étaient arabes et musulmans, se retrouvaient exclus de cette société algérienne inventée de toutes pièces il y a 50 ans. Une complexée qui a été à bonne école, une enfant de l’immigration désintégrée ni vraiment algérienne, ni vraiment française car ballottée de bâbords à tribords et victime de la fierté mal placée des uns et de la méfiance des autres. Aujourd’hui avec la prise de conscience des Imazighen de toute l’Afrique du Nord ; se dire aujourd’hui « AL GE RIEN !!! » est une bouée de secours sur laquelle de jeunes kabyles d’aujourd’hui tente de s’accrocher sans savoir qu’elle sera pour eux un lest qui les perdra d’ici peu. Et bientôt « ALGERIEN » sonnera comme « ISRAELIEN » aux oreilles de beaucoup. (Bien que je préfère encore 1000 fois être traité d’israélien).

  2. Veuillez ne pas généraliser la position de cette jeune médecin a l’ensemble de la communauté kabyle de France, c’est une beurette qui s’estime plus proche de la culture arabienne que berbère. Jean-Pierre ELKABACH lui a bien demandé vous sentez vous plus algerienne ou kabyle, au lieu de simplement repondre qu’elle se sent culturellement plus proche de la culture kabyle, cette honteuse bougiotte parle de separatisme comme si elle avait un couteau au cou… pathétique beurette arabisée.

  3. Ou est la honte ? Si ce n’est dans les commentaires. En quoi est elle honteuse Farah Bedar?
    La question que lui pose Elkabach est déjà polémique et de surcroît orientée. Elle répond très bien, je ne vois pas en quoi elle n’est pas fière de ses origines. C’est comme si, on pose la question : vous êtes française ou bretonne ? La question est perfide tout comme quand Elkabach dit : « on a tous un peu d’Algerie en nous ». Et ça ça ne choque personne et pourtant ça devrait…

    Pour en revenir à l’article et surtout à Farah Bedar, elle n’a jamais été complexée par ses origines, elle les revendique plutôt même suffisamment bien. Parole d’une personne qui la connaît. Elle est fière de sa « Kabylité » et fière d’être kabyle.

    On devrait plutôt saluer son parcours et l’objectif du travail réalisé par Samarri était de montrer des exemples de la méritocratie : et Farah Bedar est un bon exemple kabyle !
    Karim un kabyle .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here