L’Etat algérien persécute les chrétiens

1
église catholique Santa-Cruz, Oran
église catholique Santa-Cruz, Oran

ALGERIE (Tamurt) – La restauration de l’église d’Oran par le régime d’Alger n’est pas destinée  aux Algériens, mais juste à une poignée de chrétiens étrangers, Français particulièrement. Un coup de pub pour donner une image d’un pays tolérant. La réalité, comme tout le monde la connait en Algérie, est toute autre. Les chrétiens algériens et kabyles sont interdits de pratiquer autres religions que l’islam. Le cas de Bouhafs qui a passé plus d’un an en prison rien que pour avoir pratiqué la religion chrétienne est l’exemple le plus édifiant.

Plus de 100 chrétiens à  travers toute l’Algérie croupissent dans les prison à cause de leur foi chrétienne. La plus part des non musulmans en Algérie pratiquent leur religion dans la discrétion la plus totale.  Aucun juif algérien ne peut oser exhiber sa foi. Des pressions terribles sont exercées contre les chrétiens dans les milieux de travail. Certains sont licenciés. A Tizi Ouzou, par exemple, nous avons appris auprès de plusieurs sources de la direction de l’éducation qu’il est »strictement interdit de recruter des enseignants de confession chrétiennes ».

Les services de la gendarmerie de chaque circonscription en Kabylie a établi des fichier sur chaque chrétien. Les athées aussi sont persécutés.  Alors la restauration de l’église d’Oran pour les chrétiens étrangers par les autorités algériennes n’est que de la poudre aux yeux.

Ravah Amokrane