Avril, le mois des luttes du peuple kabyle contre la dictature algérienne

1
1431
Tafsut 2018
Tafsut 2018

KABYLIE (TAMURT) – En Kabylie, avril est traditionnellement connu comme le mois des luttes et de révoltes pacifiques du peuple kabyle contre la dictature du régime algérien. Dans l’histoire récente de la Kabylie, des évènements importants sur le plan politique se sont produits durant ce mois du printemps et ils ont marqué à jamais la mémoire collective du peuple kabyle. Il s’agit des manifestations d’avril 1980, suite à l’interdiction d’une conférence de l’écrivain Mouloud Mammeri sur la poésie kabyle ancienne, et le printemps noir de 2001, lorsque des gendarmes et des policiers algériens ont assassiné pas moins de 128 jeunes kabyles et blessé des milliers d’autres en usant de balles explosives. Entre ces deux évènements, la lutte du peuple kabyle a évolué de la revendication linguistique et identitaire au droit à l’autodétermination.

Le 20 avril est le symbole de la résistance et de l’opposition du peuple kabyle au régime algérien. Celui-ci est pris de panique à l’approche de chaque commémoration de cette date historique et repère. La jeunesse kabyle était le principal moteur des manifestations qui se sont produites durant cette date que ce soit en 1980 ou en 2001. Ce soulèvement jeune a été réprimé dans le sang, notamment en 2001, par un régime algérien raciste. Justement, les massacres perpétrés par les gendarmes algériens contre les jeunes kabyles ont entraîné une rupture irrémédiable entre l’Algérie et la Kabylie. C’est d’ailleurs dans le feu du printemps noir de 2001 qu’est né le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie, lequel s’est transformé à partir de 2016 au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie.

Un autre mouvement politique kabyle revendiquant l’indépendance de la Kabylie a été fondé en 2017. Il s’agit de l’Union pour la République Kabyle (URK). Aujourd’hui, la mouvance indépendantiste kabyle représente la première force politique en Kabylie surclassant définitivement le RCD et le FFS, deux formations politiques en perte de vitesse. La mobilisation historique des militants indépendantistes kabyles lors des marches d’avril 2021 à Tuvirett, Tizi Wezzu et Vgayet en était la meilleure démonstration. La suite, on la connait tous… Une répression sans précédent a été enclenchée par la junte militaire algérienne en Kabylie, visant particulièrement les militants indépendantistes. Des dizaines d’entre eux ont été arrêtés et condamnés à la prison ferme pour de fausses accusations de terrorisme.

Toutefois, la mobilisation de la diaspora kabyle en organisant des marches en Europe et en Amérique du Nord, et en interpellant les instances internationales a porté son fruit. L’Algérie a été épinglée lors de de son examen périodique universel, le 11 novembre 2022, au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, à Genève. Des pays membres de cet organisme onusien, dont les Etats-Unis d’Amérique, avait dénoncé l’instrumentalisation par l’Etat algérien d’une loi scélérate (87 bis), contenant une définition vague du terrorisme, pour incriminer l’acte politique en Kabylie.

En ce mois des luttes, le peuple kabyle est appelé à un sursaut collectif pour mettre fin à la dictature, voire au colonialisme de l’Etat algérien en Kabylie.

Aksil K.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici