Cour de Vgayet : Le professeur Kamel Aissat maintenu sous contrôle judiciaire, son passeport confisqué

0
1393
Kamel AISSAT, professeur de Microbiologie à l'université de Vgayet, Kabylie
Kamel AISSAT, professeur de Microbiologie à l'université de Vgayet, Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Tout en rejetant le mandat de dépôt requis par le parquet, la chambre d’accusation près la cour de Vgayet a néanmoins décidé, ce mardi 01 août, de maintenir le professeur et militant politique kabyle Kamel Aissat sous contrôle judiciaire. Son passeport lui a été confisqué et il se voit interdit de voyager à l’étranger.

Professeur en microbiologie, Kamel Aissat subit des intimidations et un harcèlement judiciaire à cause de son engagement contre l’exploitation illégale de la mine de zinc et de plomb Tala Hamza – Amizour, dans le département de Vgayet, et sa dénonciation de la violation par l’Etat algérien de la convention Ramsar sur les zones protégées, que l’Algérie a pourtant ratifiée en 1984. La vallée de la Soummam a été classée en 2009 zone humide. Elle renferme une nappe phréatique d’importance internationale. L’exploitation du gisement Tala Hamza – Amizour contaminerai la nappe phréatique de la Soummam par des métaux lourds et entraînerai ainsi des dégâts irréversibles sur la santé publique et l’agriculture de la région, a alerté Kamel Aissat. Pour rappel, ce militant politique a été empêché, mercredi 12 juillet, de voyager à partir de l’aéroport Soummam – Abane Ramdane de Vgayet. Il a été ensuite convoqué par la brigade de gendarmerie de Naceria, au centre-ville de Vgayet, où il a appris qu’il était frappé d’une ISTN (Interdiction de sortie du territoire national).

Lors de son audition par le parquet et le juge d’instruction près le tribunal d’Amizour, le 17 juillet dernier, il a été interrogé sur ses prises de positions contre le projet minier Tala Hamza – Amizour, dont plusieurs experts indépendants, parmi lesquels figure le climatologue et expert onusien Sidi Menad Si Ahmed, ont mis en garde sur les conséquences désastreuses de ce projet sur l’écosystème et la santé publique. Avec sa mise injuste sous contrôle judiciaire, le professeur Kamel Aissat se voit interdit d’exercer ses activités scientifiques à l’internationale. En plus d’enseigner à l’université, il est également sollicité à l’étranger pour participer à des colloques et séminaires.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici