FARS, nouveau parti de Madani Mezrag : Pacte de diable entre le terroriste et le régime intégriste

3
585
Madani Mezrag et Ouyahia

ALGERIE ( Tamurt ) – Ce qui n’était qu’une rumeur dans un passé récent vient de se concrétiser au grand dam des démocrates.

L’ex-terroriste, chef de la milice armée de l’ex-FIS, Madani Mezrag vient de réaliser un rêve qui lui est cher, à savoir la réincarnation politique de ses idées à travers la création d’un nouveau parti politique, le front de l’Algérie pour la réconciliation et le salut (FARS).

Une réalité qui confine parfois à l’invraisemblable ! Comment se fait-il que celui qui semait la terreur auprès de la population revienne par la grande porte, et ce, par la grâce d’un pouvoir qui ne mesure pas l’ampleur des dégâts en ressuscitant un sanguinaire aux mains sales.

Ce nouveau parti sera forcément une sorte de réceptacle aux intégristes et autres terroristes qui se retrouvent propulsés dans une nouvelle carrière politique, dont ils n’ont jamais imaginé dans leur profonde utopie.

La démocratie semble être touchée de plein fouet, car le sanguinaire d’hier ne peut être un héros d’aujourd’hui. Les plaies de la décennie noire sont ne se sont pas cicatrisées que les gens du sérail commencent à donner un second souffle à une horde de terroristes avides du pouvoir et du sang.

Comment expliquer à des milliers de victimes touchées directement ou indirectement par la tragédie de la décennie noire que le mal est derrière eux ? Peut-on faire confiance à eux qui ont mis à feu et à sang l’Algérie ? Autant de questions que ne pourra jamais expliquer le gouvernement algérien qui semble être à court d’idées. Le pacte qu’a signé le pouvoir d’Alger avec le diable de Madani Mezrag se veut de raviver la flamme intégriste afin d’annihiler tout espoir de démocratie et de liberté.

Lamentable, lamentable ! C’est le moins qu’on puisse dire d’un régime jupitérien, en sus, épicé de pensées islamistes aux relents putrides. L’imbroglio règne en maitre de céans dans le champ politique en Algérie. L’amnistie, dont s’enorgueillit le gouvernement algérien n’est en réalité qu’une pure amnésie. Peut-on oublier les milliers d’innocents égorgés, brûlés ou criblés de balles !peut-on ignorer les centaines d’intellectuelles assassinées froidement par les fous de Dieu. Des Tahar Djaout, Boussebsi, Lyabes, Hafsi… ne courent pas les rues. Il en faudrait des années, voire des siècles pour que l’Algérie puisse produire de tels penseurs. Malheureusement, dans une république bananière comme l’Algérie, le savoir est banni à tout jamais. Je spécule des yeux, je tourne les pouces et je médite…

Bachir Djaider

3 Commentaires

  1. C’est du tape a l’oeil. Avec Boutef depuis presque deux mois dans les hopitaux francais c’est l’heure des driblages politiques. Ce terro sanguinaire ne peut creer aucun parti car la reconciliation de boutef le lui interdit mais on ne sait jamais avec les lois xorotos. On se rappelle que la constitution xoroto interdisait la creation de partis a base religieuse mais que Chedli contournas cette loi pour agreer le fis! Tout est possible avec ces fachos au pouvoir.

  2. On peut en vouloir au pouvoir algerien qui réhabilite un parti de sanguinaires et de criminels. La logique voudrait que ce soit les algeriens eux même qui rejetteraient ces islamistes, mais comme le laisse entendre cet article, ces islamistes sont propulsés vers une nouvelle carrière et, ce qui n’est pas dit, c’est que la probabilité qu’ils accèdent aux commandes en algerie sont réelles.

    Cela montre que les algeriens sont prêts encore à voter pour les islamistes en connaissance de cause. Cet article qui s’en prend au pouvoir et uniquement au pouvoir fait l’impasse sur cette autre réalité qui est la disponibilité des algeriens a confier leur destin aux porteurs de l’idéologie arabo islamique.

    On peut toujours demander aux généraux d’empêcher par la force l’arrivée au pouvoir des islamistes mais ceci n’est pas démocratique, il faut tout au plus leur demander de garantir les conditions d’une élection libre et ouvrir les yeux aux Kabyles sur cette réalité algerienne qui ne refuse pas ces islamistes. Ce n’est pas ce régime qui sera le rempart à l’arabo islamisme, il s’en revendique.

    Le régime algerien, les islamistes et aussi et surtout, il faut le dire et ne pas cacher cette realite, les algeriens dans leur grande majorité peuvent s’entendre et s’accommoder entre eux car ils ont pour point commun l’idéologie arabo islamique, la négation de la laïcité, l’arabisation et l’anti Kabylisme.

    Les Kabyles ne peuvent pas détourner le destin de l’Algérie de son chemin tracé vers l arabo islamisme, ils peuvent se lamenter, le regretter, ils peuvent rappeler aux algeriens les ravages des islamistes ainsi que les assassinats d’intellectuels comme si les algeriens ne sont pas majeurs pour s’en rappeler tout seuls, mais ils ne peuvent pas bouger d’un iota le sort de ce pays qui n’est pas le leur. Quand comprendront-ils qu’ils sont numériquement minoritaires en algerie ?

    Se préoccuper de l’avenir de l’Algérie c’est aussi prétentieux que de croire influer sur les élections américaines. On a assez vu le triste spectacle des 10 députés Kabyles noyés parmi les 500 députés algeriens. Ces pauvres députés Kabyles assistent béatement au vote des lois de la majorité dont ils ne feront jamais partie.

    La vocation des Kabyles est de sortir la Kabylie du bourbier algerien avant qu’il ne soit trop tard.

  3. QUELLE PHOTO ! UN KABYLE FRANCOPHONE, EN FACE D,UN CAFARD D,ORIGINE PAKISTANAISE. BRAVO . UN GRAND TUEUR SUR NOS FAUTEUILES , FILMER SANS DOUTE PAR DES CAMERAMAN KABYLES . JE SUIS TRISTE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici