EXCLUSIF – Ouyahia viré, Zerhouni chef des armées : que se trame-t-il dans le sérail?

32
290
Gouvernement algérien
Gouvernement algérienGouvernement algérien

ALGÉRIE (Tamurt) – Des sources dignes de foi indiquent qu’un changement substantiel du gouvernement algérien sera annoncé dans les prochains jours. Ce changement interviendrait au lendemain du premier conseil des ministres à être présidé par Bouteflika cette année.

Ce Conseil serait donc le dernier pour nombre des membres actuels de l’équipe gouvernementale à en croire les mêmes sources. Le changement concernerait en premier lieu le poste de premier ministre : Ahmed Ouyahia est donné comme « partant » par certains et Ambassadeur par d’autres, mais contrairement à certaines rumeurs, il ne serait pas question du retour de Belkhadem.

Le poste aurait été en ballotage entre deux hommes de confiance de Bouteflika qui aurait été finalement confié à Abdelmalek Sellal, son directeur de campagne à deux reprises et actuel ministre des Ressources en Eau.

Le deuxième homme fort du président qui aurait convoité le poste n’est autre que l’actuel ministre de l’Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni. Cependant, il serait celui qui aura créé la plus grande surprise de ce remaniement, puisque l’antikabyle notoire de par ses déclarations anciennes et récentes et sa gestion périlleuse des évènements du printemps noir de 2001 s’apprêterait à être nommé… Ministre de la Défense.

À vrai dire, on ne parle plus du traditionnel poste de « Ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale », mais d’une fonction qui est constitutionnellement exercée par le Président de la République puisqu’il est en même temps ministre de la Défense et chef des forces armées.

Si elle se confirme, cette nomination suscitera plusieurs interrogations : Bouteflika n’est-il plus apte à assumer toutes ses tâches pour les partager « publiquement » avec son entourage influent ? Mais surtout, pourquoi remettrait-on une kalachnikov à quelqu’un qui, déjà ne manie pas bien le pistolet, à ce moment précis de l’évolution du dossier kabyle ?

32 COMMENTS

  1. attaché vos ceintures, ça sent mauvais la haut, en attendant, la fin du mondial en verras la suite de feuilleton, préparé vous encore une fois a une mascarade dictatorial, il vous mieux de ne pas être conscient, » c’est comme ça qu’ils aimes »……… , il faut faire qlq chose pour que ça change, c’est vous voulez « être fières » de cette algerie…. ça devient insupportable………,

  2. attaché vos ceintures, ça sent mauvais la haut, en attendant, la fin du mondial en verras la suite de feuilleton, préparé vous encore une fois a une mascarade dictatorial, il vous mieux de ne pas être conscient, » c’est comme ça qu’ils aimes »……… , il faut faire qlq chose pour que ça change, c’est vous voulez « être fières » de cette algerie…. ça devient insupportable………,

  3. En tout cas ce senario ,se produira un jour ou un autre.Boutef va jeter ouyehia et meme le barbefeliniste belkadem aux oubliettes ,ce duo risque de faire de l’ombre a son frere said .Mais pour moi,cette information credible ou pas cette ne me concerne ni de pres ni de loin,ce qui m’interesse en contre parti,c’est la naissance du GPK et la rennaissance de Makabylie libre et autonome .

  4. En tout cas ce senario ,se produira un jour ou un autre.Boutef va jeter ouyehia et meme le barbefeliniste belkadem aux oubliettes ,ce duo risque de faire de l’ombre a son frere said .Mais pour moi,cette information credible ou pas cette ne me concerne ni de pres ni de loin,ce qui m’interesse en contre parti,c’est la naissance du GPK et la rennaissance de Makabylie libre et autonome .

  5. Azul,

    Thanmirth pour l’article.Changement ou pas changement au sommet de l’état Annegérien, la Kabylie doit maintenir le cape sur son projet d’autonomie en attendant son indépendance pour finir avec l’arabo-bathisme qui l’empéche d’avancer.

    Micipsa si Montréal.

  6. Azul,

    Thanmirth pour l’article.Changement ou pas changement au sommet de l’état Annegérien, la Kabylie doit maintenir le cape sur son projet d’autonomie en attendant son indépendance pour finir avec l’arabo-bathisme qui l’empéche d’avancer.

    Micipsa si Montréal.

  7. Tel un enfant trop gâté Bouteflika à toujours dit NA! à un remaniement ministériel tant qu’on lui imposera Ouyahia comme premier ministre et qu’on lui refusera Zerhouni à la défense. C’est la raison principale du marasme dans lequel se trouve l’Algérie. Bouteflika joue la stratégie du pourrissement mais le dernier mot reviendra comme d’habitude à ….la France. Le clan de Oujda légué par la France en 1962 et revenu au pouvoir le 29 juin 1992 est il toujours dans les grâces des français? attendons pour voir.

  8. Tel un enfant trop gâté Bouteflika à toujours dit NA! à un remaniement ministériel tant qu’on lui imposera Ouyahia comme premier ministre et qu’on lui refusera Zerhouni à la défense. C’est la raison principale du marasme dans lequel se trouve l’Algérie. Bouteflika joue la stratégie du pourrissement mais le dernier mot reviendra comme d’habitude à ….la France. Le clan de Oujda légué par la France en 1962 et revenu au pouvoir le 29 juin 1992 est il toujours dans les grâces des français? attendons pour voir.

  9. Changement substantiel du gouvernement, ésprons que cette fois-ci l´ordonnance soit la bonne!!! je m´en doute, changer la substance sans consulté un medcin specialement exprimenté , yauras pas de remde contre la souffrance du regime !, Pratiquement le MAK n´a rien avoir de se qui se trame dans les sérai(L´autonomie est deja aquise),mais, puisque geographyquement nous partageons la mème frontière, cela nous permettrait d´observer de pret l´evolution de la santé du pouvoir en place.

  10. Changement substantiel du gouvernement, ésprons que cette fois-ci l´ordonnance soit la bonne!!! je m´en doute, changer la substance sans consulté un medcin specialement exprimenté , yauras pas de remde contre la souffrance du regime !, Pratiquement le MAK n´a rien avoir de se qui se trame dans les sérai(L´autonomie est deja aquise),mais, puisque geographyquement nous partageons la mème frontière, cela nous permettrait d´observer de pret l´evolution de la santé du pouvoir en place.

  11. {{Un peu de détente, offert par insi:}}

    L’ultime prière, Entretien imaginé pa Insi,

    Insi : Ca va comme tu veux ?

    Belkhadem : Il n’est pas assez fort !

    Insi : Le whisky ?

    Belkhadem : Non, le verset que je viens de lire.

    Insi : A propos de quoi ?

    Belkhadem : Des Kabyles.

    Insi : Les Kabyles dans le coran ?

    Belkhadem : On vient de le rajouter. Il s’appelle {{« le verset des Kabyles ».}}

    Insi : Qui l’a rajouté ?

    Belkhadem : Notre comité central.

    Insi : Mais, monsieur Belkhadem, le coran n’est pas la constitution algérienne !

    Belkhadem : Qui t’as dit ça ?

    Insi : On dit que le coran est sacré !

    Belkhadem : Il est sacré pour les idiots.

    Insi : Alors que dit le verset des Kabyles ?

    Belkhadem : Qu’il faut les ré-islamiser.

    Insi : Comment ça ?

    Belkhadem : {{Ré-islamiser, c’est-à-dire les soumettre.}}

    Insi : Et tu dis qu’il n’est pas fort ?

    Belkhadem : Non. J’aurai aimé qu’il dise : « il faut les brûler vivants au milieu de leurs oliviers ».

    Insi : Et pourquoi ?

    Belkhadem : {{Ils veulent diviser notre pétrole, pardon notre Terre arabe et islamique.}}

    Insi : Tu bois beaucoup, monsieur Belkhadem !

    Belkhadem : Comment ça ?

    Insi : Cette Terre n’est pas la tienne, monsieur Belkhadem

    Belkhadem : Elle est à moi.

    Insi : Non, toi tu n’es pas d’ici. Tu es d’Arabie. Suis la boussole…

    Belkhadem : Tu es sûr ?

    Insi : Tu bois beaucoup, je t’ai dis. Attends je vais chercher quelqu’un pour te reconduire chez toi.

    Belkhadem : Chez moi, c’est ici !

    Insi : T’as bu combien de bouteilles aujourd’hui ?

    Belkhadem : Cinq.

    Insi : Tu vois, c’est beaucoup.

    Belkhadem : Qu’est-ce que je fais ici alors ?

    Insi : Tu bois, tu insultes les gens, tu perturbes les riverains.

    Belkhadem : Elle appartient alors à qui cette Terre ?

    Insi : Aux enfants des Massinissa, Jugurtha et Dihya.

    Belkhadem : Tu oses prononcer le nom de cette sorcière ?

    Insi : Parce qu’elle a refusé de coucher avec ton général Aoqba !

    Belkhadem : Merde ! Elle devait être belle cette …. ?

    Insi : Très belles cette …. !

    Belkhadem : C’est quoi ce bruit ?

    Insi : Ce sont les Berbères qui réclament leur liberté.

    Belkhadem : C’est quoi ce machin ?

    Insi : Tu ne peux pas la connaître. Elle n’est ni dans le coran ni dans la constitution algérienne.

    Belkhadem : …

    Insi : Tu ne dis rien ?

    Belkhadem : Contre qui ?

    Insi : Contre les Kabyles.

    Belkhadem : Non.

    Insi : Pourquoi donc ?

    Belkhadem : {{Je laisse cette sale besogne à Ouyahya, Sadi, Tabbou et compagnie. Ils le font mieux que tout le FLN réuni en congrès extraordinaire dans la Soumam.}}

    Insi : T’es pas si saoul que ça, petit malin !

    Belkhadem : On dit en kabyle : « L’ivrogne se souvient toujours du chemin qui le mène chez lui. »

    Insi : Surtout s’il a une boussole.

    Belkhadem : Tu dis ?

    Insi : Que l’ivrogne que tu es, grâce à ta boussole, tu retrouveras bientôt le chemin qui mène chez toi.

    Belkhadem : Où ?

    Insi : Ta Mecque.

    Belkhadem : Comment ça ?

    Insi : A votre retour d’Espagne, vous avez assez tardé sur cette Terre. Il est temps de mettre les voiles. La Reconquista II est enclenchée. Le prophète n’a-t-il pas dit : « L’islam redeviendra étranger comme il a commencé » ?

    Belkhadem : Tu connais le hadith, ma parole !

    Insi : Non, je ne connais que ce machin.

    Belkhadem : Il s’appelle comment… ?

    Insi :{{ « Mohamed prends ta valise. »}}

    insi: Mais pour aller plus vite ne , faudrait-il pas juste multiplier les chaters?

  12. {{Un peu de détente, offert par insi:}}

    L’ultime prière, Entretien imaginé pa Insi,

    Insi : Ca va comme tu veux ?

    Belkhadem : Il n’est pas assez fort !

    Insi : Le whisky ?

    Belkhadem : Non, le verset que je viens de lire.

    Insi : A propos de quoi ?

    Belkhadem : Des Kabyles.

    Insi : Les Kabyles dans le coran ?

    Belkhadem : On vient de le rajouter. Il s’appelle {{« le verset des Kabyles ».}}

    Insi : Qui l’a rajouté ?

    Belkhadem : Notre comité central.

    Insi : Mais, monsieur Belkhadem, le coran n’est pas la constitution algérienne !

    Belkhadem : Qui t’as dit ça ?

    Insi : On dit que le coran est sacré !

    Belkhadem : Il est sacré pour les idiots.

    Insi : Alors que dit le verset des Kabyles ?

    Belkhadem : Qu’il faut les ré-islamiser.

    Insi : Comment ça ?

    Belkhadem : {{Ré-islamiser, c’est-à-dire les soumettre.}}

    Insi : Et tu dis qu’il n’est pas fort ?

    Belkhadem : Non. J’aurai aimé qu’il dise : « il faut les brûler vivants au milieu de leurs oliviers ».

    Insi : Et pourquoi ?

    Belkhadem : {{Ils veulent diviser notre pétrole, pardon notre Terre arabe et islamique.}}

    Insi : Tu bois beaucoup, monsieur Belkhadem !

    Belkhadem : Comment ça ?

    Insi : Cette Terre n’est pas la tienne, monsieur Belkhadem

    Belkhadem : Elle est à moi.

    Insi : Non, toi tu n’es pas d’ici. Tu es d’Arabie. Suis la boussole…

    Belkhadem : Tu es sûr ?

    Insi : Tu bois beaucoup, je t’ai dis. Attends je vais chercher quelqu’un pour te reconduire chez toi.

    Belkhadem : Chez moi, c’est ici !

    Insi : T’as bu combien de bouteilles aujourd’hui ?

    Belkhadem : Cinq.

    Insi : Tu vois, c’est beaucoup.

    Belkhadem : Qu’est-ce que je fais ici alors ?

    Insi : Tu bois, tu insultes les gens, tu perturbes les riverains.

    Belkhadem : Elle appartient alors à qui cette Terre ?

    Insi : Aux enfants des Massinissa, Jugurtha et Dihya.

    Belkhadem : Tu oses prononcer le nom de cette sorcière ?

    Insi : Parce qu’elle a refusé de coucher avec ton général Aoqba !

    Belkhadem : Merde ! Elle devait être belle cette …. ?

    Insi : Très belles cette …. !

    Belkhadem : C’est quoi ce bruit ?

    Insi : Ce sont les Berbères qui réclament leur liberté.

    Belkhadem : C’est quoi ce machin ?

    Insi : Tu ne peux pas la connaître. Elle n’est ni dans le coran ni dans la constitution algérienne.

    Belkhadem : …

    Insi : Tu ne dis rien ?

    Belkhadem : Contre qui ?

    Insi : Contre les Kabyles.

    Belkhadem : Non.

    Insi : Pourquoi donc ?

    Belkhadem : {{Je laisse cette sale besogne à Ouyahya, Sadi, Tabbou et compagnie. Ils le font mieux que tout le FLN réuni en congrès extraordinaire dans la Soumam.}}

    Insi : T’es pas si saoul que ça, petit malin !

    Belkhadem : On dit en kabyle : « L’ivrogne se souvient toujours du chemin qui le mène chez lui. »

    Insi : Surtout s’il a une boussole.

    Belkhadem : Tu dis ?

    Insi : Que l’ivrogne que tu es, grâce à ta boussole, tu retrouveras bientôt le chemin qui mène chez toi.

    Belkhadem : Où ?

    Insi : Ta Mecque.

    Belkhadem : Comment ça ?

    Insi : A votre retour d’Espagne, vous avez assez tardé sur cette Terre. Il est temps de mettre les voiles. La Reconquista II est enclenchée. Le prophète n’a-t-il pas dit : « L’islam redeviendra étranger comme il a commencé » ?

    Belkhadem : Tu connais le hadith, ma parole !

    Insi : Non, je ne connais que ce machin.

    Belkhadem : Il s’appelle comment… ?

    Insi :{{ « Mohamed prends ta valise. »}}

    insi: Mais pour aller plus vite ne , faudrait-il pas juste multiplier les chaters?

  13. Au moment où il est de plus en plus question d’autonomie, Said Sadi décide de déterrer les evénements qui ont conduit à la confixcation de l’indépendance par le MALG. Si en ce temps, les kabyles avaient fait le même choix de rejoindre les frontières et de préparer l’après indépendance, on en serait pas là aujourd’hui. Amirouche aurait vécu et aurait réglé ses comptes avec Ben Bella et Boumédiène. Mais il se trouve que ceux-là ont gagné leur guerre contre les kabyles et ils ont pris le pouvoir. En agissant comme il le fait aujourd’hui, Sadi croit-il faire revenir le MALG à de meilleurs sentiments ? Sinon alors qu’est-ce qui motive ses gesticulations ?

    Source : kabyle.com

  14. Au moment où il est de plus en plus question d’autonomie, Said Sadi décide de déterrer les evénements qui ont conduit à la confixcation de l’indépendance par le MALG. Si en ce temps, les kabyles avaient fait le même choix de rejoindre les frontières et de préparer l’après indépendance, on en serait pas là aujourd’hui. Amirouche aurait vécu et aurait réglé ses comptes avec Ben Bella et Boumédiène. Mais il se trouve que ceux-là ont gagné leur guerre contre les kabyles et ils ont pris le pouvoir. En agissant comme il le fait aujourd’hui, Sadi croit-il faire revenir le MALG à de meilleurs sentiments ? Sinon alors qu’est-ce qui motive ses gesticulations ?

    Source : kabyle.com

  15. Ces batards n’ont pas encore paye’ – C pour quoi leur ardoise ? Mais la saloppe passe de sales nuits, je peux vous le guarantir… l’ukcere de son genre, ca fait mal…a longueur de temps ! Il doit ressembler a legume – quand a zerhouna, elle ressemble deja a un chiffon !

  16. Ces batards n’ont pas encore paye’ – C pour quoi leur ardoise ? Mais la saloppe passe de sales nuits, je peux vous le guarantir… l’ukcere de son genre, ca fait mal…a longueur de temps ! Il doit ressembler a legume – quand a zerhouna, elle ressemble deja a un chiffon !

  17. Une ambiance de fin de règne :

    Il souffle, ces derniers mois, un étrange air de fin de règne, en Algérie.

    Une fin de règne pitoyable, voire même un suicide collectif !

    Cupides et obstinés, les dirigeants imposés au peuple algérien depuis 1999 coulent et entraînent le pays dans leur chute libre dramatique.

    Leurs tares, leurs carences et leurs limites structurelles apparaissent aujourd’hui au grand jour mais ils persistent dans leur fuite en avant suicidaire, qui fait de notre pays la risée du monde entier malgré son formidable potentiel humain et financier.

    En panne d’imagination tragique, le gouvernement algérien est incapable de se réunir au rythme naturel de tous les gouvernements du monde, c’est-à-dire une fois par semaine ou, au pire, une fois par mois.

    El Watan et Le Soir d’Algérie consacrent leur « une » d’aujourd’hui à la mise à mort de la La Cour des Comptes par les pouvoirs publics.

    Chers compatriotes, aujourd’hui, c’est toute l’Algérie qui se meurt et nous serons tous implacablement jugés, un jour ou l’autre, pour notre complicité, notre complaisance coupable ou notre lâcheté, par nos enfants qui la regardent sombrer sans pouvoir rien faire pour elle et pour nous.

    Le Président de la République dépérit à vue d’œil.

    Il est dans l’incapacité d’assumer le minimum de ses obligations constitutionnelles.

    Il ne doit pas aggraver son cas déjà désespéré.

    Il doit démissionner d’urgence et emporter avec lui les prédateurs qu’il a ramenés avec lui en 1999 et qui sont autant que lui responsables de la corruption généralisée qui mine les institutions de l’Etat et la société algérienne.

    Comme dirait l’épouse américano-palestinienne de son âme damnée, Chakib Khelil, « Fat el awan ya habibi ».

    Cette situation, grosse de tous les risques et fortement préjudiciable à notre pays, dans tous les domaines, ne doit plus durer car elle n’est pas une fatalité mais un choix délibéré effectué par des aventuriers, qui pratiquent la politique criminelle de la terre brûlée pour cacher leur incompétence et leur immoralité.

    Gordon Brown, 59 ans, qui vient d’être chassé du pouvoir en Grande Bretagne par la paire de quadras David Cameron et Nick Clegg, paraît comme un jeunot devant les antiquités autoproclamées dirigeants de notre pays depuis 1999.

    Vivement un Cameron, un Obama ou un Zapatero algérien !

    Cela nous permettra de combler le décalage générationnel qui existe entre les dirigeants algériens actuels, d’une part et la grande majorité du peuple algérien et la majorité de leurs homologues étrangers, d’autre part et de rétablir d’urgence la communication interrompue au détriment de notre pays, de plus en plus esseulé et triste.

    Il faut d’urgence le sortir de l’état de stagnation générale que lui impose la logique sénile qui le prend en otage et lui redonner le sourire juvénile, dont il a besoin pour aller de l’avant et cesser d’etre prisonnier du passé, de leur passé.

    Les nations avancent en faisant face et en relevant les défis qu’elles rencontrent et non pas en multipliant les concessions aux forces de l’inertie et de la régression, comme n’a cessé de le faire Bouteflika, depuis 1999.

    Les syndicats indépendants et les autres forces vives de la société algérienne en pleine mutation constituent le moteur pour l’émancipation du peuple algérien des reliquats de l’époque de la pensée unique, qui a fait beaucoup de mal à notre pays.

    Moussa Benmoussa

    http://amnistie.centerblog.net

  18. Une ambiance de fin de règne :

    Il souffle, ces derniers mois, un étrange air de fin de règne, en Algérie.

    Une fin de règne pitoyable, voire même un suicide collectif !

    Cupides et obstinés, les dirigeants imposés au peuple algérien depuis 1999 coulent et entraînent le pays dans leur chute libre dramatique.

    Leurs tares, leurs carences et leurs limites structurelles apparaissent aujourd’hui au grand jour mais ils persistent dans leur fuite en avant suicidaire, qui fait de notre pays la risée du monde entier malgré son formidable potentiel humain et financier.

    En panne d’imagination tragique, le gouvernement algérien est incapable de se réunir au rythme naturel de tous les gouvernements du monde, c’est-à-dire une fois par semaine ou, au pire, une fois par mois.

    El Watan et Le Soir d’Algérie consacrent leur « une » d’aujourd’hui à la mise à mort de la La Cour des Comptes par les pouvoirs publics.

    Chers compatriotes, aujourd’hui, c’est toute l’Algérie qui se meurt et nous serons tous implacablement jugés, un jour ou l’autre, pour notre complicité, notre complaisance coupable ou notre lâcheté, par nos enfants qui la regardent sombrer sans pouvoir rien faire pour elle et pour nous.

    Le Président de la République dépérit à vue d’œil.

    Il est dans l’incapacité d’assumer le minimum de ses obligations constitutionnelles.

    Il ne doit pas aggraver son cas déjà désespéré.

    Il doit démissionner d’urgence et emporter avec lui les prédateurs qu’il a ramenés avec lui en 1999 et qui sont autant que lui responsables de la corruption généralisée qui mine les institutions de l’Etat et la société algérienne.

    Comme dirait l’épouse américano-palestinienne de son âme damnée, Chakib Khelil, « Fat el awan ya habibi ».

    Cette situation, grosse de tous les risques et fortement préjudiciable à notre pays, dans tous les domaines, ne doit plus durer car elle n’est pas une fatalité mais un choix délibéré effectué par des aventuriers, qui pratiquent la politique criminelle de la terre brûlée pour cacher leur incompétence et leur immoralité.

    Gordon Brown, 59 ans, qui vient d’être chassé du pouvoir en Grande Bretagne par la paire de quadras David Cameron et Nick Clegg, paraît comme un jeunot devant les antiquités autoproclamées dirigeants de notre pays depuis 1999.

    Vivement un Cameron, un Obama ou un Zapatero algérien !

    Cela nous permettra de combler le décalage générationnel qui existe entre les dirigeants algériens actuels, d’une part et la grande majorité du peuple algérien et la majorité de leurs homologues étrangers, d’autre part et de rétablir d’urgence la communication interrompue au détriment de notre pays, de plus en plus esseulé et triste.

    Il faut d’urgence le sortir de l’état de stagnation générale que lui impose la logique sénile qui le prend en otage et lui redonner le sourire juvénile, dont il a besoin pour aller de l’avant et cesser d’etre prisonnier du passé, de leur passé.

    Les nations avancent en faisant face et en relevant les défis qu’elles rencontrent et non pas en multipliant les concessions aux forces de l’inertie et de la régression, comme n’a cessé de le faire Bouteflika, depuis 1999.

    Les syndicats indépendants et les autres forces vives de la société algérienne en pleine mutation constituent le moteur pour l’émancipation du peuple algérien des reliquats de l’époque de la pensée unique, qui a fait beaucoup de mal à notre pays.

    Moussa Benmoussa

    http://amnistie.centerblog.net

  19. Le peuple kabyle denonce le regime colonial et terroriste arabo-islamo-pillard d’Alger (d’Oujda) qui a confisque l’independance de tout ce territoire amazigh nomme Algerie pour en faire une colonie egyptienne et saoudienne arabo-islamo-mahometane. Oui, le peuple kabyle connait bien ses ennemis. Il s’attaque au regime nazi arabo-islamiste d’Alger—qui nous prive depuis plus de 50 ans de nos patronymes kabyles (amazighs), de notre existence, de notre langue kabyle, et de notre culture kabyle—et aux serviteurs criminels de ce regime. Par ailleurs, le peuple kabyle agit evidemment avec la raison, contrairement aux colons (je dis bien colons) nazis arabo-islamistes qui veulent faire de la Kabylie une colonie allaho-momoho-arabe. Ces connards au service de ceux qui colonisent et l’Algerie et la patrie kabyle ne sont que des ennemis de la liberte et de tous les peuples du monde. Oui, il sont des barbares. Car tout arabophone, kabylophone, amazighophone, ou algerianophone qui prive notre peuple de sa liberte et qui participe a son extermination par l’arabisation , l’islamisation, et la terreur par les armes et les propos sont nos ennemis. Les Algeriens qui sont pour les droits humains de notre peuple amazigh kabyle sont nos freres, mais les Algeriens qui marchent avec le pouvoir colonial arabo-islamo-nazi pour nous priver de notre liberte et pour erradiquer notre existence en tant que Kabyles amazigh de notre terre ancestrale sont et resteront nos ennemis a jamais. On ouvre pas les bras a sa propre mort. Les anti-Ferhat, anti-MAK, et anti-GPK sont des antikabyles, des antihumains et des anti-algeriens a l’instar du pouvoir colonial et pillard mahometo-nazi pour lequel ils bossent. C’est aussi clair que l’eau de roche non ?!

  20. Le peuple kabyle denonce le regime colonial et terroriste arabo-islamo-pillard d’Alger (d’Oujda) qui a confisque l’independance de tout ce territoire amazigh nomme Algerie pour en faire une colonie egyptienne et saoudienne arabo-islamo-mahometane. Oui, le peuple kabyle connait bien ses ennemis. Il s’attaque au regime nazi arabo-islamiste d’Alger—qui nous prive depuis plus de 50 ans de nos patronymes kabyles (amazighs), de notre existence, de notre langue kabyle, et de notre culture kabyle—et aux serviteurs criminels de ce regime. Par ailleurs, le peuple kabyle agit evidemment avec la raison, contrairement aux colons (je dis bien colons) nazis arabo-islamistes qui veulent faire de la Kabylie une colonie allaho-momoho-arabe. Ces connards au service de ceux qui colonisent et l’Algerie et la patrie kabyle ne sont que des ennemis de la liberte et de tous les peuples du monde. Oui, il sont des barbares. Car tout arabophone, kabylophone, amazighophone, ou algerianophone qui prive notre peuple de sa liberte et qui participe a son extermination par l’arabisation , l’islamisation, et la terreur par les armes et les propos sont nos ennemis. Les Algeriens qui sont pour les droits humains de notre peuple amazigh kabyle sont nos freres, mais les Algeriens qui marchent avec le pouvoir colonial arabo-islamo-nazi pour nous priver de notre liberte et pour erradiquer notre existence en tant que Kabyles amazigh de notre terre ancestrale sont et resteront nos ennemis a jamais. On ouvre pas les bras a sa propre mort. Les anti-Ferhat, anti-MAK, et anti-GPK sont des antikabyles, des antihumains et des anti-algeriens a l’instar du pouvoir colonial et pillard mahometo-nazi pour lequel ils bossent. C’est aussi clair que l’eau de roche non ?!

  21. {{ Qui vous a mandates pour creer un Etat Arabe sur un territoire amazigh ?}}

    Entre 1954 et 1962, alors que le peuple Kabyle livrait une guerre sanglante contre le colonialisme de la France mahometane pour liberer et la nation Kabyle et le territoire algerien, le clan d’Oujda allie des colons fraco-arabo-islamistes (francarabie) menait une guerre opposee contre le peuple liberateur kabyle pour confisquer l’independance de la Kabylie et du territoire nommer Algerie et en faire de nouvelles colonies arabes dans le cadre neocolonial francarabique.

    Le clan d’Oujda impose la colonisation arabe en Algerie en utilisant l’islam comme cheval de Troie. Leur objectif est d’aneantir toute trace de civilisation amazigh et kabyle pour faire de Tamazgha central une maison du diable islamique (integrisme, terrorisme, pillardise, vol, violence, proxenetisme, batardisme, bougnoulisme, aghyulisme, izanisme, ignorance, nazisme, tarturism, …).

  22. {{ Qui vous a mandates pour creer un Etat Arabe sur un territoire amazigh ?}}

    Entre 1954 et 1962, alors que le peuple Kabyle livrait une guerre sanglante contre le colonialisme de la France mahometane pour liberer et la nation Kabyle et le territoire algerien, le clan d’Oujda allie des colons fraco-arabo-islamistes (francarabie) menait une guerre opposee contre le peuple liberateur kabyle pour confisquer l’independance de la Kabylie et du territoire nommer Algerie et en faire de nouvelles colonies arabes dans le cadre neocolonial francarabique.

    Le clan d’Oujda impose la colonisation arabe en Algerie en utilisant l’islam comme cheval de Troie. Leur objectif est d’aneantir toute trace de civilisation amazigh et kabyle pour faire de Tamazgha central une maison du diable islamique (integrisme, terrorisme, pillardise, vol, violence, proxenetisme, batardisme, bougnoulisme, aghyulisme, izanisme, ignorance, nazisme, tarturism, …).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here