Un Etat fédéral en Algérie ? – Algérie : vers l’instauration d’un Etat fédéral

34
357

ALGÉRIE (Tamurt) – Ce projet de mise en place d’un système fédéral reste à l’état embryonnaire même si le choix semble irréversible. Aussi, ni le nombre d’États ou de provinces devant composer les futurs États-Unis d’Algérie n’est pas encore fait. Idem concernant la constitution nationale devant l’accompagner.

Le sort du statut de la Kabylie future fait également partie de l’inconnue. Aura-t-elle donc le même statut que les autres futurs États ou provinces ou sera-t-il exceptionnel, c’est-à-dire dans le sens proposé par le Gouvernement Provisoire Kabyle ?

Quoi qu’il en soit, le choix porté par les décideurs algériens quant à l’instauration d’un État fédéral trouve son justificatif dans le fait que c’est le meilleur moyen de maintenir la cohésion du peuple algérien, de garantir l’intégrité territoriale nationale et, enfin, le développement certain du pays.

Il reste également à connaître la nature exacte de ce futur système fédéral. Copierait-on sur celui des États-Unis d’Amérique, de l’Allemagne, du Canada, de la Suisse ou un autre ? Ou tout simplement, mettra-t-on un système inédit, à savoir donc la retenue de celui qui sera jugé le mieux adapté aux Algériens. S’agissant de la sécurité des citoyens, la police et la gendarmerie seront-elles dotées d’un pouvoir fédéral ? Cela ne répondrait pas aux exigences de base du cadre fédéral.

Pour le développement économique, social et culturel chaque région sera désormais du ressort exclusif de ses habitants et de ses représentants directs, c’est-à-dire les dirigeants de la dite région

34 COMMENTS

  1. Vous semblez être au courant d’un projet de fédéralisme mais bizarement vou sne citez aucune source, ni dirigeant de parti, ni ministre, ni militaire, ni personnalité publique, ni…. Est ce une vraie info ou un souhait ??

  2. Vous semblez être au courant d’un projet de fédéralisme mais bizarement vou sne citez aucune source, ni dirigeant de parti, ni ministre, ni militaire, ni personnalité publique, ni…. Est ce une vraie info ou un souhait ??

  3. Je ne vois pas pourquoi la Kabylie disposerait d’un statut de privilégié par rapport aux autres régions. Il faut arrêter de vous croire supérieurs aux autres algériens. Lorsqu’on a libéré le pays de la colonisation nous l’avons tous fais ensemble tout le peuple algériens sans différences ethnique s’est sacrifié, maintenant nous devons tous le construire ensemble. Cessez de jouer au jeu des occidentaux du  » diviser pour mieux régner ». Donc out les histoires de gouvernement provisoire, car elles ne sont faites que pour mettre à genoux notre pays .L’Algérie et indivisible et le restera inchAllah.

  4. Je ne vois pas pourquoi la Kabylie disposerait d’un statut de privilégié par rapport aux autres régions. Il faut arrêter de vous croire supérieurs aux autres algériens. Lorsqu’on a libéré le pays de la colonisation nous l’avons tous fais ensemble tout le peuple algériens sans différences ethnique s’est sacrifié, maintenant nous devons tous le construire ensemble. Cessez de jouer au jeu des occidentaux du  » diviser pour mieux régner ». Donc out les histoires de gouvernement provisoire, car elles ne sont faites que pour mettre à genoux notre pays .L’Algérie et indivisible et le restera inchAllah.

  5. reponse a mehdi, normalement je ne repons pas a ce que vous dite car le contenu de votre commentaire me fait rappeller les discours insence de boumedien qui disait la meme.

    SI TU NE SAIS PAS D’OU TU VIEN TU NE SAURA JAMAIS OU TU VA

  6. La naïveté a été toujours kabyle
    Car les kabyles rêvent !!!!!
    Ils croient que les gens qui dirigent ce pays
    C’est dans gens qui sont uniquement
    Dans l’erreur
    Ces gens là ces des monstres
    Les rêves de leur peuple
    C’est de le voire vivre en bétail
    Sans rêve sans pensées sans foi

  7. La naïveté a été toujours kabyle
    Car les kabyles rêvent !!!!!
    Ils croient que les gens qui dirigent ce pays
    C’est dans gens qui sont uniquement
    Dans l’erreur
    Ces gens là ces des monstres
    Les rêves de leur peuple
    C’est de le voire vivre en bétail
    Sans rêve sans pensées sans foi

  8. Effectivement tu n’a pas l’aire de savoir d’ou tu viens ni où tu vas.Mais je vais au moins te dire d’où es ce que tu viens… tu est un Algériens comme tout tes confrères. Le jour où t’arrivera à assimiler ça tu saura ou aller.
    Si Boumediene tenait le même genre de discours que moi c’est qu’il avait bien compris où se trouvait l’intérêt de notre pays. C’était quelqu’un de sage.

  9. Le resulta de la politique de ton boumedien et flagant , l’algerie recolte les fruit amert laisser par ce sinistre personne, l’algerie a reculer de plusieur annees par rapport au pays voisins , l’algerien et devenue le null des null et ne dite pas le contraire car vous ete la preuve, vous ne savais meme pas qui vous ete et d’ou vous venais, moi je suis certain et sur car je suis algerien c’est a dire berbere , c’est a dire homme libre , c’est a dire habitant d’origine de l’afrique du nord,(LA VERITE ET AMERT MAIS ELLE ET LA VERITE)

    SU TU NE SAIS PAS D’OU TU VIEN TU NE SAURA JAMAIS OU TU VA

    sans rancun

  10. Au delà d’un système fédéral certainement plus adapté à la réalité politique, géographique, économique, sociologique et culturelle de l’Algérie; c’est d’un d’un état de droit et démocratique qu’il est question avant toute chose. Un état de droit garantie les droits fondamentaux au citoyen et un état démocratique garantie l’expression officiel de la volonté individuel et collective au travers d’élection libre et transparente. Le fédéralisme viendrait sous une forme algérianisé pour donner un sens à cet état de droit et à cette démocratique en s’agençant harmonieusement à la réalité politique et sociologique du pays et garantissant ainsi l’unité territorial de l’Algérie. Personnellement je pense que la réalité de la Kabylie est différente de la réalité du reste de l’Algérie. Nous voulons vivre dans notre réalité car c’est la nôtre. L’Arabe n’est pas notre langue ni celle de nos ancêtres aucunement. Mon peuple ne se reconnait pas dans le passif arabo-musulman. Pour les histoires de supériorité le peuple Kabyle n’est ni plus grand ni plus petit que les autres peuples. Le peuple Kabyle est conscient de lui même avec ses qualités et ses faiblesse. Ifarhagh a gma amar akdafagh zathi, hach thayrikh ktchi igtskin g ouliw.  » comme je suis heureux mon frère quand tu es à mes côtés, il n’y a que ton amour le tien qui compte dans mon coeur » nous nous suffisant à nous même.

  11. Boumediène sage!!!!! Voilà ce qui m’a fait réagir chers amis.
    Ce criminel qui a fait un nettoyage de toute l’élite algérienne d’après guerre (Krim, Khider, Chabani…), a emprisonné Ferhat Abbas, fait exiler même le poête Moufdi Zakaria….et comble de la stupidité et de la jalousie il a mis les cadavres de Si Amirouche et de Si El Houas (deux géants, l’un kabyle et l’autre non pourtant…mais il semblait lui dire: Que fait-tu avec ce kabyle, alors crève avec lui) ……..est donc SAGE!!!
    Ayant du respect pour les héros qui ont libéré le pays pendant que Si Boumediène se la coulais douce aux frontières avec Boussouf et ses sbires, préparant la prise du pouvoir à Alger.
    Nous sommes tous Algériens par les liens charnels qui nous lient à ce pays, mais nous avons tout aussi le droit de défendre notre culture sujette à des attaques de toutes parts. Nous les kabyles nous n’avons aucune leçon de nationalisme à recevoir, tout comme les chaouis, pays de Benboulaid et de Zirout Youcef. Nous savons qui nous sommes: Imazighens, des hommes libres.
    Le jour où le pouvoir d’Alger arrête ses humiliations à notre région et à toutes les autres (qui ne sont pas plus loties), on parlera d’avenir et de construction de l’Algérie de demain. Le véritable diviseur du peuple ce n’est pas les kabyles comme veut le faire croire le pouvoir, mais bien les décideurs qui sont à la tête de cette SARL Algérie dont ils disposent à volonté.
    Le danger est ailleurs mes frères.
    Les kabyles ne se croient pas supérieurs, mais la réalité sociologique du pays est telle que la kabylie est le terreau des luttes pour les causes justes, et pas seulement pour les kabyles.
    La kabylie restera la locomotive des aspirations des algériens au changement démocratique.
    Quant à ce boumédiène, sachez messieurs que c’est un ……kabyle!!!! Oui, originaire de la région de Boukten dans la wilaya de BB Arreridj.
    On a l’habitude avec les trahisons! Le nom Ouyahia ne vous dis rien???

  12. hahaha c amusant d’entendre vos commentaires, toi qui dit que Boumediane est homme sage !!! oui sage dans le sens de s’emparer de pouvoir au détriments de peuples et des vrais hommes de ce malheureux pays! et en plus ça preuve ton ignorance en terme de gestion de l’économie d’un pays si on est arrivé là c’est à cause de sa politique

  13. Les authentiques autochtones dits « Berbère » ou « Amazigh », sont venus à l’origine du cap de Gafsa-Tunisie vers(- 3000 ans JC ). Ces hommes appelés « Getules » ont peuplé le sahara algérien et l’atlas pré-sahélien jusqu’aux confins du Mali et du Niger du temps ou ce même sahara était hospitalié, riche et verdoyant (-3000 ans) pour ensuite monter progressivement vers le nord dans l’actuelle Algérie ( les Aurès en premier ) pour se déverser ensuite sur tous les territoires algériens,mauritanien, marocain, tunisien, lybienet même égyptien.

    Le pouvoir d’alors était par prédominance tribale ( force et richesse de la tribu, par alliance de
    sang ou d’intérêts avec d’autres tribus).

    Ils s’installèrent dans la totalité du Maghreb actuel jusqu’au Mali et le Niger.

    La notion de « nation » n’existait pas et encore moins une gouvernance par un état ou une
    territorialité définie en tant que frontières telles que nous les connaissons aujourd’hui.

    La plus grande masse de ces berbères se sont progressivement installés dans le Constantinois
    algérien (essentièlement dans les Aurès et la Kabylie ).

    C’est là que se construisit, en forme de pseudo structure étatique de l’époque, à savoir le
    puissant royaume de Numidie ayant pour siège initial la ville de Cirta ( actuelle Constantine )

    La première vague de contact avec les autres peuples fut l’arrivée des Phéniciens ( – 1100 JC )
    puis des Carthaginois ( – 7e siècle JC ) installés en premier dans la célèbre et florissante
    Tunisie de l’époque.

    Les autochtones berbères, tout en préservant leur mode tribal, la langue et les traditions
    encestrales ont cependant sus tiré profit au contact des premières civilisations phéniciennes
    et surtout carthaginoise.

    La création du royaume Numide unifié par le roi berbère MASSINISSA en -204 JC (après la mort de son père GAIA) à Cirta ( est algérien) et Maure ( Ouest Algérien jusqu’à la moulouya de l’actuel
    Maroc) en est l’illustration majeure, bien que leur ancestres les Gétules formaient déja de puissants
    royaumes allant jusqu’à annexer des territoires aux puissants pharaons d’Egypte (-1100).

    Jusqu’àlors, les brassages étaient surtout d’ordre tribal entre berbères mais majoritairement de
    la même éthnie, mais, bien que peu, à cette époque déja, le sang berbère reçut quelques homoglobines étrangères à son ethnie ( phéniciens et/ou carthaginois).

    Il le sera d’avantage avec l’arrivée des Romains ( fin du 2ème siècle avant JC) de par les
    alliances de pouvoirs et de sang des royaumes Numides et Maure pendant quasiment 5 siècles.

    Par exemple que de villes construites ( 1500 répertoriées en Algerie, mais également en Tunisie et
    au Maroc), dans et autours desquelles vivaient autochtones berbères, berbères romanisés, romains
    d’origine ou légionnaires romains.

    La encore, la civilisation romaine, de par sa durée, a laissé d’innéfaçables traces de civilisation,
    de culture et de mode de vie.

    Ainsi plus de 2000 ans plus tard, on en retient encore des expressions typiques issue de cette
    époque comme par exemple  » BACHUST biya » qui signifie en parlé constantinois  » Tu m’a fait honte »
    en référence à la trahison de BACHUS qui a livré JUGHURTA aux romains ou encore, le qualificatif
     » BOUDERBALA » qui fait référence à ADHERBAL etc…

    Aux Romains, succèdent le passage des vandales au 5éme siècle, suivi des Byzantins au 6éme siècle
    sans apport particulier dès lors que leur « civilisation quasi romaine »,les berbères y sont déja
    imprégniés.

    Arrivent alors les incontournables ARABES dès le 7eme siècle JC mené par Okba Ibn Nafah et la
    résistance légendaire des berbères dont les célèbres KUCEYLA et la KAHINA dans les Aurès algériens comme celle de TACFARINAS contre les romains 6 siècle avant

    Le rouleau compresseur des arabes de l’époque, n’était pas forcément que militaire mais bien plus
    subtil que la force des armes.

    Partis d’orient pour propager l’Islam mais aussi asseoir leur pouvoir dans les pays conquits pour
    mieux servir la religion musulmane, c’est précisement les fondements mêmes de cette religion qui
    les ont fait triomphés et, pour mieux comprendre, Il faut se situer au milieu du 7eme siécle JC :

    L’axe de parcours principal des arabes a été le suivant : Egypte, Lybie,Tunisie, Algerie et Maroc.

    Dès l’arrivée des arabes à Fousta en Egypte, initialement pour chasser les byzantins d’Ifrikya,
    la propagation de l’Islam et la conquète de territoires continuèrent vers le Maghreb.

    Dans ces pays, Il n’y avait aucune structure étatique, pas de lois écrites non plus, le pouvoir
    était acquis ou imposé par les rapports de force des puissances tribales ou des alliances de sang
    ou d’intérêts entre elles.

    Seules quelques contrées gouvernées par les byzantins ou leurs alliées berbères jouissaient d’un
    semblant de structure gouvernante.

    Les us et les coutumes étaient prépondérants et combien même le christianisme y était déja implanté,
    il ne pronait que la croyance en Dieu et Jésus Christ. De surcroit, l’église berbère de l’est algérien
    ( Annaba) à sa tête Saint Augustin « le berbère » était opposée radicalement à Rome.

    La tradition orale prévalait et l’écriture, quoique existante ( Tifinagh) ou latin était moyennement
    usitée.

    Ainsi, la propension de l’Islam a fait effet de boule de neige jusqu’en Espagne voire au delà telle
    que Malte et la sicile .

    En effet, l’islam que propageait les arabes avait réponse essentielle aux préocupations politiques,
    sociales et conflictuelles des berbères :

    Le pouvoir de l’autorité berbère tribale ou multi-tribales va passé de « Chef de tribus » d’essence
    tribo-familiale ou d’alliance, à celui de « Chef et aussi de guide » d’une communauté de tribus plus
    élargie dans sa dimension géographique et humaine, ressoudée non plus sur l’appartenance à la tribu
    mais par adhésion au concept d’une « communauté musulmane ».

    L’Islam trouve rapidement écho favorable auprès des chefs berbères pour consolider leur propre
    pouvoir « conversion de Koceila à Islam par exemple » mais aussi auprès des citoyens berbères conquis
    par les fondements égalitaires de l’Islam et de la simplicité de la pratique religieuse.

    Cependant, la maladresse de la première vague arabe à l’égard des berbères comme par exemple dans les Aures « l’humiliation de Koceila par Okba Ibn Nafea »,le traitement inégal  » prélèvement des impots sur les berbères alors que les arabes étaient exemptés » ou encore la répartition des trésors de guerre ont fait que , à la résistance initiale des berbères, s’est organisée une véritable contestation
    non pas a l’encontre de l’Islam lui-même, mais vis à vis du comportement des arabes et des privilèges
    qu’ils s’accordaient au détriment des autochtones.

    Au fur et a mesure de leur conversion, les berbères choisirent en masse la thèse du « Kharigisme »,une
    pratique de l’islam qui prèche l’égalité des hommes et, surtout, que le calif doit être choisit par
    consensus parmi les meilleurs musulmans sans distinction de race ni de tribu et non plus désigné par
    l’autorité hériditaire du califat de Bagdad.

    D’ailleurs,les premiers émirats à Kérouan 690 (Tunisie) , Rostémides à Tlemsen (742) et Tahert 761
    ( Algerie) et Idrissites à Fes 791 (Maroc) ont été un refuge pour la vague des arabes contestataires
    émigrant vers le maghreb suite à la « fitna » en orient pour la succession du prophète ALI (sws), lesquels
    ont trouvé un accueil berbère plus franc, surtout pour leur servir de guide religieux eu égard à
    leur connaissance de l’Islam et de la pratique religieuse.

    Malgré ces divergeances profondes avec les arabes, c’est pourtant ces islamo-berbères qui, à partir
    de 711, forts de leur nouvelle foi religieuse et leur courage légendaire, ont conquit l’Espagne
    et, un siècle et demi plus tard, la Sicile et Malte.

    ( auteur Massine Tacir )

    1ère partie

  14. Les authentiques autochtones dits « Berbère » ou « Amazigh », sont venus à l’origine du cap de Gafsa-Tunisie vers(- 3000 ans JC ). Ces hommes appelés « Getules » ont peuplé le sahara algérien et l’atlas pré-sahélien jusqu’aux confins du Mali et du Niger du temps ou ce même sahara était hospitalié, riche et verdoyant (-3000 ans) pour ensuite monter progressivement vers le nord dans l’actuelle Algérie ( les Aurès en premier ) pour se déverser ensuite sur tous les territoires algériens,mauritanien, marocain, tunisien, lybienet même égyptien.

    Le pouvoir d’alors était par prédominance tribale ( force et richesse de la tribu, par alliance de
    sang ou d’intérêts avec d’autres tribus).

    Ils s’installèrent dans la totalité du Maghreb actuel jusqu’au Mali et le Niger.

    La notion de « nation » n’existait pas et encore moins une gouvernance par un état ou une
    territorialité définie en tant que frontières telles que nous les connaissons aujourd’hui.

    La plus grande masse de ces berbères se sont progressivement installés dans le Constantinois
    algérien (essentièlement dans les Aurès et la Kabylie ).

    C’est là que se construisit, en forme de pseudo structure étatique de l’époque, à savoir le
    puissant royaume de Numidie ayant pour siège initial la ville de Cirta ( actuelle Constantine )

    La première vague de contact avec les autres peuples fut l’arrivée des Phéniciens ( – 1100 JC )
    puis des Carthaginois ( – 7e siècle JC ) installés en premier dans la célèbre et florissante
    Tunisie de l’époque.

    Les autochtones berbères, tout en préservant leur mode tribal, la langue et les traditions
    encestrales ont cependant sus tiré profit au contact des premières civilisations phéniciennes
    et surtout carthaginoise.

    La création du royaume Numide unifié par le roi berbère MASSINISSA en -204 JC (après la mort de son père GAIA) à Cirta ( est algérien) et Maure ( Ouest Algérien jusqu’à la moulouya de l’actuel
    Maroc) en est l’illustration majeure, bien que leur ancestres les Gétules formaient déja de puissants
    royaumes allant jusqu’à annexer des territoires aux puissants pharaons d’Egypte (-1100).

    Jusqu’àlors, les brassages étaient surtout d’ordre tribal entre berbères mais majoritairement de
    la même éthnie, mais, bien que peu, à cette époque déja, le sang berbère reçut quelques homoglobines étrangères à son ethnie ( phéniciens et/ou carthaginois).

    Il le sera d’avantage avec l’arrivée des Romains ( fin du 2ème siècle avant JC) de par les
    alliances de pouvoirs et de sang des royaumes Numides et Maure pendant quasiment 5 siècles.

    Par exemple que de villes construites ( 1500 répertoriées en Algerie, mais également en Tunisie et
    au Maroc), dans et autours desquelles vivaient autochtones berbères, berbères romanisés, romains
    d’origine ou légionnaires romains.

    La encore, la civilisation romaine, de par sa durée, a laissé d’innéfaçables traces de civilisation,
    de culture et de mode de vie.

    Ainsi plus de 2000 ans plus tard, on en retient encore des expressions typiques issue de cette
    époque comme par exemple  » BACHUST biya » qui signifie en parlé constantinois  » Tu m’a fait honte »
    en référence à la trahison de BACHUS qui a livré JUGHURTA aux romains ou encore, le qualificatif
     » BOUDERBALA » qui fait référence à ADHERBAL etc…

    Aux Romains, succèdent le passage des vandales au 5éme siècle, suivi des Byzantins au 6éme siècle
    sans apport particulier dès lors que leur « civilisation quasi romaine »,les berbères y sont déja
    imprégniés.

    Arrivent alors les incontournables ARABES dès le 7eme siècle JC mené par Okba Ibn Nafah et la
    résistance légendaire des berbères dont les célèbres KUCEYLA et la KAHINA dans les Aurès algériens comme celle de TACFARINAS contre les romains 6 siècle avant

    Le rouleau compresseur des arabes de l’époque, n’était pas forcément que militaire mais bien plus
    subtil que la force des armes.

    Partis d’orient pour propager l’Islam mais aussi asseoir leur pouvoir dans les pays conquits pour
    mieux servir la religion musulmane, c’est précisement les fondements mêmes de cette religion qui
    les ont fait triomphés et, pour mieux comprendre, Il faut se situer au milieu du 7eme siécle JC :

    L’axe de parcours principal des arabes a été le suivant : Egypte, Lybie,Tunisie, Algerie et Maroc.

    Dès l’arrivée des arabes à Fousta en Egypte, initialement pour chasser les byzantins d’Ifrikya,
    la propagation de l’Islam et la conquète de territoires continuèrent vers le Maghreb.

    Dans ces pays, Il n’y avait aucune structure étatique, pas de lois écrites non plus, le pouvoir
    était acquis ou imposé par les rapports de force des puissances tribales ou des alliances de sang
    ou d’intérêts entre elles.

    Seules quelques contrées gouvernées par les byzantins ou leurs alliées berbères jouissaient d’un
    semblant de structure gouvernante.

    Les us et les coutumes étaient prépondérants et combien même le christianisme y était déja implanté,
    il ne pronait que la croyance en Dieu et Jésus Christ. De surcroit, l’église berbère de l’est algérien
    ( Annaba) à sa tête Saint Augustin « le berbère » était opposée radicalement à Rome.

    La tradition orale prévalait et l’écriture, quoique existante ( Tifinagh) ou latin était moyennement
    usitée.

    Ainsi, la propension de l’Islam a fait effet de boule de neige jusqu’en Espagne voire au delà telle
    que Malte et la sicile .

    En effet, l’islam que propageait les arabes avait réponse essentielle aux préocupations politiques,
    sociales et conflictuelles des berbères :

    Le pouvoir de l’autorité berbère tribale ou multi-tribales va passé de « Chef de tribus » d’essence
    tribo-familiale ou d’alliance, à celui de « Chef et aussi de guide » d’une communauté de tribus plus
    élargie dans sa dimension géographique et humaine, ressoudée non plus sur l’appartenance à la tribu
    mais par adhésion au concept d’une « communauté musulmane ».

    L’Islam trouve rapidement écho favorable auprès des chefs berbères pour consolider leur propre
    pouvoir « conversion de Koceila à Islam par exemple » mais aussi auprès des citoyens berbères conquis
    par les fondements égalitaires de l’Islam et de la simplicité de la pratique religieuse.

    Cependant, la maladresse de la première vague arabe à l’égard des berbères comme par exemple dans les Aures « l’humiliation de Koceila par Okba Ibn Nafea »,le traitement inégal  » prélèvement des impots sur les berbères alors que les arabes étaient exemptés » ou encore la répartition des trésors de guerre ont fait que , à la résistance initiale des berbères, s’est organisée une véritable contestation
    non pas a l’encontre de l’Islam lui-même, mais vis à vis du comportement des arabes et des privilèges
    qu’ils s’accordaient au détriment des autochtones.

    Au fur et a mesure de leur conversion, les berbères choisirent en masse la thèse du « Kharigisme »,une
    pratique de l’islam qui prèche l’égalité des hommes et, surtout, que le calif doit être choisit par
    consensus parmi les meilleurs musulmans sans distinction de race ni de tribu et non plus désigné par
    l’autorité hériditaire du califat de Bagdad.

    D’ailleurs,les premiers émirats à Kérouan 690 (Tunisie) , Rostémides à Tlemsen (742) et Tahert 761
    ( Algerie) et Idrissites à Fes 791 (Maroc) ont été un refuge pour la vague des arabes contestataires
    émigrant vers le maghreb suite à la « fitna » en orient pour la succession du prophète ALI (sws), lesquels
    ont trouvé un accueil berbère plus franc, surtout pour leur servir de guide religieux eu égard à
    leur connaissance de l’Islam et de la pratique religieuse.

    Malgré ces divergeances profondes avec les arabes, c’est pourtant ces islamo-berbères qui, à partir
    de 711, forts de leur nouvelle foi religieuse et leur courage légendaire, ont conquit l’Espagne
    et, un siècle et demi plus tard, la Sicile et Malte.

    ( auteur Massine Tacir )

    1ère partie

  15. Ya mehdi, avant de repondre debarrase toi dabord de cette haine arabo-baatiste qui et en toi et aussi cultive toi dabord , fait un saut dans l’histoire de notre pays, tu doit savoir aussi comment la guerre d’algerie a commence,et qui etait rellement boumedien , tu verra il n’est pas sage du tous, essaye de jete un coup d’oeil sur la plate forme de la soummam fait par des hommes des vrais Algerien, la je te garantie que tu va te rendre a l’evidence car la trahisant des gents que tu veux defendre a comment par la, car si la charte du congret de la soummam a etait respecte soit certain que tu va vivre libre et independant dans une Algerie sereine et plein d’espoir comment le souhaite les hommes les vrais qui sont tomber pour ce beau et chere pays qui est l’ALGERIE , malheureusement la trahisant continue sous les aplaudisement des gent comme toi , Gloire a nos martyre,

    SI TU NE SAIS PAS D’OU TU VIEN TU NE SAURA JAMAIS OU TU VA

  16. Je me demande pourquoi les historiens et les specialiste des civilisation nont jamais cite le premier role des berbers durant la conquete de l’espagne ainsi que celle d’egypt et aussi la construction de la capitale le caire par les berbers,? Et aussi pourquoi ils nont pas cite que la capital de la grece athene et un nom d’une reine berber?

    Je parle des historiens occidenteaux quant au historien arabe s’il ne cite pas les berbers dans leur conquete et histoire je comprend parfaitement pourquoi.

    Merci a celui ou celle qui peux m’eclaire un peux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here