Guerre civile en Syrie – Le dictateur syrien signe et persiste

2
63

Hier encore, des navires de guerre et des chars tiraient sur le quartier d’al-Raml al-Jounoubi à Lattaquié, fief, ces derniers jours, de manifestations massives réclamant le départ de Bachar al-Assad et la chute du régime syrien.

Coupés du monde les syriens ne savent plus à quel saint se vouer. Dans les faubourgs de la capitale et dans les villes attaquées les habitants fuient dans tous les sens. L’ennemi des services syriens est l’internet, seul moyen de communiquer avec le monde extérieur.

Le président américain Barack Obama a, dans un entretien téléphonique, ce samedi avec le roi Abdellah d’Arabie Saoudite et David Cameron, premier ministre britannique, évoqué sa crainte devant l’ampleur de la répression en Syrie.

Les trois dirigeants ont demandé l’arrêt immédiat de la brutale campagne de violences du régime syrien contre son peuple. Ils exigent aussi une réponse à l’exigence légitime de transition démocratique exprimée par le peuple syrien.
Rappelons que le Canada est passé à l’action pour faire pression sur la dictature syrienne en gelant les actifs de quatre dignitaires du régime syrien.

2 COMMENTS

  1. Et pourtant, Monsieur le Ministre, ce dictateur est, pour l’heure, le garant de la sécurité des Syriens de confession chrétienne.
    Je pense que, après des siècles de victimisation, il serait temps pour les idéologues de l’islam de prendre à bras le corps les problèmes attachés à cette religion, comme cette volonté d’éradication de toute entité non musulmane dans ce que les musulmans appellent des « terres d’islam ».
    Pourquoi faut-il un protecteur pour les non musulmans dans ces pays-là?

  2. Azul,

    Des régimes à l’image de tant d’autres à travers la planète comme cela, seuls les missiles téléguidés qui tomberont du ciel sur leurs têtes peuvent les arrêter. Tous le reste, c’est n’est que du bla bla.
    En attendant, le peuple Syrien continuera de mourir.

    Tanmirt.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here