17ème édition du Salon International du Livre d’Alger (SILA) : Les islamistes en force

6
76

CULTURE (Tamurt) – À l’instar des éditions précédentes, un contrôle strict a été procédé sur l’ensemble des livres exposés par les éditeurs. En effet, 300 livres sont interdits d’exposition durant cette édition alors que l’année passée, ils étaient environ 400 livres à subir le même sort affligé par la commission d’organisation du salon.

Par ailleurs, il a été constaté la forte présence du livre religieux, dans cette nouvelle édition du SILA. Personne ne peut le nier. Un déploiement de force de plusieurs éditeurs du Moyen-Orient notamment qui profitent de la permissivité des organisateurs afin d’injecter des centaines de livres d’obédience islamiste sur les étales du SILA.

Une stratégie qui prévoit d’accorder des facilités au livre religieux, au détriment d’autres catégories de livres, pose plus d’une question. D’ailleurs, on avait l’impression, qu’il s’agissait d’une exposition religieuse et notamment dans certains pavillons à l’image de la centrale, où de nombreux exposants proposaient des ouvrages de jurisprudence, d’Ijtihad, de la Sunna, ainsi que des séries de livres religieux traduits dans plusieurs langues, dont le français et l’anglais.

Dans le même contexte la vedette du 17ème édition du SILA, était sans doute le prédicateur Islamique « Aaid El-Karni » qui a marqué sa présence dans le salon, durant la journée du 23 septembre, à travers une conférence-débat Co-organisée, avec des éditeurs et un quotidien algérien d’expression Arabophone, connu par ses positions fondamentalistes.

S’agissant des autres stands de cette 17éme édition, le large public a constaté la cherté des produits proposés durant cette première semaine d’exposition, des prix qui ne sont pas forcément à la hauteur des attentes des lecteurs. Il est à noter finalement la remarquable domination de la langue arabe, comme langue principale d’édition. unn présence timide des maisons d’éditions en langues étrangères a été constatée alors que le patrimoine, la culture et la langue Amazighe, sont les grands absents de ce rendez-vous.

Aziz Ait-Amirocuhe

6 COMMENTS

  1. Le récent livre De Farhet Mahani{ le siècle iden}titaire avait-il une chance d´etre exposé dans cette bibliothèque du regime dénué de toute substilité intellectuelle? la répense est bêtement, tout sauf oui, cela ne fait pas partie dans Goût de régime en place! donc la composante culturelle la plus importante et essentielle sur l´ensemble du pays n´a pas de place dans cette sallonette!
    Ps: sallonette de {{livrette espagnole}} est le diminitif du nom{ SALLON DE LIVRE aus sense du vrais parler de cette manifestation à caractère intelectuelle.}

  2. Ce n’est pas la premiére fois que le livre amazigh est exclus du salon du livre a Alger. Au temps où Saadi faisait alliance avec le nain de Mouradia, tamazight etait déjà excluse des stands. Personne n’avait rien dit sauf le HCA. Il est temps que nous organisions nous mêmes des expositions du livre amazigh a Paris comme ailleurs dans le monde et biensure chez nous au pays. Il est normal que le livre arabe puisse occuper tout l’espace des exposants. La langue arabe est liée a la religion, liée à l’ideologie arabe, liée au nationalisme arabe, liée a la sorcelerie en des marabouts, etc.. Ces gens veulent absorber tout autres culture pour la faire elliminer, ou faire disparaitre. Cela faire parti de leur doctrine raciste. Sachez que : nous les Amazighs, les Kurdes, les Coptes avec eux tout les Chretiens d’orient et avec eux Israeil, sommes en surcis face à ces régimes et ces fanatiques à l’ideologie fiscisante.

  3. J’ai été tout seul, à cette foire du livre arabe, je n’ai pas tenu plus d’un quart d’heure ! On se serait cru dans une zaouïa !! Ce pays est vraiment foutu, il n’y a plus rien à attendre !! Le stand du HCA, faisait vraiment de la peine à voir !! Que font encore les membres de ce haut commissariat, apparemment fauché, dans cette galère ???

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here