Conférence du président du MAK à Tamda : «Faisons valoir en tant que peuple kabyle notre droit à l’autodétermination»

16
144
Bouaziz Ait Chebib
Bouaziz Ait Chebib

DIASPORA (Tamurt) – Le comité des étudiants du campus universitaire de Tamda a commémoré le 33e anniversaire du printemps Amazigh à travers un cycle de conférence auquel ont été conviés les organisations politique kabyles : le FFS, le RCD, la formation de Karim Tabou et le MAK. Cette commémoration a été clôturée par le président du MAK qui a animé hier matin à 10 heures une conférence sur le thème de : la Kabylie et le combat identitaire.

Il y a lieu de signaler que ce cycle de conférences s’est déroulé dans des conditions normales sauf pour la conférence du MAK qui a fait l’objet d’une tentative de déstabilisation de la part l’administration du campus. La conférence devait commencer à 10h, et l’auditorium était fermé à l’heure convenue, ce qui a poussé les étudiants à rebrousser le chemin. Les organisateurs ont pu y remédier grâce à leur mobilisation. Ensuite, à quelques minutes du début de la conférence, la sonorisation ne fonctionne plus. Encore une fois, les organisateurs ont pu résoudre le problème grâce à leur détermination.

Après une minute de silence observée à la mémoire des martyrs de la Kabylie, le président du MAK a présenté un exposé détaillé du combat identitaire mené par la Kabylie depuis le mouvement national à ce jour. Il a apporté des éclairages sur certaines questions: «L’histoire officielle nous apprend que Messali Hadj est le premier président de l’étoile nord africaine pour le présenter comme père fondateur du mouvement national. La vérité est toute autre. Le premier parti indépendantiste a été créé par des kabyles qui ont nommé Djeffal Mohamed, originaire d’Irdjen, comme président. Ils ont fait venir Messali en sa qualité d’arabophone pour pouvoir faire adhérer les non berbères à cette organisation qui s’inscrivait dans une optique Nord Africaine et non algérienne».

Dans son exposé, Bouaziz Ait Chebib a mis en exergue toutes les étapes du combat identitaire. Du mouvement national à ce jour, en passant par la crise anti-berbère de 1949, la guerre du FFS 1966, le printemps amazigh de 1980, le printemps kabyle de Mai 1981 à Vgayet, la création de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, le boycott scolaire, l’assassinat de Matoub Lounes, et enfin le printemps noir dont les assassins des 128 martyrs ont bénéficié de l’impunité.

Le conférencier a ensuite parlé des acquis qui restent maigres par rapport aux sacrifices consentis. Il dira à ce propos: «L’introduction de tamazight dans l’enseignement et le statut de langue nationale, ne sont pas des offrandes du pouvoir. Ils ont été arrachés par notre combat notamment le boycott scolaire de 1994 et le sang des martyrs du printemps noir. Mais, ces acquis ne sont que de la poudre aux yeux dès lors que le peuple kabyle et les amazighs en général subissent un véritable apartheid identitaire, culturel et linguistique de la part du régime raciste d’Alger».

Pour étayer ses propos, il a mis en avant la législation algérienne qui consacre l’Algérie arabe en ignorant l’histoire et l’identité réelle de ce pays. «Pour les pouvoir successifs: Nous sommes des Arabes, 36 millions d’Arabes et il n’y a d’avenir pour ce pays que dans l’arabisme».

Il poursuit: «La constitution algérienne a défini l’Algérie comme étant un pays arabe et indissociable du monde arabe. Elle a institué Tamazight comme deuxième langue après l’arabe ce qui fait des Amazighs les envahisseurs et les arabes les autochtones».
Pour le président du MAK, depuis 1962, toutes les lois légiférées par l’Algérie officielle sont des lois scélérates visant à transformer l’administration coloniale en celle d’un État arabo-musulman. Et c’est ainsi qu’avait eu lieu le transfert de la colonisation de l’algérie française à l’Algérie Arabe.

Il continue en signalant que la plus importante de ces lois est incontestablement la loi n° 91-05 du 16 janvier 1991 portant généralisation de l’utilisation de la langue arabe, modifiée par la loi du 21 décembre 1996. Elle vise à exclure l’usage de tamazight, du français et de toute autre langue en stipulant que :

– Tous les documents officiels, les rapports, et les procès-verbaux des administrations publiques, des institutions, des entreprises et des associations sont rédigés en langue arabe.

– L’utilisation de toute langue étrangère dans les délibérations et débats des réunions officielles est interdite

Toujours dans le même ordre d’idée, le président du MAK fait remarqué que: «Les ordonnances relatives à l’orientation scolaire, le nouveau code de procédures civiles et administratives, le règlement intérieur de l’APN, le code wilayal et le code communal découlent tout deux de la loi portant sur la généralisation de l’utilisation de la langue arabe. Tamazight est exclue dans tous les domaines de la vie. Notre langue est en recul permanent, la kabylophonie perd du terrain notamment dans les grandes villes de Kabylie».

En guise de solution face au plan de disparition de la langue Kabyle mis en œuvre part le pouvoir algérien, Bouaziz Ait Chebib, dira : «L’arabe, la langue que le régime raciste d’Alger s’efforce d’imposer depuis l’indépendance, tire sa force de l’Etat algérien qui l’a officialisé. Il bénéficie de tous les moyens et des budgets faramineux pour assurer son enseignement, son développement et sa généralisation. De ce fait, Notre langue ne peut accéder au développement qu’avec l’avènement d’un Etat Kabyle».

Dans le débat, le président du MAK est revenu sur l’autodétermination en déclarant : «La Kabylie a besoin d’un projet de société qui doit s’inspirer du droit international au lieu de réduire ses aspirations à une simple revendication linguistique. Celui qui détient le pouvoir, impose sa langue et de ce fait, notre langue a besoin d’un Etat et par voie de conséquence, faisons valoir en tant que peuple kabyle notre droit à l’autodétermination pour choisir librement le statut politique qui nous sied».

Yugurten Z pour Tamurt

16 COMMENTS

  1. La messe est dite, amen.

    En ce qui concerne la langue Kabyle, il n’y a pas necessairement besoin d’attendre la reconnaissance de notre Etat. Celle-ci a besoin d’etre dans la tete, le coeur et la langue de tout Kabyle, dans la vie de tous les jours. Son enseignement dans les villages et quartiers des villes Kabyles ne peut attendre. Un curriculum et une des livres d’apprentissage et d’enseignement a titre prive’, doivent etre abandons en Kabylie, c.a.d. disponibles partout, comme de l’herbe. A tout couple Kabyles de gerer le temps de ses enfants et d’en assurer l’enseignement tous les jours. Il n’y a pas besoin d’ecoles pour pouvoir le faire. 1 heure par jour soutenue par un usage continu, suffira a generaliser son usage oral comme ecrit en tres peu de temps. Je suis plus que certain, qu’il y a des gens disponibles pour dispenser des cours a des petits de 6 a 10 quotidiennement, a moindre prix. De toute facon, c’est un investissement ne serait pour la guarde de ces enfants.

    Cela tandis que les adultes poursuivent la construction de notre etat et sa reconnaissance officiel par les colons algeriens. Il n’y a pas d’autre chemins.

  2. La semaine internationale du rire, «Algé’rire», s’ouvrira, aujourd’hui,( une piéce théatrale pour les indigènes)
    Une semaine de Rire chez les VIP( bandits ) algeriens spécialement a Sofitel et de l´autre coté ??? El khaoua font leur sales boulots du retrait intelligent ( par sentiments et religieux aussi du One Two three ) et se laver les mains au plus vite possible .

    Cette manifestation cultuelle, abritée à l’hôtel Sofitel (salle Atlas), verra la participation de plusieurs humoristes dont, notamment, Ramzy, Smain, Wahid, Uncle foffi et l’agence organisatrice de l’événement (BroShing évents). «Cette manifestation d’envergure intervient dans le but de positionner et imposer Alger sur la scène internationale du rire, faisant ainsi de notre pays un important carrefour culturel et de divertissement du Bassin méditerranéen», tiennent à préciser ses organisateurs.

  3. vous devriez faire un article sur le MOB qui s’est qualifie en Ligue 01 ou alors juste un petit dessin de feliciatations 🙂

    Thanmirth ennwen, seg a Vgaythi 🙂

  4. Azul akkwit s-umata,

    Tanemmirt a Mass Cebbib,

    Rien de plus à rajoutter, mais je veux répondre à Mass Vussad, concernant le Tmazight de type Numide c’est à dire « Kabyle » Il n’ y a qu’un Etat digne de ce nom qui puisse péréniser notre langue, c’est à dire allouer les finances aux institutions dont l’objectif est d’enrichir notre langue, de la protéger et de l’enseigner dans les écoles, mais aussi de la moderniser d’où l’impérieuse necessité aussi d’inaugurer rapidement une académie.

    Car aujourd’hui, il ne faut pas nous voiler la face, notre Tamazight est fortement « pollué » par l’arabe, au niveau du vocabulaire surtout c’est une sorte de bilinguisme je m’explique les emprunts à l’arabe sont abondants à tels point que chaque mot amazigh a son doublon arabe exp :

    tuga = lehcic, ull = Eiwen, amallal = amEiwen, eddu = ruh, ugwir=elhhu, agaraw = lebhhar,
    alles = Eiwed, iri=bgha, eghs =hhmel, asi/eksi = rfed, isegdhan =lahhsab, ayyis = aEudiw,
    taknift= taxbizt, eg=exddem, taygi= lefEal, ttrugu=ban, anu=lbir,asllem = lhhut.. etc etc…

    A celà inclure surtout le domaine arithmétique, qui à l’origine Berbère a été supplanté par l’arabe en effet de nos jours au delà de « deux » l’on calcule exclusivement en arabe et celà est du aux Turcs, qui à l’époque de l’empire Ottoman exigaient aux peuples musulmans de commercer en utilisant l’arabe, cependant fort heureusement, l’arithmétique Amazigh a survécu n’avons nous pas encore les at-Mraw (béni Eacra), donc à toute fin utile la soustraction se dit afanazz, efnezz= soustraire, l’addition asiwett, additionner eg asiwett ou siwett, la division uzzuney, diviser =zzun, la multiplication akfudh, multiplier ekfedh d’où (peut être ifedh afdhan million?).

    Conclusion, seul un Etat (Aghlan Amazigh) saura être le garant de notre langue!!

    Tanemmirt.

    AGWZUL

      • ????M ???OB, inspiré du club algerois Mouloudia{{(la naissance du leur rassoule mohamed)}} raciste en vers nous !!
        {Le club spotif Bogeotie mille fois mieux que d´emité les autres!!}

        • non a guema tu te trompes. Je suis de Vgayeth, je t’assure, el MOB est un club tres Kabyle, le club de la nouvelle ville. Il n y pas de zdi moh ghournagh. C’est la JSMB ou on a des probleme a leur faire sortir un drapeau Kabyle meme si ca s’ameliore.

          Vive l’MOB!!!!!!!

    • Je ne sais d’ou vient ce besoin d’avoir raison, ou je ne sais quoi… C’est une maladie tres algerienne qui doit disparaitre de la culture Kabyle… C’est ca l’emprunt dangereux, pas l’emprunt de mots. Tous le monde emprunt a gauche a droite… L’ame d’une langue est dans sa grammaire, et nous avons deja un MINITRE dedie’ rien qu’a ca… La vie d’une langue, c’est SA PRATIQUE – Presque toutes les langues sur l’emisphere occidentale comme avec une une racine du latin, et pourtant le francais par example estune langue vivante et le latin une langue morte… L’italien est une langue batarde, un melange des dialectes des Peuples du pays que nous connaissons aujourd’hui comme l’Italie, qui a bien remplace’ le latin. Le grecque a continue’ a vivre grace a son usage.

      Mon point etait sur l’importance de ne pas procrastiner… l’usage, l’usage, l’usage…. la preuve est la sous nos yeux – Nous debattons en Francais et pas en Kabyle, aussi batard soit-il, aussi imparfait soit-il… Nous perdons des Kabyles sans cesse, pas seulement a cause de l’officialisation et l’usage adminitratif, qui sont sont un cancer absolu que seul UN ETAT KABYLE SOUVERAIN resoudra une fois pour toute, mais aussi(des pertes) considerables des Kabyles qui s’en vont pour ramener de l’argent et finissent par y laisser leur identite’ linguistique.

      Ceci dit, ce que j’ecris ne contredit nullement ce que tu ecrit, mais le complemente. ou tout simplement, poste ton commentaire et laisse celui des autres a sa place. Merci.

    • Azul akwit, c’est bien ce mouvement de reveil amazigh, mais je me demande si nous somme assez mûr politiqument pour fair un Etat kabyle, somme nous prêt à nous disposer de nous meme?
      Car á ce que je remarque nous ne somme ni plus intelligent ni plus civilisés que les arabophones.
      On peut remarquer ça dans les insultes à la religion queles berbéres ont embrasse depuis trés longtemps, ce n.est pas civilisé que de rabaisser la confession des gents de la sorte, je parle de ressants commentaires sur la robe kabyle etc.ecoutez les americains, ont ils insulte la foie musulmanes malgre tout ce que les b ladelwopersonnellez eux 11 sept? Non car leur leadeurs savent fair la part des choses et le princupe de la diversité est vraiment encré dans leur culture.mais j vois pas chez nous car nous somme toujrs dans le moyen âge.pourquoi on ne parle jamais de l apport de civilisation muaulmane à l humanuté, soyons honête.
      Je voudrai completer ce qe@agwzul a ecrit sur les mot en voie de disparition à cause de la clochardisation de notre langue.pourqoi dire à Eiwen=wazi qui vient de iwaziwen qi existe sou forme de nom mais pas de verbe a ma conaissance, aussi pour levhar=illel qui vient de aslili s waman , le verbe wazi est ma creation s personnelle par deduction car il existe iwaziwen et tiwizi ou tiwiza donc le verbe ne pwut etre que awazi.q on peut utiliser au lieu de prendre de tres loin.aussi jai remarqué akud = temps , j ne sais d ou vient ce akud mais jai mieu que ça: temp=imir car ont dit : imir’n qui est la contraction de imir nni=à ce moment là ou à cett periode en ce temp là. Les chercheurs doivent au maximum se raprocher des mot tel qils sont dit des millenaires avant.
      Tanmirt.

    • Azul merci de nous avoir eclairer de ces mots dejà disparus en kabylie , quoi que je voudrai dire pourquoi pas utiliser pr levhar=illel qui sonne plus authentique car il est derivé de aslilli (s waman); et Eiwen= wazi qui est un verbe disparu en tou cas pr mon opignion car je n est entendu ni ma mere ni ma grand_mere ni mon arriere gran_mere le dire mais jai utilisé la regle simple de gramaire pour trouver l verbe derivé de tiwiza ou twiza.un otre mot qui me derange auassi c est le temps=akud , je ne sais pas s il vient du terroir ou c’est une invention, mais je sais par deduction aussi que les kabyles l utilisent quotidiennment mais sans s’en rendre compte lorsqu on dit imir’n est la contraction de imir nni , aussi ont dit akka imira contaraction de akka imir agi = à ce meme moment, imir’n=à ce moment là ou a cette epoque là.donc dans la recherche il faut essayer d etre le maximum pissible prés de l authenticité et de l.originel pour ne pas se « depayser ».
      Tanmirt

  5. heureusement que le ridicule ne tue pas!autrement,beaucoups de ceux qui se croient etre l’élite representative du peuple kabyle aurait trépassée dans leurs contradictions et paradoxes!si non,comment expliquer leurs soutiens a l’indépendance de l’azawad d’un coté,et de l’autre;au lieu de soutenir la méme chose pour la kabylie, soutiennent l’officialisation de tamazight en algerie si ce n’est pour ne pas assumer cette lourde responsabilité qui risquerait de leurs couter la disgrace du pouvoir!

    • Il faut positiver monsieur, tout ce qui va dans le bon sens est bien.
      Tamazight officielle faciltera la tâche à la Kabylie pour aller vers l’autonomie ou l’indépendance.

      • pour faire court,le danger viendra justement de son officialisation comme 2eme langue d’un méme etat.cet etat qui se definit comme arabomusulman doté d’une constitution qui nous envieraient les talibans memes!

  6. Enfin, le MAK a passé un NOUVEAU cap! Ce mouvement porte enfin aujourd’hui haut et fort la voix du GPK via l’infatigable Mass Fehrat Mehenni et ose clamer la revendication:d’ un Etat Kabyle INDEPENDANT,

    On avance et on fera face tous ensemble pr l’avènement d’un Etat Kabyle qui sera sûrement plus stable que tous les autres Etats sur la scène internationale.

    • Il faut un million d’autres Ferhat ! Ila une resistance surnaturelle certes, mais ce n’est qu’un etre Humain, qui vieillit trop vite a mon sens, a cause de tout ce qu’il a subit et continue de subir des pittballs d’alger et tous leurs allie’s et clients. Sa tete a completementchange’ de couleur en 3 ans.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here