Droit de préemption de l’Etat sur Michelin : Antikabylisme et faux-fuyants

9
175
Bouteflika
Bouteflika

ALGÉRIE (Tamurt) – Plusieurs mois après le rachat par le groupe Cevital de l’unité Michelin Algérie, qui, depuis plus de trois ans, fonctionne sur « les gentes », le pouvoir algérien exerce le droit de préemption et décide de reprendre l’activité contre tout bon sens. Même si sur le plan économique, l’unité Michelin est déficitaire depuis des années, il n’en demeure pas moins que les arguments avancés ne tiennent plus la route, mais répondent à cet antikabylisme dont Bouteflika en a fait la référence de son règne depuis 15 ans.

Plusieurs questions se posent à ce propos. Pourquoi le pouvoir a attendu l’arrivée d’un ministre kabyle pour appliquer ce droit ? Pourquoi le pouvoir ne l’a fait à l’époque de Cherif Rahmani ? Depuis quand le pouvoir algérien accède favorablement à des demandes de députés ? Ce sont les députés du Parti des travailleurs de Louiza Hanoune, une supplétive raciste de Bouteflika qui ont formulé la demande de préemption sur Michelin.

Si Bouteflika avait, par le passé, désigné Isaad Rebrab comme un ennemi à abattre, ce dernier s’est fourvoyé dans un jeu d’équilibre qui ne l’a pas soustrait aux tenailles de Bouteflika. Le soutien de Rebrab, industriel kabyle, à Ali Benflis en 2004, et sa démission du Forum des chefs d’entreprises qui ont soutenu Bouteflika, lui a valu ces démêlés, même si, depuis Rebrab pensait que le DRS allait lui épargné les folles humeurs d’un Bouteflika obnubilé par la destruction de l’économie algérienne au profit des soutiens étrangers.

Dès lors, Rebrab s’est tourné vers les services secrets. Il a mis un certain Hadj Zoubir, un ancien du DRS à Cevital, et même un agent des services comme responsable de son journal Liberté. Ali Aoun, piètre gestionnaire qui a mis à sac Saïdal a été aussi recruté dans le cadre de sa politique d’équilibre entre Bouteflika et le DRS.

Depuis, aucun projet n’a été entamé, d’autres ont été cédés à des Qataris et autres amis des monarchies d’Arabie de Bouteflika, et Rebrab s’est lancé dans une vaine aventure d’appuis en haut lieu. « Je suis un commis de l’Etat et je suis là pour défendre le pays », a indiqué Amara Benyounès, ministre de l’Industrie, dont le département est le seul habilité à exercer le droit de préemption sur Michelin.

Sa réponse aux députés du PT qui l’ont interpellé renseigne sur la difficulté devant laquelle il a été mis par le pouvoir qu’il sert avec zèle. Il sait, mieux que quiconque, que Bouteflika voulait justement opposer un kabyle à un autre, d’où le choix de faire monter Benyounès contre Rebrab. Une politique vielle comme l’est l’Algérie du pouvoir. Cette affaire dont les arguments avancés par le pouvoir, prix du foncier, ne tiennent plus la route, mais renseignent sur l’antikabylisme du pouvoir et le rôle réservé à ses ouilles recrutées parmi les KDS.

D. M

9 COMMENTS

  1. Rebrab est tellement éveillé en affaires qu’il oublie de se reveiller pour ses semblables qui se battent quotidiennement pour affranchir la Kabylie du joug néo colonial…Il est temps Mr le PDG de lorgner du côté de vos concitoyens, je parle des vrais pour avoir une vision a long terme et surtout a rentrer dans l’histoire de demain…Sauf si Issad n’est pas totalement libre et propriétaire a part entiere de Cévital…Qui sait?

    • Mr Issad REBRAB a commencé petit, il voit grand et il va vite. un grand partenaire économique.
      il est temps de laisser les compétences algériennes travailler pour développer notre économie.

      • A vrai dire, Rebrab était petit lorsqu’il était un simple comptable des trois généraux qui importaient exclusivement du sucre/Café, chocolat/Bananes et semoule….Ensuite, il a commençé a s’affranchir en important du fer rond irradié de l’Ukraine par sa soçiété Profilor où il paraîtrait, ce fer a été utilisé pour bâtir des appartements a Annaba….Son envol, l’a pris en s’engageant avec les coréens et surtout en ayant l’éxclusivité du marché de voiture de la marque Hunday….Pour le reste, la banque ne peut que prêter au riches.
        Ma yevgha lewqam, adh izwir segg dha twekham!!!

        • @snatus.
          Suis désolé,le peu que je sais je dois le dire. A l’époque lorsque Rebrab fut accusé de l’importation du fer irradié, il a tout de suite réagit et fait démentir l’information en soulignant que le rond à béton qu’il importait a toujours été contrôlé par les labos de l’ENACT(organisme d’état de contrôle des métaux).
          Mais en revanche qui a été accusé de l’importation fer rond irradié de l’Ukraine c’était ni plus ni moins le général Betchine. Affaire qui qui été révélé au procès de l’affaire SIDER au tribunal d’ANNABA(97-98).
          Quant aux projets économiques CEVITAL déstinés à la kabylie,pour le motif de régionalisme d’état, sont tous bloqués au CNI(conseil national aux investissements),et le plus faramineux est celui de CAP JINET.
          On pourrait comprendre plus de choses sur le livre qui vient d’être publié par l’économiste TAYEB HAFSI concernant le parcours d’ISSAD REBRAB et de CEVITAL.

      • Message à Ma Mr REBRAB,
        je n’ai rien à vous apprendre sur l’anti Kabylisme du pouvoir arabe avec ses aliénés et relais..
        Vous le vivez pour bien le connaître mieux que moi.

        J’aimerais juste que vous portiez une nouvelle vision sur la Kabylie de demain et de vous inscrire maintenant avec les dignes fils de la Kabylie qui ne sauraient être que les indépendantistes.
        A vous de voir le meilleur moyen et le plus approprié pour vous inscrire dans cette démarche.
        Pensez kabyle en tant que la Kabylie à sa Kabylie libérée ,quoi de plus logique?

        Je vous déjà investir dans cette future Kabylie libre avec des universités modernes et compétentes vous fournir une intelligence pour accomplir votre stratégie de conquête et de développement mondial tout en faisant profiter votre peuple. c’est mon vœux..wissen yen was?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here