Pour célébrer le raccordement de la commune au gaz de ville : Tinebdar invite Oulahlou pour y animer un gala

9
134

BOUGIE (Tamurt) – Le maire rebelle de Tinebdar, qui ne cesse de s’opposer au wali de Bougie, vient de le titiller encore une fois. Pour lui rappeler que c’est grâce à la détermination citoyenne que sa commune a bénéficié du projet de raccordement au gaz de ville et non pas à la volonté des pouvoirs publics, il organise ce jeudi 9 octobre à partir de 20 heures un gala artistique animé par le chanteur engagé Oulahlou connu pour son tube « Pouvoir assassin » qui en dit long pour la circonstance.

Donc pour faciliter le démarrage des travaux de raccordement de plus de 2.000 foyers qu’englobe la commune, Braham Bennadji, président de l’APC, organise,le même jour à 18 heures, une réunion de travail entre les deux entreprises réalisatrices et les comités de village, dont la participation à la gestion de la collectivité se fait à travers le conseil consultatif.

Il est utile de rappeler que la commune de Tinebdar a été arbitrairement rejetée, une première fois, de la liste des communes concernées par le projet de 50.000 foyers à raccorder au gaz de ville dont le premier appel d’offres a été lancé au début de l’année en cours.
Infructueux, un autre appel d’offres a été lancé quelques mois plus tard avec l’intégration de la dite commune dans le projet.

Selon l’édile communal, c’est grâce au combat et à la détermination des citoyens, unis et solidaires autour du maire, que Tinebdar a été réintégrée.
Une autre bataille de gagnée par Bennadji devant Hamou Ahmed Touhami.

Amaynut

9 COMMENTS

  1. En effet c’est une grande victoire que d’avoir le gaz de ville….EN 2014!!!!!!!!! (IRONIQUE)
    Alors que l’ane-gerie exploite le sous sol et pompe le gaz depuis 62…cherchez l’erreur.
    A l’heure où les Kurdes d’Irak ce battent et obtiennent leur indépendance sur le terrain, les Kabyles eux ce trompent de combat, mettent la charrue avant les bœufs et pleurnichent pour avoir de l’eau, de l’électricité, du gaz, l’ansej, des logements….ce qui permet au pouvoir raciste de garder les citoyens sous sa coupe et de propager son idéologies mortifère qu’est l’arabo-islamisme.
    KABYLES REVEILLEZ VOUS!!!!! Ce n’est qu’en prenant notre destin en main et notre indépendance que nous auront un état digne de ce nom , qui investira dans les infrastructure de base, les transports, les école débarrasser de l’islamisme, des emplois…mais surtout arrêter de pleurnicher auprès du pouvoir où de ses sbires comme les maires, les walis…si vous voulez quelques choses battez vous pour l’obtenir en aidant à la mise en place d’un état KABYLE!

  2. Un exemple pour les kds..C’est le minimum que de défendre sa commune.
    voilà le genre de responsable qu’il faut saluer .
    Il ne lui reste qu’à soutenir l’autodétermination de la Kabylie.

  3. L´etat algerien afalaniste si ce n´est pas par son occupation militaire et sa terreur islamiste, ils assaient d´endormire les gens par des histoires du gaz du ville et des logements , alors que ils sont incapable dégagé correctement une piste néigé en saison hivernal, sans parlé des infrastructures à l,´abondant et les problèmes lié à environnement complètement dágardé ces dernieres années, un grand défit le quel le MAK doit soulevé pour redonné à la kabylie son visage naturel .

    Le paradoxe c´est que les gens en kabylie préféres parexemple possédé un portable chic que d´y avoir chez eux l´eaux dans les robinets disponible 24h/24, donc Ulahlu est invité à animé un carnval(zarda) aux profit du fln ou du rnd, ou d´autre structure du régime corrompu qui sont en place en kabylie!

  4. La naissance d’une nationalité, cause de tensions arabo-chrétiennes

    La reconnaissance de la nationalité araméenne par Israël susceptible d’exacerber les tensions communautaires

    Le 16 septembre 2014 fut un grand jour pour la communauté chrétienne en Israël: le ministère de l’Intérieur a reconnu «la nationalité araméenne». Dès lors, ce sont près de 20.000 Chrétiens d’ascendance araméenne, une origine et une langue anciennes qui remontent à l’époque de la Bible et du christianisme primitif en terre d’Israël, qui auront le droit de s’enregistrer comme étant «araméens», plutôt qu’«arabes». Une nouvelle nation est née, ou plutôt ressuscitée.

    La décision, qui a des implications politiques évidentes, a déclenché des réactions en chaîne: l’ancien ministre de l’Intérieur, Gideon Saar, a été couronné «père de la nation araméenne», une sorte de «Herzl d’Aram». Enfin, presque. Sa gloire se répand maintenant au-delà des frontières d’Israël dans toutes les communautés maronites et araméennes orthodoxes à travers le monde pour la décision historique qu’il a prise juste avant de se retirer de la vie politique. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou s’est également vu attribuer un certain crédit. Lors d’une réunion avec les Chrétiens en février pour promouvoir des mesures destinées à les dissocier de la société arabo-musulmane, il leur a montré une photo sur le mur de son bureau où l’on peut voir une ancienne inscription sur une pierre retrouvée lors de fouilles archéologiques. L’inscription indiquait, en araméen, «Netanyahou». «Vous n’avez pas à me dire qui vous êtes et d’où vous venez», a souligné Netanyahou. La petite délégation a trouvé un sens profond à cette remarque.

    Pourtant, le Premier ministre Netanyahou sait aussi que la reconnaissance même de cette nouvelle nationalité par l’Etat d’Israël ainsi que les autres mesures destinées aux Chrétiens encouragent la scission au sein de la société arabe et qu’elles sont potentiellement risquées. La communauté arabe d’Israël, dont les Chrétiens représentent maintenant seulement 9%, est furieuse. Non seulement envers les Chrétiens directement impliqués dans la décision audacieuse, mais aussi et encore davantage envers les autorités israéliennes. Les responsables arabes et les militants de la société civile voient en cette reconnaissance une nouvelle tentative brutale visant à «diviser pour régner». Faire front uni contre l’establishment juif israélien en camouflant les tensions entre Musulmans et Chrétiens a toujours fait partie de la stratégie prudente des communautés arabes en Israël et dans l’Autorité palestinienne. Récemment, les tentatives cherchant à affirmer cette unité sont devenues de plus en plus en plus difficiles.

    La situation terrifiante des Chrétiens au Moyen-Orient face au fanatisme islamique grandissant – des églises brûlées aux meurtres de masse – a de profondes répercussions sur le tissu fragile des relations entre les communautés arabes en Israël. «L’émergence de l’Etat islamique (EI) a beaucoup aidé les Chrétiens ici», juge un militant musulman israélien. «Les Chrétiens autour de moi me demandent ce qui leur arrivera si I’EI atteignait Israël. Ils oublient que nous, les Musulmans, sommes aussi contre l’EI. Mais le tournant le plus significatif a été le massacre des Chrétiens de Mossoul en Irak. À ce moment-là, les Chrétiens ici sont descendus dans la rue».

    En fait, pas seulement dans la rue. Le relativement jeune «Forum israélien de recrutement», promeut activement le service militaire au sein de la communauté chrétienne d’Israël. Le service militaire en Israël ne signifie pas seulement l’identification à l’Etat juif, mais s’accompagne de toute une série d’avantages accordés aux anciens combattants de l’armée. Dans l’ensemble, les Arabes sont exemptés du service et privés de ces avantages. La campagne pour encourager activement les Chrétiens à servir dans l’armée et la réponse enthousiaste ouvertement affichée par les autorités israéliennes et certains segments de la société juive israélienne, irritent la communauté arabe israélienne.

    Même sans cette division, la plupart des Israéliens différencient les Arabes chrétiens des Arabes musulmans, favorisant clairement les Chrétiens. La dernière définition pour différencier les deux communautés arabes que j’ai entendu désignait les Chrétiens comme des «Arabes light». C’est censé être un compliment. Tous les Musulmans et de nombreux Chrétiens détestent ces distinctions.
    Aram Khalloul Risha »Aram Khalloul Risha/Www.aramaic-center.com »Aram Khalloul Risha

    Dans l’atmosphère inflammatoire et de tensions inter-religieuses, appliquer le Paradoxe d’Abilene peut s’avérer fatal pour toutes les parties concernées. Accorder un statut spécial à la langue araméenne exactement au moment où un nouveau projet de loi propose de révoquer le statut de la langue arabe comme deuxième langue officielle du pays est certainement la recette parfaite pour créer encore davantage de problèmes dans l’avenir.

    «Il n’y a rien de nouveau là-dedans», explique Shadi Khaloul de Goush Halav, une région dans le nord d’Israël. Khaloul, 38 ans, est une force motrice derrière les efforts de recrutement et le projet de nationalité araméenne. «La lutte pour la reconnaissance de notre nationalité et de notre langue uniques a duré six ans. Les circonstances actuelles ont braqué les projecteurs sur elle». Chrétien maronite d’origine, il demande à être présenté dans cet article comme le «Capitaine (res) Aram Shadi Khaloul, chef de l’Association chrétienne araméenne d’Israël».

    Cela saisit l’essence de son identité, qui inclut fièrement son service militaire de parachutiste. Depuis qu’il est devenu le nom et le visage des projets de recrutement militaire et de nationalité araméenne, une récompense a été promise sur internet pour qui l’assassinerait. «Vous voyez ce que les Arabes épris de démocratie «publient», s’exclame-t-il à i24News. «Les Arabes forment une nation raciste. Les Chrétiens vivent depuis des années dans la peur des Arabes dans cette région. Leur silence est la taxe de «protection» payée à l’Islam. Nous, la société chrétienne, ne sommes pas des «traîtres»; les vrais traîtres sont les Chrétiens qui coopèrent avec des gens comme Assad et encore avec l’Autorité palestinienne. Ils collaborent avec ceux qui sont là pour les tuer plutôt que de coopérer avec Israël». En attendant, Khaloul a une liste de 250 familles qui demandent à changer leur nationalité. Il est convaincu que des milliers suivront. Il entend en faire son affaire: le prochain point à son ordre du jour est de s’assurer que la communauté araméenne soit représentée politiquement au Parlement israélien. On peut présumer que Khaloul se voit sûrement comme ce représentant.

    Dans son petit bureau situé dans un quartier pittoresque de Nazareth, non loin du puits où, selon la tradition, Marie, Mère de Jésus, a annoncé la naissance à venir de son fils, Ali Salam, le maire de la ville musulmane, semble indifférent. L’histoire de Nazareth est celle des Chrétiens en Terre Sainte encapsulée: autrefois le berceau du christianisme et ville chrétienne, Nazareth est aujourd’hui majoritairement musulmane (à 70%). Salam lui-même est entré dans l’histoire lorsqu’il a remplacé le maire chrétien resté au pouvoir pendant 19 ans.

    Être maire de Nazareth est une tâche difficile. Cela exige d’être en mesure de savoir manœuvrer avec d’une part, l’établissement juif et sa crainte de l’expansion arabe, et d’autre part avec les tensions entre Musulmans et Chrétiens. La tactique de Salam est de réduire l’ampleur des tensions, au moins en paroles.

    « Ok. Il y a un mouvement pour le recrutement des jeunes Chrétiens. Et alors? Les Musulmans ont été les premiers à se joindre à l’armée israélienne. Les Druzes, les Bédouins. Il y a des choses qui rendent fous les médias. Récemment, c’était de dire que l’EI était aux portes de Nazareth… Vraiment? Il n’en est rien. C’est la même chose avec la nationalité araméenne. Croyez-moi, il n’y aura pas d’école araméenne, ni même des citoyens détenant la nationalité araméenne. Le ministère de l’Intérieur peut bien donner sa bénédiction, cela ne se produira pas. Pendant plus de 65 ans les Chrétiens étaient des Arabes ici, et soudain, ils ne le seraient plus? C’e n’est qu’un jeu politique futile».

    Salam demande à Netanyahou de jouer franc jeu: «Il devrait se soucier de tous ses citoyens et travailler pour notre bien collectif. Pourquoi est-il venu s’immiscer dans les affaires des Chrétiens? Lorsque le Premier ministre rencontre les représentants de la communauté chrétienne qui ne représentent essentiellement qu’eux-mêmes, il provoque de réels dommages. Ce “diviser pour mieux régner” ne fonctionnera pas. Nous, les Arabes musulmans et chrétiens, partageons une histoire commune, des traditions communes».

    Une seule fois tout au long de notre longue conversation, il s’est permis de laisser la colère faire surface. «Honte à ce gouvernement», s’est-il enflammé. «lls n’arrivent toujours pas à s’entendre sur “qui est Juif”, mais font semblant de savoir qui est Araméen. C’est ridicule».

    Ridicules ou non, ces questions sensibles doivent être manipulées avec le plus grand soin.

  5. Médecine: découverte d’un traitement pour le diabète de type 1

    Cette découverte serait aussi importante que celle des antibiotiques pour les infections bactériennes

    Un remède au diabète de type 1 va bientôt être mis au point : les scientifiques de l’université d’Harvard ont découvert le moyen de faire d’énormes quantités de cellules productrices d’insuline, selon Harvard Gazette.

    Une équipe de chercheurs de l’Université de Harvard dirigée par Doug Melton a, pour la première fois, réussi à fabriquer des millions de cellules bêta nécessaires à la transplantation.

    Cela pourrait signifier la fin des injections quotidiennes d’insuline pour les 400.000 personnes en Grande-Bretagne et 3 millions de personnes aux Etats-Unis.

    Cette découverte marque l’aboutissement de 23 ans de recherche pour le professeur de Harvard Doug Melton qui a essayé de trouver un remède à la maladie lorsqu’on a diagnostiqué le diabète de type 1 à son fils Sam.

    «Nous sommes maintenant seulement à une étape pré-clinique de la ligne d’arrivée», a déclaré le professeur Melton au Telegraph.

    Interrogé sur la réaction de ses enfants à cette annonce, il a répondu : « Je pense que comme tous les enfants, ils ont toujours supposé que je ferai ce que j’ai dit. Il est réconfortant de savoir que nous pouvons faire quelque chose dont nous avons toujours pensé que c’était possible. »

    Les cellules bêta dérivées des cellules souches sont actuellement l’objet d’essais sur des modèles animaux, y compris les primates non humains, où elles continuent de produire de l’insuline après plusieurs mois, a déclaré le professeur Melton.

    Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui empêche le pancréas de créer de l’insuline, l’hormone qui régule le taux de glucose dans le sang.

    Si la quantité de glucose dans le sang est trop élevé, il peut sérieusement endommager les organes du corps au fil du temps.

    Bien que les diabétiques puissent maintenir leur niveau de glucose par l’injection d’insuline, il n’est pas toujours facile de contrôler la quantité nécessaire au métabolisme, ce qui peut entraîner des complications dévastatrices comme la cécité ou la perte de membres.

    Environ 10 % de tous les diabètes sont de type 1, mais il est le type le plus commun chez les enfants. En effet, 29.000 jeunes souffraient de cette maladie en Grande-Bretagne.

    L’équipe de Harvard a utilisé des cellules souches embryonnaires pour produire des cellules productrices d’insuline humaines.

    « S’il s’avère que cette technologie évolutive est adaptée à la fois en environnement clinique et à l’usine de fabrication, son impact sur ​​le traitement du diabète sera aussi important que celui des antibiotiques sur les infections bactériennes, » at-il déclaré.

    Cette découverte est saluée par la communauté scientifique internationale.

  6. ALGIERS, Algeria – Algeria’s ailing president has made a brief appearance on television amid growing concerns over his absence from public life.

    Abdelaziz Bouteflika, 77, was shown on the evening news Wednesday for about 15 seconds greeting veteran U.N. diplomat Lakhdar Brahimi. The leader appeared tired and his voice was barely audible.

    Despite being elected for a fourth term in April, Bouteflika has been largely absent from public life since suffering a stroke in 2013.

    He has made only brief television appearances in the past months and was absent when a French tourist was kidnapped and beheaded by extremists in September and when a plane crashed over the summer.

    The president’s weakened appearance has spawned rumors over whether he is still fit to govern this oil-rich U.S. ally in the war on terror

  7. Algiers: Four gunmen were killed after the Algerian army raided the suspected hideout of the kidnappers of Herve Gourdel, the French tourist beheaded by jihadists last month, the defence ministry said on Friday.

    The army killed three suspected terrorists in an operation at 0600 local time (0500 GMT) in the area of Bouria, 120 kilometres (75 miles) east of Algiers, it said in a statement.

    The « ongoing » operation had retrieved two Kalashnikovs and a semi-automatic rifle, the defence ministry added.

    In a separate raid in the Tiaret region, 340 kilometres southwest of Algiers, on Thursday « an army detachment killed… one terrorist and arrested another ».

    The ministry said two Kalashnikovs were seized, as well as ammunition and mobile phones.

    The army announced on Thursday that « the camp that served as the hideout for the terrorist group that carried out the execution (of Gourdel) was destroyed » in a « large operation » in the Djurdjura mountains, 150 kilometres southeast of Algiers.

    Gourdel was kidnapped on September 21 by Jund al-Khilifa, or « Soldiers of the Caliphate, » an outfit which has pledged allegiance to the Islamic State group in Iraq and Syria.

    The 55-year-old mountain guide was later beheaded.

    Close to 80 Islamist militants have been killed since the start of 2014 in Algeria, according to the army.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here