Le ministre menace les étudiants de Tizi-Wezzu: « Ne faites pas de politique ! »

1
213
Le ministre menace les étudiants de Tizi-Wezzu: « Ne faites pas de politique ! »
Le ministre menace les étudiants de Tizi-Wezzu: « Ne faites pas de politique ! »

TIZI-OUZOU (Tamurt) – C’est une sortie absurde que vient de faire le ministre algérien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar. En effet, le ministre en question, frère d’un ancien député du FLN, qui s’élevait énergiquement à l’APN quand des députés kabyles s’exprimait en tamazight (personne n’est près de l’oublier), a osé ordonner aux étudiants kabyles de l’université « Mouloud Mammeri » de ne plus faire de politique. Tahar Hadjar a même usé d’un ton menaçant à l’endroit des étudiants récalcitrants.

Le ministre en question a ainsi voulu transmettre aux étudiants de Tizi-Wezzu un message qui voudrait dire que ces derniers devraient plutôt être et rester des universitaires dociles dépourvus de toute conscience politique, comme l’aspire tout régime dictatorial. Tahar Hadjar a même poussé le bouchon plus loin en disant, lors d’un point de presse animé à Tizi-Wezzu: « Nous avons les moyens d’agir quand les étudiants font des grèves et ferment l’université ». C’est ainsi qu’a réagi le ministre de l’enseignement supérieur à la vague de contestation qui secoue l’université de Tizi-Wezzu depuis plusieurs semaines.

Ce responsable algérien a, comme on peut aisément le constater, agi de manière à considérer les étudiants comme des mineurs et non pas comme des futurs diplômés de l’enseignement supérieur et des futurs cadres de la Nation. Le ministre en question semble faire mine d’oublier que l’université a toujours été le berceau non seulement du savoir mais aussi de la prise de conscience politique. Il a aussi oublié, ou fait semblant de l’oublier, que ce sont les étudiants de cette même université de Tizi-Wezzu qui ont été à l’origine du premier soulèvement populaire contre la dictature du parti unique en 1980 qui ont fait trembler pour la première fois le pouvoir.

Mais ce ministre n’aurait pas pu agir ainsi à Tizi-Wezzu sans la complicité d’un couple d’universitaires ayant eu droit à de  hautes et surprenantes nominations au sein de cette même université après avoir accepté de remettre « un doctorat honoris causa » au sinistre Ben Bella.

Lyès Medrati

1 COMMENT

  1. La censure de l’aube aux jeunes Kabyles , un troc entre la censure et le reve d’un future !
    Nous les kabyles ! On ne préservent pas nos confidentialités auprés les loups de la censure !
    On réagit comme des reveurs assoifés d une libérté mais malheureusement que nous somme
    entre les vautours et les escros de tout détournement idéologique .

    Un point du congrés basé cet Article donc ils savent bien comme un parcours trés long et
    un future idéologie joue sur leur faveur et arabiser nos jeunes kabyles en forcing .

    8 – Structuration de la jeunesse estudiantine kabyle par l’organisation du 1er Congrès des étudiants kabyles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here