Nuire à l'islam et la politique de deux poids deux mesures

14
210
Tribunal

COMMUNIQUE (Tamurt) – La contrainte en vertu ne donne pas de vertueux et la contrainte en croyance ne donne pas de croyants. Seule la liberté est la base de la décision.  »Nulle contrainte en religion ». Le procès de Rachid Fodil et de Hicham Daif le 31/01/17 commence à 11h15 et finit à 12h30. Les prévenus sont appelés par le juge qui a lu les chefs d’accusation d’atteinte à l’islam et à son prophète (qsssl), en vertu de la loi 144 bis de 2006.

Le juge commence par demander à Rachid Fodil s’il fait la prière. Ce dernier répond par oui ajoutant qu’il lit aussi le coran. Le juge: en tout cas il nous importe peu si tu fais ou non la prière et personne n’est infaillible. Puis récita un verset du livre. Alors il demande au prévenu son niveau scolaire. Il répond ‘terminal’ puis le juge lui demande d’expliquer l’accusation dont il fait l’objet. L’accusé répond: j’ai été traumatisé par l’éducation trop sévère de mon père pendant mon enfance et mon aversion pour lui est exacerbée depuis qu’il a pris une seconde épouse malgré ma mère. Ma curiosité m’a poussé à étudier des pages sur l’athéisme et je me suis retrouvé sans me rendre compte à ouvrir une page sur facebook  »Le Coran en dialecte algérien ». Le juge donne la parole au procureur adjoint qui intervient en disant que le parquet plaide au nom du peuple algérien, que la société algérienne est musulmane par la force de la constitution. Il admet la liberté de conscience avec cependant des lignes rouges, et tout ce qui touche au Coran et la Sunna, même venant d’un pays étranger, est inacceptable, argumentant avec un verset coranique qui énonce que chacun est libre de croire ou de non croire, mais requiert une punition sévère pour les deux accusés.

La défense de Rachid Fodil est assurée par deux avocats: maitre Seif el islam Cherbal (de Sétif) et maitre Amirouche Bakouri (de Bejaia) se scinde en deux parties.

La première concerne le volet juridique : 1- la défense plaide que l’article 144 bis de 2006 parle de nuire à l’islam mais sans textes juridiques précisant cette accusation de nuire à l’islam. Il était plus judicieux de demander l’avis (fatwa) du ministère des affaires religieuses si ce qu’à dit ou écrit Rachid Fodil est considéré comme moquerie ou insulte à l’islam ou non. Il donne l’exemple de ce qu’avait dit Abdelmadjid Sidi Saïd comme insulte à l’islam ? 2- la défense s’est aussi appuyée sur le rapport du juge d’instruction qui comprend une phrase qui résume toute l’affaire:  » l’accusé est affecté par les analyses des incroyants en particulier les étrangers de confession juive qui nuisent à l’islam et ce avec des preuves qu’ils apportent dans leurs analyses. » 3- la défense soutient aussi dans son plaidoyer que cette affaire n’est pas pour la liberté d’expression mais pour l’athéisme. Et la loi algérienne ne punit pas pour l’athéisme. 4- pour ce qui est de l’expertise du psychologue, elle conclut que le cas de Rachid Fodil requiert un suivi psychologique.

Deuxièmement, du point de vue idéologique et religieux :1- la défense a relevé l’État actuel des fatwas religieuses, et tout ce qui s’est passé durant la décennie noire au nom de l’islam, de tuerie et de terreur contre des innocents, surtout que son père a fait deux fois la prison pour son implication dans le parti dissous, et tout cela a influé sur le raisonnement de Fodil. 2- la défense s’est interrogée si le vin est haram alors qu’il se vend avec l’autorisation de l’État, si les intérêts bancaires est haram alors les banques le pratiquent légalement. Les écoles de musique sont ouvertes, les milliards sont dépensés chaque année pour des fêtes de chants alors que des ‘fatwas’ déclarent cela haram. Est ce cela aussi est contre l’islam ?

Et enfin la défense a demandé que le verdict soit plus équitable et qu’il penche plutôt vers l’usage plus que vers la loi qui peut être injuste ou même inerte parfois. Puis le juge passe à l’accusé Daif Hicham auquel il demande son niveau :  »Troisième année moyenne ». Quant à l’accusation, il répond qu’il est allé au magasin de Fodil  Rachid, qu’il a consommé du vin avec lui pour sa première fois d’ailleurs. Et lorsque Fodil  a commencé à réciter la sourate ‘la Fatiha’, moi je répétais l’expression  »Dieu pardonnez moi » et cette vidéo prise avec le téléphone. L’avocat de Daif  Hicham est maitre Abdelghani Othmania. Il soutient que son client était sous l’emprise de l’alcool et n’avait nullement l’intention de nuire à l’islam. Pour cela il demande l’acquittement pour son client. Le juge prononce le report du verdict jusqu’au 07 février 2017.

Pour cela, la LADDH bureau de Msila (aile  Noueddine Benissad).

1- dénonce la politique deux poids deux mesures puisque beaucoup ont porté préjudice à l’islam, parmi lesquels de hauts dirigeants de l’État, sans qu’ils soient inquiétés outre mesure.

2- demande au ministre de la justice, garde des seaux de revoir l’article 144 bis de 2006.

3- relaxer les prévenus.

Pour la LADDH, bureau de Msila.
Amroune  Layachi.

14 COMMENTS

  1. c’est l’âge médiévale dans le pays. c’est á peu prét la même époque que l’europe a vécu avant la renaissance. au lieu de sortir de la lois religieuse et la mettre de côté, ils enfonse un pied dedon et un autre pied dans la lois moderne …. pays comique , hypocrites, je peu mettre ma main dans le feu que ce juge lui meme prend de la biere apres une journee stressante

  2. Incroyable!!! J’ai cru lire un jugement qui s’est déroulé au moyen-âge. Une société malade sous une autorité aliénée qui joue au policier de dieu sur terre!!! Sans plus de commentaires.

  3. Pourquoi en ALGERIE il n y a pas une loi qui interdit aux musulmans de porter atteinte à la sainte BIBLE pourtant le CORAN n a pas dit que la bible est falsifiée : s’il y a un texte donner moi la référence du verset ; merci .

  4. Que l’on soit athée, de confession chrétienne ou juive, boudhiste, agnostique. ….par la force de la constitution tous les algeriens sont musulmans.
    Donc on est musulmans de force. Wahoo!!!! il parait même que la foi musulmane est heriditaire, il faudra discerner le prix Nobel de médecine à ce chercheur qui pourra mettre un jour en évidence le gène de la musulmanie si je puis dire.
    En réalité rien n’a changé depuis l’avènement de l’islam, un pouvoir absolu ( politique, militaire et religieux ) ou les dirigeants sont à l’abri de toutes les contraintes religieuses bedouines (pillage, femmes, alcool, corruption. …) à l »image du pouvoir des califats qui sont d’une, au dessus des lois soi-disant divines et qui usent des lois religieuses pour juger le petit peuple.
    Une hypocrisie de 1ier degré.

  5. Comment des hommes, qui chient, qui pètent, qui mentent tous les jours au quotidien, qui manipulent, qui ne pensent qu’a leurs intérêts personnels, qui commettent les pires des péchés, peuvent-ils juger de la croyance ou non d’autres hommes.
    Sont-ils envoyés par Dieu à cet effet?
    Négocient-ils avec Dieu les sentences adéquates, conformes à son esprit, à ses messages?

    Et il y’a des avocats, des « intellectuels » et des membres du gouvernement qui rentrent dans le jeu.

    Les Arabes, Malhonnêtes depuis toujours, démentent même Allah, suppriment le « Lakoum dinoukoum wa liya dini », inventent de nouveaux textes, changent le sens du Coran et, se permettent de juger à la place d’Allah.

    Que Dieu nous préserve de ces Kouffar.

    Quel regrettable cinéma.

  6. Azul,

    Eh oui après mhenna le porc ose parler de secte de paix et d’amour.
    Tous les pays musulment ou l’islam règne, à ces cotés il y a l’Armée, la Corruption, la Dictature, cette association met à genoux les peuples et les prive de liberté de vivre dignement.
    C’est pour cela que les propres musulment préfèrent quitter leurs pays et vivre dans les pays Chrétiens, va comprendre.
    Tadukli.

  7. Il ne reste qu’à foutre en l’air tout ce bordel. La coupe n’est pas pleine, elle déborde. Il faut vaincre ou mourir dignement.

  8. y a une chose qu on peux faire tout de suite avant l indépendance de la Kabylie.il faut qu on chassent les imams que le pouvoir a envoyé en Kabylie .pour les fidèles s ils veulent un imam ils n ont qu a choisir parmi eux un fils du pays que te le monde connaient .pas comme aujourd’hui tous les terroristes repentis sont envoyé en Kabylie .

  9. en algerie tu peux tuer, voler, réprimer, mentir, agresser rien ne te pénalise pour vu que ca soit au détriment du peuple mais si tu critique l état ou la religion tu es dans la merde

  10. L’algérie, pouvoir et peuple, rejette la laïcité. Elle l’a bannie de ses textes de loi, les algériens refusent rigoureusement que le terme de laïcité apparaisse explicitement dans la constitution algérienne. Les algériens,pas seulement le pouvoir, sont fiers et revendiquent haut et fort leur idéologie et culture millénaire arabo islamique, et j’ajouterai que c’est leur droit le plus absolu.

    À partir du moment où il est désormais clair que la loi s’inspire de la religion il devient naturel que les magistrats se réfèrent au livre saint pendant les séances du tribunal. On peut toujours constater que des pontes du pouvoir ou leurs proches ne soient pas soumis à ces mêmes lois islamiques, mais la question n’est pas la. La question ou le problème c’est que les Kabyles veulent être jugés devant un tribunal laïque. Si c’était le cas ces prévenus seront immédiatement relâchés car la liberté de conscience sur laquelle se base la laïcité ne reviendrait aucune accusation contre ces innocents. Voilà toute la contradiction !

    Les Kabyles n’ont pas le choix : soit ils se soumettent à la loi de la majorité algérienne et qu’ils vivent contre leurs aspirations, soit ils fondent leur État indépendant et ils auront le tribunal, la constitution et les lois de leur. Or, c’est seulement au prix de l’indépendance que l’on aura la laïcité gravée dans la loi. C’est seulement au prix de l’indépendance que les femmes et les fil!es de Kabylie pourront s’affranchir du code de la famille algérien qui aujourd’hui réduit à néant leurs droits. Sinon c’est la volonté de la majorité qui sera appliquée, et la majorité en Algérie elle est arabo islamique, les Kabyles sont minoritaires en effectif.

    • en algerie qui est le pouvoir? qui est le peuple?
      le pouvoir c´est le fln depuis 1962 ses réference sont les benbadis, les bachir elbrahi, amir abed alkader, messali elhadj etc, a partir de ce courant de la pensé arabo-islamique essentielement moyen orientalist que le fln tente depuis 1962 de construire une identité commune pour tout les algeriens, or que l´algerie est une mosaique des peuples, le président du GPK M.Ferhat Mehafni pour les gens qui s´intresse à la lecture a ecrit un bon livre sur ce sujet titré le siècle ientitaire.

  11. Azul,
    c’est le complexe et le déficit identitaire enfouis dans le subi-conscient de ce pouvoir,qui l’incitent à s’accrocher tant bien que mal à l’arabité (pour ne pas dire la summarité = mot.personnel) de l’islam.Lequel va précipiter à coup sur ,encore plus vite l’Algérie dans le sous développement sous la houlette de l’archaïsme religieux de l’état.Vivement l’indépendance de la Kabylie laïque,libre et souveraine.ar tufat

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here