Après trois ans d’absence : Yasmina Khadra revient à Tizi Ouzou

8
326
Yasmina Khadra

CULTURE (Tamurt) – Le célèbre écrivain Yasmina Khadra est de retour dans la ville de Tizi-Ouzou. Il y sera le 11 juillet prochain où il animera une conférence débat à l’hôtel Avzim, suivie d’une séance de vente-dédicace de ses romans et plus particulièrement de son tout nouveau livre « Dieu n’habite pas La Havane » (Co-édition Julliard-Casbah).

Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, faut-il le rappeler, est un ancien commandant de l’Armée algérienne. Du temps où il était toujours en activité, il publiait ses romans en les signant avec ses vrais nom et prénom. Curieusement, c’est une fois retraité, qu’il commence à ne plus apposer son vrai nom sur les couvertures de ses romans. Il a choisi un pseudonyme féminin, Yasmina Khadra. Ce dernier a été propulsé au devant de la scène médiatique simultanément avec la sortie de plusieurs livres signés par des déserteurs de l’armée algérienne comme Hichem Aboud, Habib Souaidia et tant d’autres. Ces derniers, dans leurs livres et interventions médiatiques, s’en prenaient à l’ANP au moment où, sur les plateaux de télévisions françaises, Yasmina Khadra n’a eu de cesse de défendre la même armée.

Par ailleurs, le talent d’écrivain de Yasmina Khadra ne fait pas l’unanimité. Certains critiques et écrivains voient en lui un « immense » romancier, d’autres ne le considèrent même pas comme écrivain. Ils le réduisent à un témoin de son époque dont le style est à peine égal à celui de journaliste. L’un des auteurs connus qui ne rate presqu’aucune occasion pour dire que Yasmina Khadra « n’est pas un écrivain », est le polémiste Rachid Boudjedra.

Sa venue à Tizi-Ouzou en ce 11 juillet suscite des interrogations. Yasmina Khadra se rendra à Tizi-Ouzou en pleine saison estivale et au moment où la vie culturelle est réduite à néant à cause notamment des grandes vacances mais aussi de la grande chaleur caniculaire qu’il fait en juillet-août. Il faut aussi rappeler que, depuis au moins son échec à réunir les signatures qui allait lui permettre d’être candidat aux présidentielles de 2014, Yasmina Khadra est devenu un écrivain indésirable en Algérie, contrairement au statut d’auteur très chouchouté qu’il avait auparavant. Les médias ne parlent de lui que de façon laconique. Ses interviews dans les journaux algériens sont devenues très rares.

Tahar Khellaf

8 COMMENTS

  1. Il vient vendre ses bouquins car faut savoir qu’il n y’a que les kabyles qui lisent encore. Sinon partout ailleurs c’est le vide sidéral dans les librairies devenues des débits de tabacs et des parfumeries. Quand aux bibliothèques, ce ne sont que des noms sur des enseignes ridicules aux frontons de minuscules bâtisses vides! Adyaxdem w-uccen taqeḍɛit!

  2. Plagiaire professionnel, il a pompé :
    – Les amants de Padovani de Youcef Dris dans son roman Ce que le jour doit à la nuit .
    – Des passages du livre “Al-Laz” de l’écrivain Tahar Ouettar dans son livre Le privilège du phénix. Il a été obligé de le retirer de la vente suite à dénonciations et plaintes.
    La khorotattitude ou le bicottage de Yasmina : il est est allé jusqu’ à exiger que les français lui décerne un prix pour son roman Ce que le jour doit à la nuit.

    .

  3. J’ai acheté deux de ses romans, impossibles de lire plus d’une cinquantaine de pages. Indigeste. Il est comme son frère rachid qui le déteste, toujours à la recherche de mots savants pour plaire. Style pompeux et grandiloquent.
    En tant que Directeur du centre culturel de l’ambassade d’Algérie en France, il a éliminé tous les artistes Kabyles, notamment l’artiste peintre amar nath Musa, de l’exposition qui devait se dérouler à Paris.

  4. Rien a foute de sa littérature avec respect, je préfère lire les anciens savants arabes tels que ibn sinna, hazem ibn haythem ce dernier a découvert il y a environ 11siècle « de quelle manière les composants du corps donne la lumière à l’oeil oui les kabyles c’est un bédouin…il y en encore baeuocup des savants comme ca, il a écrit environ 75 livres publier 56 le plus connu el Manadhar « les vues » bonne lecture..enfin voilà ce que les musulmn ont apportés a l’algérie et aux divers otochtonne a m’sila comme a tizi comme fkirna comme ytouggourt…

    • Aucun lien avec l’ article ci-dessus. Encore un autre qui veut nous vendre l’ apport de sa culture arabe. La culture arabe n’ a jamais existé. Les arabes n’ ont pas encore réussi à inventer un piège à rats. On parle ici de Perses, d’ Azerbaijis, de berberes, etc,… Ce que nous savons en tout cas, c’ est que tes Musulmans sont les auteurs du plus grand nombre d’ attentats et de tueries aveugles à travers la planète.
      Tes arabes et tes muslamans ont apporté la désolation dans mon pays, Tamazgha. Vivement la République Kabyle. Un dernier point: Demande à tes musulmans de maintenir les rues d’ Alger propres. C’ est un dépotoir à ciel ouvert.

    • Les arabes, les vrais, ce n »est pas ce que j’aime le plus (pour des raisons historiques) mais je les respecte. Quant aux mulâtres identitaires comme toi, vous resterez les sans patrie de la planète au sein même de la terre de vos ancêtres.
      Tu peut te masturber l’esprit avec l’idée d’appartenir à l’arabisme; les arabes savent qui vous êtes et ils ne se gènent pas de vous le rappeler en toutes occasions. Les « araboides » d’Afrique du nord vous n’êtes pour eux que de viles exécutants des tâches indignes. Là, ils ont raisons. On n’invite tout de même pas des larbins à sa table. Malgré tout ça, vous continuez à leur faire la lèche. Remarque, vous ne savez plus rien faire d’autre, déraciné que vous êtes sur vos propres terres, ils ne vous reste plus que la prostitution pour les arabes et leur religion.
      En tout cas, tu ne changera rien au fait que tes ancêtres sont des berbers ou barbares et des centaines de milliers de femmes tes aïeules grands mères ont été conduites à Damas comme esclaves sexuelles; ce qui est une certitude, ce n’est pas le cas des femmes kabyles ou les bédouins n’ont jamais mis les pieds
      Pour ce qui est de l’apport des vrais arabes à la civilisation, cites nous un seul savant, architecte, philosophe ou de quelque mérite qui serait nés en arabie et ayant excellé dans autre chose que dans la criminalité comme, bruler la bibliothèque d’Alexandrie, détruire les villes, les barrages et les fermes partout ils sont passés.
      Avicenne et les savants, a tneh, pour en faire, il faut construire, cultiver, innover et non pas voler, bruler et tuer le propriètaire pour s’approprier son bien. Avicenne et ceux qui ont enduré et supporté l’islam et que vous, toutous nord africains, cherchez à récupérer au profit de vos chwaker, sont issus des civilisations classiques par l’esprit mais aussi ethniquement : Inde, Perse, monde greco-latin incluant l’Afrique du Nord.
      Le kabyle et les amazighes, si tu l’ignore, sont les seuls parmi les peuple classiques à n’avoir pas connu le moyen âge, ses servitudes, le despotisme orientale et la dacadence de l’Occident auquel nous appartenons toujours, jusqu’au années 1870.

  5. M.Kadra est forcément agréable à écouter en matière de littérature, ce qui n’est pas rien. Il en demeure que, vis-avis de ce que nous sommes, des Kabyles, M. Kadra s’inscrit dans la un continuation de l’oeuvre coloniale du 19e au 21e siècles en Afrique du Nord,
    On ne peut donc considérer M. Kadra, tout comme les sécularistes algérianistes au même titre que les rebuts de l’histoire que sont les islamistes made in le pouvoir et les arabistes pareillement estampillés. Son départ de l’armée montre qu’il n’est pas de la même constellation que ceux qui ont installé le brouillage quotidien de nos identités et de nos repères pour profiter bien au delà de toutes limites des richesses du pays.
    Pour autant, ne ne devons en aucune façon oublier que l’écrivain talentueux M. Kadra est un jacobin indécrottable qui n’arrive pas à se débarrasser des oeillères institutionnelles installées dès l’époque coloniale et que prospèrent plus que jamais sous le néocolonialisme. L’univers de terreur violence n’a pourtant pas changé changé depuis 1962. Ses cibles restent les mêmes : la notion d’individu (livré au barbus), les identités collectives assassinés par le centralisme, les cultures, les religions, la multiplicité des références historiques. Le colonialisme Européen a tenté d’effacer tout cela pour imposer une entité française : l’Algérie unie sous la conduite des colons européens. Les luttes pour la liberté ont démontré l’échec de cette entreprise. Le régime néocolonial de 1962 a continué sur le même schéma et le même esprit, avec plus d’acharnement, utilisant les moyens de tout un pays. Cette entreprise qui était sous pavillon colonial français a été remplacée par le nihilisme arabe et musulman. La manipulation de l’histoire et de la religion, la perversion des institutions l’usage systématique la terreur sous toutes ses formes sont les outils de sape morale des peuple d’Algérie. L’idéal de liberté et de justice qui a motivé le combat de nos parents et grands parents a été remplacé, comme on le voit dans les manuels scolaires, le discours officiels et les institutions, par des motifs racistes religieux et ethniques.
    M. Kadra a grandi dans cet univers, il ne l’a pas créé. Ceci ne devrait pas pour autant entamer notre lucidité et nous faire oublier qu’il ne reconnait ni le peuple kabyle ni aucune autre réalité identitaire en dehors de celle imposée par l’Algérie française en son temps et poursuivie par son héritier, le fascisme arabe et musulman.

  6. Le regime compte aussi des auteurs des opposants des partisans: tout pour occuper artificiellement la place qui revient au naturel. Apres la « manifestation nationale » sonelgaz, le regime veut continuer dans sa volonté de « normalisation/arabisation de la kabylie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here