Cour d’Alger : Mandat de dépôt confirmé pour Muh-Said Belkacemi (URK) et trois autres militants kabyles

2
850
Tribunal de Ruisseau
Tribunal de Ruisseau

ALGERIE (TAMURT) – La chambre d’accusation près de la Cour d’Alger (Ruisseau) a confirmé, mercredi 29 décembre, l’ordonnance du juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed (Alger) datant du 16 décembre de placer sous mandat de dépôt le cadre de l’URK Muh-Said Belkacemi, ainsi que les militants kabyles Ahcène Graichi, Ahcene Cherifi et Hocine Moula.

Arrêtés début du mois en cours dans le département de Tizi Wezzu, en Kabylie, ces quatre militants ont été transférés à Alger après plusieurs jours de garde à vue. Ils ont été présentés pour la première fois devant le juge d’instruction du tribunal Sidi M’hamed, jeudi 16 décembre. Au terme de leur audition, le juge instructeur avait ordonné leur placement sous mandat de dépôt. Pour rappel, le domicile familial du militant indépendantiste Muh Said Belkacemi, cadre au sein de l’Union pour la République Kabyle (URK), a fait l’objet, le 09 décembre dernier, d’une perquisition de la part de la gendarmerie algérienne. Absent au moment de cette descente, il se présente lui-même, plus tard, au niveau de la bridage de gendarmerie de Bouhinoun suite à son énième convocation. Il a été immédiatement placé en garde à vue, avant son transfert à Alger.

Avant lui, l’ancien militant berbériste Ahcène Cherifi a été placé en garde à vue, le 04 décembre, à la bridage de gendarmerie des Ouadhias (Iwadhiyen). Agé de 70 ans et souffrant de maladies chroniques, l’ex camarade de lutte de Mohamed Ouharoun (Masin U Harun) et Smail Medjebeur, arrêtés dans les années 70 dans l’affaire des « poseurs de bombes » s’est présenté lui-même à la gendarmerie pour répondre à une convocation.

Concernant le militant Ahcene Graichi, enseignant de langue amazighe, il a été arrêté le 5 décembre, à 5h30 du matin, suite à une perquisition au domicile familial, sis à Ait Abdelmoumen. Plusieurs de ses objets personnels (documents et outil informatique) ont été saisis par les services de sécurité algériens. Le même jour, des gendarmes ont procédé à l’arrestation de Hocine Moula enseignant de tamazight à la retraite et ancien journaliste à la Dépêche de Kabylie, avec perquisition à son domicile familial sis à Tala Atmane. Son fils Nadir Moula et Amar Halalou, arrêtés et présentés également devant le juge d’instruction du tribunal Sidi M’hamed, ont été, quant à eux, placés sous contrôle judiciaire.

Ainsi, après la confirmation par la Cour d’Alger de l’ordonnance du 16 décembre dernier, Muh-Said Belkacemi, Ahcène Graichi, Ahcène Cherifi et Hocine Moula resteront en prison, en attendant leur jugement.

Arezki Massi

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here