Ferhat Mehenni à Montréal : « Je m’engage à proclamer la naissance de la République fédérale kabyle dès que possible »

7
1203
Ferhat Mehenni à Montreal
Ferhat Mehenni à Montreal

CANADA (TAMURT) – Tout en affirmant que la Kabylie est « à 90 % indépendantiste », le président du MAK-GPK, Ferhat Mehenni, s’est engagé, lors d’une conférence qu’il a animée, samedi 18 mai, à l’Université Québec à Montréal (UQAM), à « proclamer la naissance de la République fédérale kabyle dès que possible ».

En visite politique ces jours-ci au Canada, le président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, Ferhat Mehenni, a animé samedi dernier une conférence à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sur le thème : « La Kabylie en marche vers son indépendance. Ce qui reste à faire ». Le leader indépendantiste a rappelé lors de son intervention devant la communauté kabyle du Canada, des députés québécois et des amis de la Kabylie tout ce qui a été fait jusqu’à présent pour « la construction de l’Etat kabyle ». La première étape a consisté dans « la reconstruction de la conscience nationale kabyle ». Celle-ci a été abîmée, explique l’intervenant, « par le combat anti colonialiste contre la France d’abord » et, après, « par la volonté de démocratiser l’Algérie pendant plus de 40 ans ».

Abondant dans le même sens, le président du MAK estime que la conscience nationale kabyle a été longtemps remplacée par la dénomination « amazighe ». « Au lieu de dire kabyle, on se disait amazigh. Cela aussi a eu ses répercussions. Il y a eu des égarements. (…) Cette étape a été franchie à partir de 2001 jusqu’à 2010. C’est une étape complètement terminée. La Kabylie est kabyle », a-t-il tranché. Ainsi, après l’affirmation de la kabylité du peuple kabyle, la deuxième étape dans la construction de l’Etat kabyle était de se doter des attributs de souveraineté. « La plupart d’entre eux sont réalisés : les armoiries, un drapeau, un hymne national, un Gouvernement, les médias qui nous sont propres et des institutions », s’est félicité le président de l’Anavad.

A propos des institutions mises sur pied, il énumèrera particulièrement trois : « Le parlement kabyle, un conseil économique, social et environnemental de la Kabylie, et un haut conseil de la sécurité ». En outre, l’orateur a évoqué le projet de Constitution de la Kabylie. « Ce sera une étape monumentale que nous allons franchir avec la Constitution. (…) J’en rêvais depuis longtemps personnellement comme tant d’autres militants indépendantistes kabyles », a-t-il souligné. Il avouera à ce sujet que dès 2006 des kabyles de Vgayet, qu’il a rencontré à l’époque, s’attelaient déjà à préparer une Constitution pour la Kabylie. Toutefois, il a fallu attendre pour la concrétisation de ce projet la mise sur pied d’un gouvernement provisoire kabyle et d’un parlement, lequel a été chargé d’élaborer une mouture de Constitution pour la Kabylie. Celle-ci a été présentée au public pour un débat général le 19 mai dernier. Une commission parlementaire a été chargée de recueillir et de faire une synthèse de « l’ensemble des amendements, des propositions, des enrichissements, voire de correctifs » qui seront présentés par les kabyles.

A partir de Yennayer prochain (12 janvier 2023), une mouture définitive sera proposée pour adoption par voie d’internet faute de pouvoir organiser pour le moment un referendum libre en terre kabyle. « Nous recourrons aux technologies et aux multimédias pour dépasser la répression qui s’abat sur notre peuple », a déclaré Ferhat Mehenni. Une éventuelle proclamation de la première Constitution kabyle est prévue pour le 20 avril 2023, a-t-il précisé.

L’ultime étape : Proclamer la naissance de la République fédérale de Kabylie

Pour le président du MAK, une fois la Constitution kabyle est officiellement adoptée, une autre étape primordiale sera franchie dans la construction de l’Etat kabyle. « Après la proclamation de la Constitution, chers amis, il nous restera une étape, et je m’engage solennellement devant vous, devant toute la planète, devant l’histoire, devant la conscience humaine de proclamer la naissance de la République fédérale de Kabylie dès que possible », a-t-il promis, sous les applaudissements nourris de son assistance et les cris stridents de « Kabylie indépendante ». Visiblement confiant de cette démarche, le leader indépendantiste affirmera dans la foulée que « la Kabylie est à 90% au moins indépendantiste ». Anticipant toute affirmation contraire des autorités algériennes par rapport à ce qu’il avance, le président du MAK-GPK leur lance un défi de taille. « Et si ce n’est pas le cas, nous mettons au défi le régime algérien d’organiser un referendum dès demain », a-t-il défié.

Néanmoins, le conférencier est conscient que l’officialisation de l’indépendance de la Kabylie doit passer par un référendum. C’est pourquoi il dit compter sur « les Etats des pays dits du monde libre pour appuyer notre démarche parce que la Kabylie de par ses valeurs, son fonctionnement, ses aspirations ne fera que renforcer le monde de la liberté, de la démocratie et du respect des droits de l’homme », a-t-il soutenu.

Lyes B.

7 COMMENTS

  1. Il peut proclamer ce qu’il veut, ça ne changera rien à la réalité, aucun état au monde ne reconnaît ou ne reconnaîtra la kabylie comme étant une nation, un état et une république, même Israël état ennemi de l’Algérie ne prends pas position pour ferhat, c’est à la limite de l’absurde que de proclamer la naissance d’un état qui n’existe que dans l’esprit dérangé d’un pseudo guitariste.

    • C’est la différence entre avancer avec des propositions dans l’intérêt de son peuple et compter sur les autres pour penser à votre place !

      Qu’est-ce que l’on s’en fout de ce que pense les autres ?

      Si tous les peuples qui ont eu leurs indépendances avaient attendu les autres pour faire leurs résolutions, ils seraient encore asservis… Algérie et Israél en tête !

    • Votre raisonnement était exactement celui des indépendantistes algériens des années 40 et 50 où une bonne partie des algériens comme vous ne croyais pas à l’indépendance.
      Ils disaient, comment peut on combattre une puissance coloniale comme la France et pourtant malgré leurs minorités ont pu aboutir à l’indépendance de l’Algérie.
      Vous savez monsieur , rien n’est impossible c’est juste une question de volonté et de conviction et surtout avoir le courage et un esprit révolutionnaire .
      Dans l’histoire, les changement sont toujours faits par quelques grands hommes ou l’impossible n’a jamais été une option.
      Si vous êtes contre, ayez au moins l’honnêteté de respecter ceux qui se battent pour la dignité et la liberté des peuples.
      C est plus facile de traiter ferhat de fou car sa vision vous dépasse de loin. Vous ne pouvez pas comprendre.
      Vous n’êtes pas sur le même niveau , vous êtes juste un suiviste qui obéit au plus fort .
      Je vous informe, je ne suis pas du MAK mais je respecte leurs militants car eux au moins ils proposent un projet pour la Kabylie et une sortie de crise qui perdure depuis 62.

    • La Kabylie est déjà une nation avec un peuple, un territoire, un drapeau, un Président. La cerise sur le gâteau, nous avons un Parlement, une constitution, une monnaie et des pièces d’identité. À l’indépendance, nous aurons mis en place toutes les institutions démocratiques, y compris les partis d’opposition. L’Algérie telle que vous la voyez en ce moment ne sera plus qu’un mauvais souvenir, un cauchemar que nous ne tarderons pas à jeter aux oubliettes. Pour votre gouverne, les indépendantistes kabyles agissent et n’attendent pas que l’on veuille les reconnaître. De plus en plus de nations signifient leur soutien au GPK et à son Président. Au Québec, une rue porte même le nom de « l’Allée de la Kabylie ». Au parlement canadien, des députés ont pris position pour l’indépendance de la Kabylie. Alors, veillez et vous verrez ce dont les Kabyles sont capables. Ils l’ont déjà démontré lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie. Ils sont en train de vous le démontrer aujourd’hui pacifiquement devant le monde entier.

  2. L’indépendance est avant tout le respect aux valeurs Kabyles. C’est à dire ne pas insulter le sens des institutions Kabyles. Il se trouve que fouler les règles démocratiques ancestrales est autant une insulte que celle de ceux qui arabisent à outrance. Donc qui n’a pas eu de mandat clair de nos assemblées villageoises ne peut parler au nom de la Kabylie. Toute libérationofferte par les puissances étrangères ne sont que la certitude de changement de maitre, alors que la libération par soi ne peut que’emerger depuis les valeurs et procèdés qui font notre tradition. Le but est dans les moyens et toute économie des procédés est une violence et rupture du pacte sociétal.

  3. tout le monde parle de l’indépendance de la Kabylie, et que 90% des kabyle veulent l’indépendance waw ,…… ce que je ne comprend pas moi kabyle c’est que mon père que dieu ai son âme me disait que toute l’Algérie est amazigh donc si j’ai bien compris 90% des kabyles sont d’accord pour céder plus de 95% du territoire amazigh pour créer un nouvel état appeler la république kabyle j’essais de fouiller dans la logique et je m’y perd je vais céder a ses maudits arabes le Sahara des touareg des amazigh ,Alger de ben ziri un amazigh, Oran ,Tlemcen, de Constantine , toute ces villes et d’autre créer par les amazigh pour me contenter de bejaia et de tizi-ouzou et comment pourrais-je cohabiter avec 43 millions d’habitants amazigh sur juste se petit territoire pardon mais je me perd dans votre foutu logique sans oublier je n’ai jamais voté pour mheni et si je m’en souvient il s’est autoproclamer président a vie donc une dictature donc vous me proposer un plus petit pays avec une dictature et démunie de toutes richesses et la je parle de gaz et de pétrole qui se trouve sur la zone céder aux arabes donc grâce a mheni les quelques algériens d’origine arabe bénéficieront de la plus grosse part du gâteau juste une petite question a mheni peu tu me donner l’adresse de ton fournisseur de chite

  4. Toute révolution est le fruit d’une minorité qui ne demande aucunement l’aval de la majorité pour mener son combat. Oubliez les arguments ridicules.
    Autant se taire.

    Ferhat…est un utopiste sans quoi rien n’est possible.

    Tout peuple enchainé ,qui se respecte ,doit avant tout chercher à ce libérer de ses bourreaux.
    C’est la première condition pour exister ensuite en tant que citoyen.
    Ainsi donc, au-delà des l’idéologies, de l’appartenance ethnique ,politique ou religieuse. Vivre libre…c’est tout ce que doit chercher l’humain avant tout.
    Car sans elle rien n’est possible. Nombreux soumis kabyles se croient libres, ce qui est une illusion alors que depuis 62 le pouvoir ne fait que les soumettre un peu plus avec la complicité des opportunistes indignes et asservis qui abusent de l’ignorance et de l’inconscience de leurs souteneurs qui reprennent leur langage récurent sur une fraternité imaginaire et une Algérie démocratique qui s’éloigne de plus en plus.
    Ces mêmes qui n’ont pour leitmotiv que demeurer on se jouant du combat des anciens maquisards.
    se sont-ils un jour poser la question sur le pourquoi ces derniers on fait le choix de prendre les armes pour se retrouver dans une situation encore plus critique et plus pauvre avec le sursis de la mort ?
    N’est-elle pas cette quête d’amour pour la liberté, la dignité promesse d’un meilleur avenir avant tout ?
    A ce titre ont peut dire que leurs anciens compagnons ont trahi leur combat et leur mémoire faute d’avoir continuer à honorer leurs idéaux. Nombreux parmi eux leur statut a servi d’ascenseur social avec tous les biens et les postes à responsabilité que Boumediene leur a octroyés avec la cerise sur le gâteau la reconnaissance minorités historique. Point de manipulation…
    Les kabyles algériens qui ne profitent en rien du système sont destinés à servir et souffrir des affres du pouvoir pendant qu’une minorité complice se gave de millions. Leur discours reste le même ,les années passent et rien ne change en dehors de l’agitation politique.
    L’Algérie démocratique est dépassée c’est la théocratique qui les attend.
    Le programme zéro kabyle doit TOUS nous interpeler.
    Devenir des mutants d’ici qqs décennies. Être ou ne pas être.
    A chacun son époque et son combat. Vaincre ou mourir .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here