Rumeurs sur la mort de Nordine Ait Hamouda : La fondation colonel Amirouche dément et dénonce une « intox orchestrée »

0
3189
Nordine Ait Hamouda
Nordine Ait Hamouda

KABYLIE (TAMURT) – Ces dernières 24h, des informations largement relayées sur les réseaux sociaux ont fait état du décès de Nordine Ait Hamouda, fils du colonel Amirouche. La fondation qui porte le nom de ce chef historique vient de démentir ces rumeurs et dénonce une campagne « orchestrée ».

Absent de la scène politique depuis sa remise en liberté provisoire le 29 août 2021, plusieurs sources sur les réseaux sociaux ont annoncé, hier, la mort de Nordine Ait Hamouda. D’innombrables messages de soutien et de condoléances ont alors inondé la toile en l’espace de quelques heures, ce qui a poussé la fondation colonel Amirouche à réagir par un court démenti publié sur sa page Facebook. « La fondation colonel Amirouche Ait Hamouda tient à démentir l’intox orientée et orchestrée faisant état du décès de son président Nordine Ait Hamouda », lit-on dans ce démenti. Par ailleurs, la même organisation a rassuré les nombreux citoyens qui se soucient de l’état de santé de Nordine Aït Hamouda que sa « convalescence se passe bien, elle tire à sa fin », tout en promettant que l’ancien parlementaire sera présent à la célébration de la fête de l’indépendance le 5 juillet prochain. Pour rappel, Nordine Ait Hamouda a été arrêté, le 26 juin 2021, à l’issue d’une conférence qu’il avait animée au Café littéraire de Tichy, dans le département de Vgayet.

Transféré à Alger, il a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed pour ses propos sur l’Émir Abdelkader, Messali El Hadj et l’ancien président Boumediène lors d’un entretien sur la chaîne arabophone El Hayet TV. Il était poursuivi pour notamment « atteinte aux symboles de l’État et de la Révolution”, “atteinte à un ancien président de la République” et “atteinte à l’unité nationale”. Lors de son intervention au Café littéraire de Tichy et devant l’acharnement médiatique, politique et policier que subit la Kabylie, il a fait cette déclaration radicale : « Maintenant la Kabylie doit se battre pour elle-même, uniquement pour elle-même ». Il sera interpellé à Tichy à la fin de cette conférence.

Après deux mois passés à la prison d’El Harrach, il a été remis en liberté provisoire. Suite à la dégradation de son état de santé, il a été transféré en Turquie, puis en Belgique pour recevoir des soins appropriés. D’aucuns se posent alors la question de savoir qui est derrière cette rumeur « orientée et orchestrée », selon la fondation colonel Amirouche, et quel est l’objectif recherché en la diffusant.

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here