Affaire de l’assassinat d’une fillette par son père à Batna – Le MAC dénonce l’acte barbare d’un père salafiste

3
368

L’acte ignoble et barbare commis par un homme de la région Chawi de Batna a suscité l’indignation et la consternation de tous les habitants de la région. Le criminel n’a pas hésité à tuer sa propre fille pour son refus de porter le Niqab.

L’affaire a fait couler beaucoup d’encre. Le Niqab et la criminalité, surtout l’infanticide, sont complètement étrangers à la région des Aurès. Depuis l’ère de Kahina à ce jour, la femme occupe une place prépondérante dans la société Chawi. Ce n’est qu’après l’apparition du phénomène fatidique de salafisme que ce genre de criminalité a fait surface dans la région.

Le Mouvement pour l’Autonomie Chawi, le MAC, n’est pas resté insensible à ce drame. Dans un communiqué rendu public rendu par les responsables de ce jeune mouvement, l’acte est dénoncé avec véhémence. « Le MAC trouve regrettable qu’un évènement aussi horrible survienne dans le Pays Chawi. Chez nous, enfants de Dihya, les pères ne tuent pas leurs filles parce qu’elles refusent le port du niqab. Ce comportement violent, meurtrier, indigne, est étranger à notre identité et notre culture », lit-on sur la déclaration.

En effet, les Aurès et la Kabylie sont les seules régions ou le Salafisme et le terrorisme islamique n’ont pas pénétré. Les responsables du MAC ont rappelé que « les chawis ont toujours considéré la femme comme l’égale de l’homme. Le MAC condamne énergiquement cet horrible meurtre rituel étranger à nos coutumes et nos valeurs d’humanité et de liberté ».

Moussaoui R.

3 Commentaires

  1. Les chawis sont devenus plus arabes que les arabes et plus intégristes que les talibans, et surtout les détracteurs les plus acharnés et zélés des Kabyles !

  2. Derrière chaque musulman se cache un islamiste et derrière chaque islamiste se cache un terroriste. c’est juste qu’on est naïf en croyant le contraire.les chawis sont plus arabe que les arabes et plus musulmans que les islamistes.ils ont juste hériter de l’histoire de dihya, a laquelle ils prêtent aucune considérations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici