12 ème anniversaire de l’assassinat de Youcef Hamanad – La population de Mekla réclame un procès contre les gendarmes assassins

1

Douze années sont déjà passées depuis l’assassinat du jeune lycéen Youcef Hamanad, le 28 avril 2001, par des gendarmes à Mekla. Les habitants de la région, les parents de la victime, ainsi que les amis, ne sont pas prêts de faire marche arrière devant l’exigence du jugement des gendarmes qui ont tiré sur ce jeune lycéen âgé de 16 ans. Il a été criblé de balles par les gendarmes. Le pauvre avait rendu l’âme sur place. Un massacre gratuit qui reste impuni à ce jour, à l’instar des 127 crimes commis entre 2001 et 2003 en Kabylie. Le pouvoir avait ordonné de tirer sur les manifestants civils, selon le rapport même de la présidence de la république. « L’ordre de tirer a été donné par de hauts responsables, mais aucun ordre d’arrêter n’a été signifié aux gendarmes », selon le rapport de la commission Issaad.

Plus de 2000 personnes ont marché d’ailleurs ce matin à Mekla pour réclamer justice et que la lumière sur l’assassinat de Youcef Hamanad soit faite. Une plaque commémorative a été érigée à sa mémoire devant le siège de la daïra de Mekla, au centre-ville, à l’endroit où le jeune Youcef a été achevé par les balles assassines des gendarmes.

Les parents de la victime exigent le jugement des auteurs de ce crime devant les tribunaux et les instances civiles. Ils réclament l’ouverture du dossier, d’autant que les assassins ont été identifiés et des témoins oculaires sont toujours en vie.
Des blessés du printemps noir sont venus prendre part à la manifestation comme chaque année. Ils sont déterminés à poursuivre leur combat.

Les marcheurs ont aussi exprimé leur soutien au jeune Hamza Massinissa, du village Ath Zellal, poursuivi en justice pour avoir été accusé d’avoir empêché le déroulement les élections législatives organisées par le pouvoir contre la volonté des Kabyles, le mois de mai 2012. Son procès est prévu pour le 2 mai prochain.

Youva Ifrawen