56 militants quittent le RCD à Aghriv

14

AGHRIV (Tamurt) – Coup dur pour le RCD. Une démission collective est enregistrée à Aghriv, fief  du fondateur et ex-leader de parti, Said Sadi. Il s’agit de 56 anciens militants actifs. Ils viennent de quitter le parti. Ils ont rendu une déclaration collective pour expliquer leur démission.

La principale cause, selon la déclaration des démissionnaires, «l’état de déliquescence dans lequel se débat le parti, réduit aujourd’hui à un club d’amis, voire à un registre de commerce au profit d’un seul homme».

Les militant qui ont préféré quitter le parti du RCD dont lequel ils ont milité depuis sa création, regrettent que des vrais militants soient sanctionnés arbitrairement. En plus se sont les plus compétents, actifs et sincères qui sont toujours visés. Les démissionnaires reprochent à la section locale de leur parti d’avoir même été derrière l’implantation du Centre d’Enfouissement Technique, avant de manipuler la presse et faire croire à l’opinion locale qu’ils s’opposent contre ce projet. Un ancien militant du RCD d’Aghriv que nous avons contacté explique que leur parti est vidé des militants intègres au niveau national pas seulement à Aghriv. « On se demande comment Saïd Sadi a fait toute une guerre contre la construction d’une mosquée à Aghriv mais ni lui ni son parti n’ont soufflé mot sur le projet de la construction d’un Institut Islamique à Aghriv ? », nous déclara notre interlocuteur.

Le RCD et son frère ennemi le FFS, font partie, désormais, du passé pour les Kabyles. Ces derniers ne s’identifient plus à ces deux formations politiques.

Aghriv, Lounès B