Akila Kizzi publie un livre sur Taos Amrouche

1
COUVERTURE DU LIVRE SUR TAOS AMROUCHE
COUVERTURE DU LIVRE SUR TAOS AMROUCHE

KABYLIE (TAMURT) – « Marie-Louise Taos Amrouche, passions et déchirements identitaires », est le titre d’un nouveau livre que vient de publier l’universitaire Akila Kizzi chez Fauves éditions. Il s’agit d’un essai qui vient rendre hommage à une femme de culture exceptionnelle, toujours censurée dans son pays.

Le livre de Akila Kizzi, consacré à Taos Amrouche est un essai de près de 500 pages. D’abord quelques informations sur l’auteure : Akila Kizzi est enseignante-chercheure en études de genre à l’université Paris 8, Saint Denis. Depuis plusieurs années, elle a axé ses recherches sur les écrivaines et les femmes artistes de Tamazgha et dans la diaspora. De toutes ces femmes de culture, elle a jeté son dévolu sur Taos Amrouche à laquelle elle a consacré une thèse de doctorat. Depuis des années Akila Kizzi prend part et anime des conférences lors de manifestations culturelles liées à la problématique de l’identité berbère, des femmes et de l’écriture. Le résumé de ce nouvel ouvrage consacré à la romancière kabyle et chrétienne relève, entre autres : « De « Jacinthe noire » à « L’Amant imaginaire », le sentiment d’exil et de solitude, liés à sa condition de « transplantée », trouvent leur écho dans les textes de Taos Amrouche, tout autant que la difficulté d’exister avec sa singularité de femme, qui traverse toute son œuvre ».

Akila Kizzi tente alors à travers son analyse d’apporter des réponses à des questions comme : comment vivre ses identités multiples lorsqu’on est femme, berbère, chrétienne et française ? Akila Kizzi précise que Taos Amrouche fut l’une des figures majeures de la littérature féminine algérienne. Elle tente, en outre, de poser, à travers elle, la question de l’émancipation créatrice : « que représente l’écriture pour les femmes issues des sociétés traditionnelles d’Afrique du Nord ? », un thème décortiqué et développé avec des arguments académiques tout au long des 500 pages de ce livre.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Je tiens à souligner, qu’elle n’est pas censurée dans son pays la KABYLIE, mais en Algérie! Ce sont deux choses differentes.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici