Algérie : Bouteflika a annoncé sa démission

1
Bouteflika
Bouteflika

ALGERIE (TAMURT) – La guerre des clans entre l’état major de l’armée algérienne et le clan présidentiel est en voie d’être remportée par l’ANP. En effet, Abdelaziz Bouteflika ou plutôt ceux qui parlent en son nom viennent d’annoncer la démission du président de la république avant le 28 avril prochain, date de l’expiration de son quatrième mandat.

La fin de Bouteflika à la tête de l’Algérie n’est donc qu’une question de jours. Il ne s’agit, cette fois-ci, pas de rumeurs mais d’un communiqué officiel de la présidence de la République. C’est sans doute l’arrestation de l’homme d’affaires Ali Haddad, bras droit de Said Bouteflika et financier des campagnes électorales de Abdelaziz Bouteflika qui a précipité les événements. En effet, de nombreuses sources ont indiqué que l’arrestation de Ali Haddad aux frontières tunisiennes a été décidée par l’état major de l’armée algérienne et la présidence de la République n’a aucunement été ni informée ni impliquée dans cette décision importante. Il s’agit d’un bras de fer qui prend un virage décisif entre les deux belligérants. Mais on ne peut pas dire d’emblée, à 100 %, que l’armée a remporté la guerre contre le clan présidentiel de manière définitive.

Certes, Abdelaziz Bouteflika partira avant le 28 avril et c’est officiel maintenant. Mais le clan présidentiel risque de rester. Car, avant de partir, Le clan qui s’exprime au nom de Bouteflika a indiqué dans le même communiqué où est annoncée la démission, qu’avant de quitter le pouvoir Abdelaziz Bouteflika prendra plusieurs mesures et décisions qui permettraient à la transition de se dérouler dans « de bonnes conditions ». Après avoir imposé son gouvernement à commencer par Bedoui qui n’est autre que l’ancien ministre de l’Intérieur sous le gouvernement Ouyahia, Bouteflika installera aussi de nouveaux sénateurs dans le cadre du tiers présidentiel au sénat duquel sera choisi le président du Conseil de la Nation et qui remplacera Bouteflika au poste de Président de l’Etat. Le président du sénat qui prendra la place de Bensalah, rejeté par le peuple, supervisera les prochaines élections présidentielles. Ce qui fera le lit au maintien des hommes du clan présidentiel.

Mais l’état major de l’ANP ne se laissera pas faire bien entendu. Elle vient de s’attaquer à tous les hommes d’affaires proches de Bouteflika et qui ont construit leurs empires sous l’air de ce président qui a régné pendant 20 ans. Il s’agit de Ali Haddad qui se trouve en état d’arrestation depuis quarante-huit heures mais aussi de : Tahkout, Kouinef, Bairi… Mêmes des membres des familles de ces milliardaires sont interdits de quitter le territoire national et seront convoqués par la justice dans les prochaines heures, a-t-on appris. Les mis en cause devraient répondre devant le Parquet d’Alger aux chefs d’accusation de « corruption et de transfert illicite de capitaux vers l’étranger ».

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. On ne règle pas les problèmes accumulés des décennies durant en recourant au levier « institutionnel »quand le peuple n y croît plus. L’école est un désastre l’administration autant l’économie n’en parlons pas, la confiance n’ est plus de mise et cela rendra moins efficace même un gouvernement bien intentionné. À force d’ abus le crédit politique du régime est à son terme même dans les zones arabes, alors que la kabylie ne l’ a jamais voté depuis 62.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici