Algérie : déjà 11 candidats à la présidentielle du 18 avril

3
Croissant/Algérie
Croissant/Algérie

ALGERIE (TAMURT) – Déjà onze personnalités politiques ont retiré les formulaires liés à la candidature à la prochaine élection présidentielle prévue jeudi 18 avril 2019 en Algérie. Il s’agit de six candidats indépendants et de cinq candidats représentant de partis politiques agréés mais ne pesant rien dans la société à l’instar du « Front el moustakbal » de Abdelaziz Belaid, une formation politique microscopique mais qui joue bien son rôle.

Ce chiffre sera bien sûr revu à la hausse avant qu’il ne chute de nouveau une fois le travail colossal de collecte de signatures achevé. Ainsi, à peine la date des élections présidentielles annoncée officiellement que la course au retrait des formulaires en question a commencé. Il ne faut toutefois pas trop s’emballer ni se leurrer puisque ce semblant d’engouement n’a rien de sérieux et il s’estompera au fil des jours. Dans la majorité des cas, il s’agit de « candidats » fantoches dont certains sont devenus des abonnés à ce genre d’événements à l’instar de Rachid Nekkaz ou de Abdelaziz Belaid et même de Ali Benflis qui viennent d’annoncer d’ailleurs leur candidature. D’autres candidats à la candidature sont d’illustres inconnus alors qu’il y en a parmi eux des chargés de mission par le pouvoir pour camper le rôle tant convoité de lièvre en contrepartie du budget (se chiffrant à plusieurs milliards) conséquent qui est attribué à tout candidat dont la candidature est validée par le Conseil constitutionnel, une fois la mission de collecte des signatures achevée. Parmi les personnalités qui ont officiellement annoncé leur candidature, on retrouve l’ancien Premier ministre et ancien secrétaire général du FLN, Ali Benflis, qui, depuis qu’il a été remercié par Bouteflika, dont il était le chef du gouvernement, tente de se recycler vainement dans « l’opposition » sous la houlette d’un parti qu’il a dénommé « Talai el houriat ». Il y a aussi un ancien Général-major, dénommé Ali Ghediri, dont le commun des citoyens ne connait pas grand-chose et dont la candidature reste un mystère pour tout le monde. Certains observateurs, n’hésitent pas à affirmer, sans avancer la moindre preuve, qu’il s’agit du candidat d’un clan du pouvoir qui est en désaccord avec le clan de Bouteflika. Cette hypothèse reste au stade de la spéculation bien sûr. Il y a un certain Abdelaziz Belaid, chef du parti du « Front el moustakbal » qui ne pèse rien mais qui réussit tout de même et par miracle à « glaner » les signatures nécessaires pour devenir éligible. Les autres candidats ne sont pas connus et se présentent juste pour la forme et pour des dividendes évidentes afin de cautionner une élection jouée d’avance comme toutes les autres qui ont lieu en Algérie depuis l’indépendance.

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. Ce terrible pouvoir, tel le monstre à plusieurs têtes !

    Une candidature multiple ou une pléthore de candidats roulant tous pour ce Pouvoir dictatorial militaire , assassin et destructeur….

    Le candidat principal, celui choisi par les Généraux du DRS (le Pouvoir réel) passera par la ruse et / ou la force, l’une ou l’autre ou les deux à la fois. Comme d’habitude !

    Cela signifie que ces Généraux ne cèderont jamais. Pour eux, ce pays est leur propriété…..

  2. Le Coup d’État militaire permanent ou quand la Junte se succède à elle-même
    Ce sera donc un remake, une autre répétition, une énième récidive, comme à l’accoutumée…. Les Généraux décideurs ont déjà choisi le  » poulain  » docile et facile qu’ils ont adoubé en conclave, et mettre pour la forme à la Présidence, un Président qui ne présidera pas, ne gouvernera pas, ne décidera pas…. Le Pouvoir réel est aux mains d’un groupe de Généraux criminels et mafieux, en l’occurrence les Maitres de la Police politique secrète, la SM-DRS-DSS…..
    .
    LA CARTE D’UN DIPLOMATE D’ENVERGURE :
    Comme en 1999 avec Boutef’ l’ex Ministre des Affaires étrangère, les Généraux misent sur un Ambassadeur qui avait servi dans les grandes Capitales occidentales, et qui est bien introduit dans le  » sérail diplomatique international « , capable alors de plaider en faveur des Généraux et leur épargner des ennuis (….) pour les crimes et exactions diverses qu’ils ont ont commis durant la Guerre Interne / Stratégie de la tension (1991/2019) qui continue (à basse intensité)…..Parmi eux L. Brahimi et S. Djazairi , ce dernier est apprécié car il a l’aval des milieux pro-américains et pro-israéliens depuis qu’il avait dit qu’il est prêt à se rendre utile pour l’État colonial d’Israël. Les Généraux font tout pour réussir l’arrimage du Régime militaro-mafieux dans  » l’Orbite américaine « …..
    .
    ILS NE LÂCHERONT: LES GÉNÉRAUX VONT CONTINUER LA GUERRE CONTRE LE PEUPLE TANT QUE :
    – Il dispose du « nerf de la guerre », en l’occurrence les milliards des hydrocarbures qu’il accapare et pille, à son profit (les Généraux les plus puissants, d’abord), et au bénéfice de ses soutiens, de ses serviteurs, de ses valets et de ses complices;

    – Il a le « soutien stratégique et diplomatique » du Grand Gendarme Américain, qui a pris son Grand morceau au Sahara. Le Régime dictatorial militaire algérien est dans l’ « Orbite américano-occidentale » (américano-israélo-occidentale), ne fait montre d’aucune velléité indépendantiste, ne dérange pas le 51° État américainqu’est l’Etat colonial d’Israel (contacts discrets …), se présente comme le « rempart antiterroriste », brade les richesses et la souveraineté nationale … et casse bien l’Algérie;

    – Il a la « caution politique » de la France, l’ex Puissance coloniale qui détermine la politique algérienne de l’Europe. En échange, les Généraux payent partis politiques, fondations, associations, médias, personnalités influentes, maitres-espions, lobbyistes, groupes de pression et réseaux mafieux de France et de Navarre, qui organisent le silence sur les exactions de la Gestapo / Junte d’Alger;

    -l’opposition est neutralisée : ladite scène politique et médiatique est représentée par une pléthore de faux-opposants, de pseudodémocartes et d’extrémistes de tous bords, sponsorisés et propulsés par la Gestapo locale. tous les partis sont foutus, n’ont aucune crédibilité, et sont tous dans le giron du Pouvoir militaro-mafieux, chacun avec sa chanson particulière, ou sa percussion spécifique ou ses notes (et fausses notes) ……

    – La population est traumatisée par la Guerre interne (1991-2019) qui continue, avec son cortèges de crimes (assassinats, massacres, tortures, disparitions….)…

    – Le « seuil de l’intolérable » est dépassé : durant la « guerre interne » la population a vu et vécu toutes les exactions, horreurs et atrocités, les formes de répression, les mises à mort, et autres crimes, que rien d’autres (kidnappings, arrestations, suicides, immolations , etc.) de nos jours, ne peuvent l’émouvoir encore plus…..

    – Le façonnage artificiel du champ politique = Poker menteur (partis-officines, associations-relais, institutions-alibis, médias-propagandistes …..)

    – Le délitement du lien national et des liens communautaires, la division totale, la dispersion, la désunion …..

    – La prolifération du « discours identitaire d’agitation » versus « discours politique d’opposition »……..

    – L’écartement des positions (vers les extrêmes) = l’extrémisation du champ politique (islamistes, salafistes, djihadistes, éradicateurs, militaristes, séparatistes, etc.), d’où l’impossibilité de parvenir à un consensus (fédérer et rassembler, au centre)….

    – Les Généraux (hiérarchie militaire) musellent et contrôlent l’Armée (l’Instituation militaire) et  » tiennent  » les « Appareils sécuritaires (de répression) » et les « Organes médiatiques (de propagande) » , les « Escadrons de la mort », les Milices armées, les Groupes terroristes créés et manipulés par les Maitres de la Police politique secrète ‘ gestapiste ‘ ……

    – Les Généraux-et-Colonels se considèrent comme les propriétaires uniques et exclusifs de ce pays qu’ils dominent depuis 1962, et ne se résoudront jamais à lâcher du lest, d’autant plus qu’ils ont « volé des centaines de milliards » et « tué des centaines de milliers » , et savent bien qu’ils sont coupables et responsables, redevables et passibles devant les Tribunaux internationaux s’ils n’ont plus les rênes du pouvoir, d’où leurs persistances et obsessions à faire tout pour perdurer …..

    – Fort et puissant, ce Pouvoir militaro-mafieux fait diversion, manœuvre, intoxique, réprime, frappe, tue, massacre, joue le pourrissement de la situation et l’exacerbation des problèmes, déplace l’axe de la violence là où il veut, en Kabylie, au Mzab, ou ailleurs, réprime les Syndicats autonomes, les militants des droits de l’homme….

    Le Pouvoir militaro-mafieux demeure (malheureusement) la seule « force politique organisée » , et frappe comme il veut, là où il veut….

    Et la Dictature militaro-mafieuse continue !

  3. C’ Est à l’ image de leur parloir cadenassé pour dégommer son brizidan nommé auparavant! Les pays et partenaires puissances étant honteusement gavés le reste sera à la manière stalinienne, le peuple devra feindre d’avoir un brizidan, lequel jouerai le rôle d’ vrai président réellement élu. Comme sous la dictature de boumediene…

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici