Algérie : la désobéissance civile a commencé

0
Manifestation contre le systeme en Algerie
Manifestation contre le systeme en Algerie

ALGERIE (TAMURT) – Tous les indices montrent que l’on se dirige tout droit vers la désobéissance civile en Algérie. En effet, l’interdiction par les citoyens des visites ministérielles, ajoutée aux manifestations quotidiennes qui se tiennent un peu partout en Algérie, sans compter la paralysie pour une durée illimitée des universités et le refus des magistrats de superviser les élections présidentielles prévues le 4 juillet 2019, sont les ingrédients qui augurent forcément d’un passage vers une désobéissance civile qui vise à pousser l’armée à intervenir afin de déloger tous les visages politiques laissés par le régime de Bouteflika.

La dernière victime de cette désobéissance civile est le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, qui a été désagréablement surpris, ce dimanche, de découvrir des centaines de personnes aux abords de l’aéroport de la wilaya de Tebessa où il comptait effectuer une visite de travail et d’inspection. Devant la détermination des citoyens rassemblés sur place et le barrage de la route quand les véhicules transportant ce responsable indésirable, ce dernier a trouvé qu’il serait plus sage de prendre la fuite et d’annuler sa visite. Ce grave incident, qui reflète la fragilité et l’illégitimité du pouvoir actuel, intervient après celui qui a été enregistré dans la wilaya de Béchar où trois ministres ont été carrément éconduits par les centaines de citoyens qui ont exprimé le rejet du gouvernement de Nourredine Bedoui ainsi que du président Abdelkader Bensalah sans oublier Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel.

Les ministres chassés par les citoyens ne peuvent, en effet, pas faire de la résistance car toute réaction dans ce sens attiserait le feu et ils seraient tenus pour seuls responsables en cas de dérapage grave et incontrôlé. Malgré le rejet populaire exprimé à tous les ministres du gouvernement de Bedoui, aucun parmi eux n’a eu le courage ou la dignité de déposer sa démission pour sauvegarder son honneur. La dernière ministre qui devait faire l’objet de la même réaction de la part des citoyens est Meriem Merdaci, ministre de la culture. Elle devait effectuer une visite dans la wilaya de Guelma. Après avoir reçu la nouvelle que les habitants de Guelma se sont préparés pour l’empêcher d’effectuer sa visite, Meriem Merdaci, a préféré se cloitrer dans son bureau algérois en annulant cette sortie.

Des informations, de plus en plus persistantes, laissent croire que la même réaction populaire sera désormais réservée à toutes les sorties qu’effectueront les walis sur le terrain jusqu’au départ des trois B (Bensalah, Bedoui et Belaiz). Où va l’Algérie ? Encore une fois, nous nos posons la question. Et ce ne sera sans doute pas la dernière !

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici