Alors que la population locale s’oppose à ce projet, Les salafistes, appuyés par l’Etat algérien, envisagent une nouvelle offensive à Aghriv

51

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Les travaux de la réalisation d’une grande mosquée seront lancés incessamment, à Aguenni Oucherqi, au chef-lieu de la commune d’Aghribs, à 42 km au nord de Tizi-Ouzou. Ce « projet » coûtera la coquette somme de 9,3 milliards de DA. C’est ce qu’a affirmé le responsable des affaires religieuses et des waqf de la wilaya, Saib Mohand Ouidir à la presse, aujourd’hui. Selon, toujours, ce même « responsable », la durée de réalisation de ce chantier ne dépassera pas les 24 mois, soit deux ans.

Alors que les responsables de l’administration dénoncent l’absence de foncier pour accueillir des projets de développement susceptibles d’améliorer les conditions vies, très difficiles des citoyens kabyles, la direction des affaires religieuse de la wilaya de Tizi-Ouzou sait bien trouver des terrains de 8000 m2 pour implanter des mosquées.

Il faut rappeler que la commune d’Aghriv accuse un énorme retard économique. Elle est la commune la plus pauvres de la wilaya.

Ce projet d’implantation d’une grande mosquée à Aghriv démontre au grand jour les mauvaises intentions et la mauvaise foi de l’administration Algérienne, envers une région qui souffre le martyre au quotidien.

L’on se demande à quoi pourrait servir une grande mosquée dotée, entre autres structures, d’une salle de lecture, des salles de classe pour l’enseignement du coran, d’une salle de conférence et d’une salle de prière pour les femmes, cela dans une commune dépourvue de commodités les plus vitales, tel que l’eau potable, l’assainissement, le gaz naturel et autres ?

Le triste épisode de l’offensive salafistes à Aghriv visant à établir une base arrière de l’idéologie islamiste nauséabonde refait surface à la puissance « pétro-dollars » qu’engorge l’Algérie.

Cette fois encore, les même salafistes sont de retour. Ils sont directement épaulés par l’administration centrale d’Alger. Les citoyens de l’arch Ath Djennad, très attachés aux valeurs ancestrales ne comptent pas céder face à ces tentatives d’intrusion salafiste dans leurs villages. Nous y reviendrons avec plus de détails sur cette affaire.

Amnay A