Amara Benyounès : entre moment opportun et opportunisme!

1
Amara Benyounès
Amara Benyounès

ALGERIE (TAMURT) – Amara Benyounès vient de déclarer qu’il attend encore le moment opportun pour annoncer sa position par rapport à la présidentielle de 2019. Par opportun, il faudrait bien sûr comprendre opportunisme. Car, s’il y a bien un homme politique en Algérie qui ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit d’opportunisme, c’est bel et bien Amara Benyounès, président du Mouvement Populaire Algérien (MPA), et ancien démocrate reconverti en comité de soutien à Bouteflika depuis 2004.

Du moins, c’est l’image qu’il dégage de lui depuis qu’il a fait du soutien à Bouteflika son unique programme politique et son seul discours qu’il ressasse à l’infini. Mais cette fois-ci, opportunisme oblige encore, Amara Benyounès ne sait pas si Abdelaziz Bouteflika se portera candidat pour les prochaines élections présidentielles prévues le 18 avril 2019. C’est pourquoi, il avance avec prudence pour ne pas faire un faux pas qui lui coûterait cher et qui, de ce fait, le priverait du porte-feuille ministérielle tant convoité par tous les moyens, serviles bien entendu. Alors que les autres hommes politiques, même ceux qui sont connus pour être des comités de soutien permanents à Bouteflika se sont presque tous prononcés. Soit il soutiennent Abdelaziz Bouteflika au cas où il se présenterait soit ils annoncent officiellement leur candidature pour servir de lièvre au candidat-président. Mais Amara Benyounès continue d’hésiter et de ne pas faire connaitre sa position tout en demeurant prudent s’agissant de Bouteflika.

Jusqu’à hier, Benyounès n’a pas encore annoncé sa position. Au lieu de s’exprimer avec responsabilité, le parti qu’il préside, sans partage, depuis sa création, le MPA, en l’occurrence a rendu public un communiqué pour ne rien dire. Pas tout à fait en réalité puisque dans ledit communiqué, Amara Benyounès rappelle à ceux qui ont oseront l’oublier, que Abdelaziz Bouteflika a été et est un président qui a toujours respecté la Constitution et les lois de la République ! Merci pour ce rappel. Oui, on a failli l’oublier effectivement. Quoi d’autre ? Va-t-il le soutenir ? Benyounès hésite encore car il sait bien que tout peut basculer à la dernière seconde.

En effet, Benyounès ne pourra soutenir qu’un candidat qui sera président d’office. La meilleure, pour ne pas dire la pire des choses, c’est que Amara Benyounès conclut son communiqué loufoque ainsi : « Le MPA souhaite que la prochaine élection présidentielle se déroule dans un climat démocratique et apaisé afin de permettre au peuple algérien d’exprimer son choix en toute liberté et en toute souveraineté ». On se demande vraiment quelle lecture aurait fait Amara Benyounès d’un tel communiqué s’il était encore dans « l’opposition ».

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici